Parc national Kootenay

Sources thermales Radium

S'imbiber d'histoire

L'histoire orale nous révèle que les Ktunaxa (anciennement les Kootenay) se baignaient dans les sources thermales Radium - peut-être était-ce pour calmer les douleurs de l'arthrite ou pour favoriser la guérison de blessures subies au combat. Il se pourrait que d'autres tribus, telles que les Piégans, les Kainahs et les Stoney, soient également venues faire trempette dans cette eau chaude.

Dans les années 1880, le pionnier John McKay jalonna un lot de colonisation le long du fleuve Columbia. Par hasard, cette concession comprenait les sources thermales Radium. En 1890, un homme du nom de Roland Stuart paya la gigantesque somme de 1 $ l'acre pour recevoir une concession de la Couronne pour les 160 acres entourant la piscine. Il fut le premier à voir le potentiel économique des sources, quoique à l'origine il eût prévu faire profit des ventes d'eau embouteillée, et non de services destinés aux baigneurs.

En 1911, un journal médical britannique suggéra la possibilité que l'eau des sources puisse contenir du radium, hypothèse qu'une étude de l'Université McGill confirma en 1913. Stuart réalisa alors que son eau de source légèrement radioactive avait peut-être davantage de vertus thérapeutiques que les célèbres sources de Bath, en Angleterre. Il songea alors à d'autres possibilités financières, mais il devait d'abord trouver les fonds nécessaires qui allaient lui permettre d'exploiter l'endroit. Ce dilemme fut résolu, du moins temporairement, par le multimillionnaire St. John Harmsworth. Paralysé des pieds au cou, Harmsworth se rendit aux sources thermales Radium pour la première fois pour y faire la trempette plusieurs heures par jour, suspendu dans l'eau chaude. À ce qu'il paraît, il fut capable de bouger les pieds après quatre mois de traitement, ce qui l'incita à offrir à Stuart une contribution de 20 000 $. Ce dernier construisit un bassin de baignade en béton et des bains publics en rondins, avant de se rendre en Angleterre au début de la Première Guerre mondiale.

Stuart n'était pas encore revenu lorsque les négociations entre les gouvernements fédéral et provincial furent conclues en 1920 et que la création du parc du Dominion Kootenay fut annoncée. L'agent de Stuart, Earle Scovil, n'ayant reçu aucune communication de la part de son patron, encouragea le gouvernement à l'exproprier. Ce que le fédéral fit en 1922, un an avant l'achèvement de la promenade Banff-Windermere. En fin de compte, Stuart reçu quelque 40 000 $ pour son investissement initial de 160 $. Pourtant, même à cette époque, certains estimaient la valeur des sources à un demi-million de dollars.

Au cours des années qui suivirent, on apporta de légères modifications à la piscine. On construisit également des bains publics plus élaborés, qui furent emportés par les flammes à l'hiver 1948 et remplacés par le bâtiment de pierre actuel. Le nouvel établissement, qui comprend une piscine d'eau froide, ouvrit officiellement ses portes en 1951. Le point d'arrivée des sources n'est depuis plus visible, disparu sous le béton du bassin d'eau chaude.

Les rénovations importantes que subit l'établissement à l'hiver 1967-1968 donnèrent lieu au retrait du vieux bassin et à l'installation d'un système collecteur pour toutes les sources d'eau chaude. Récemment, on a également modernisé le foyer d'entrée pour répondre aux attentes des visiteurs. On peut maintenant y acheter de la nourriture et des cadeaux et on a aménagé un tout nouveau spa de jour de 4 000 pieds carrés, où l'on offre tous les services traditionnels de balnéothérapie et un grand choix de traitements.