Parc national Kootenay

Origine des noms d'endroits

Allen : mont (2 911 m)

Samuel Allen était un explorateur alpin qui nomma plusieurs des formations de la région de Lake Louise, dont les plus connues sont les montagnes de la vallée des Dix Pics. La plupart des pics, dont celui-ci, ne portent plus le nom indien qui leur avait été attribué par la bande de Stoney. À l'origine, Allen a appelé ce mont « Shappee ».

Ball : mont (3 311 m)

Sous-secrétaire de l'État pour les colonies (britanniques), John Ball appuyait l'expédition de Palliser; c'est pourquoi James Hector lui fit l'honneur de donner son nom à une montagne. Ball est devenu par la suite un excellent alpiniste et le premier président du Club alpin du Canada. C'est lui qui rédigea les guides originaux des Alpes suisses.

Berland : mont

Le guide Edward Berland avait été envoyé par la Compagnie de la Baie d'Hudson à Fort Colville pour remettre à George Simpson un relais de chevaux.

Brisco : chaînon

Le capitaine Arthur Brisco se joignit à l'expédition de Palliser en 1858 et 1859. Il était officier-gentilhomme des 11th Hussars et l'un des héros de la célèbre charge de la brigade de cavalerie légère.

Chimney : pic (3 000 m)

Un parcours qui mène au sommet de ce mont traverse une cheminée, ou puits vertical creusé dans la roche.

Cobb : lac

Nom de l'un des premiers gardes de parc du parc national Kootenay, Leonard Cobb.

Columbia : fleuve

Le Columbia ne traverse pas vraiment le parc, mais il constitue sans contredit l'une des formations géologiques les plus célèbres des environs. Il porte le nom d'un navire américain, le Columbia Rediviva, qui franchit la barre à l'embouchure du fleuve, dans l'Oregon, en 1792. Le capitaine du navire, Robert Gray, se distingua comme premier Américain à faire le tour du monde sur l'eau.

Crook : mont; Crook's : prés

Charles Crook, l'un des premiers homesteaders de la vallée de la rivière Kootenay, jalonna sa propriété en 1911. La famille Crook exploita un camp accessible en voiture et vécut sur la propriété de 1935 à 1956, après quoi l'État acquit finalement les droits de propriété. Charles Crook est enterré sur le site maintenant un terrain de camping collectif.

Daer : mont (2 960 m), ruisseau

Un autre toponyme provenant de la famille Douglas : Thomas était le 5e comte de Selkirk et un personnage important de l'histoire canadienne. Le dernier baron Daer (voir Selkirk ) était son fils.

Deltaform : mont (3 424 m)

Walter Wilcox changea le nom autochtone, Saknowa, pour Deltaform parce que le versant nord avait la forme d'un delta. C'est le mont le plus élevé de la région de national parc Kootenay.

Dolly Varden : ruisseau

Dolly Varden est une ombre (les ombres sont des membres à écailles fines de la famille des truites) que l'on trouve au large de la côte du Pacifique. Il y a quelques années, l'omble à tête plate portait aussi le nom de Dolly Varden, mais les biologistes savent maintenant qu'il s'agit de deux espèces distinctes. Il y a donc seulement des ombles à tête plate dans le parc, et aucun Dolly Varden.

Drysdale : mont (2 932 m)

Charles Wales Drysdale, Ph D.,membre de la Commission géologique du Canada, perdit la vie en Colombie-Britannique, la province à laquelle il a voué une grande partie de son travail. En faisant un levé géologique, il s'est noyé (ainsi que son assistant William J. Gray de Vancouver) dans la rivière Kootenay, le 10 juillet 1917.

Fay : mont (3 234 m), glacier, refuge

Rédacteur du seul journal d'alpinisme bien connu des années 1800, Appalachia, Charles Ernest Fay eut une influence marquante sur les alpinistes pendant 30 ans. Il se rendit souvent dans les Rocheuses et il occupa plusieurs fois le poste de président tant de l'Appalachian Mountain Club que de l'American Alpine Club.

Floe : lac, ruisseau

Ce sont des icebergs ailleurs, mais ici, dans le lac du même nom du parc Kootenay, on les appelle floes de glace . Des floes se détachent du petit glacier niché au pied de la paroi rocheuse.

Foster : pic (3 204 m)

Nommé en 1913 en l'honneur du colonel W. W. Foster, DSO, président du Club alpin du Canada, de 1922 à 1924.

Goodsir : col

James Hector, de l'expédition de Palliser, nomma ce col de même que le plus haut mont du parc national Yoho en l'honneur des frères Goodsir. John Goodsir était professeur d'anatomie à l'Université d'Édimbourg, où Hector étudiait la médecine.

Haffner : ruisseau

Le lieutenant H. J. Haffner fut le premier à arpenter l'autoroute Banff-Windermere.

Harkin : mont (2 980 m)

Sans James (Bunny) Harkin, le Canada et le monde ne seraient pas aussi riches. Durant son mandat comme premier commissaire de la division des parcs du Dominion (1911 - 1936), Harkin créa 11 nouveaux parcs nationaux. Son ambitieuse vision et ses idéaux lui valurent le titre officieux de « père des parcs nationaux du Canada ».

Hector : gorge

James Hector, chirurgien et géologue au sein de l'expédition de Palliser, était l'un des membres les plus dynamiques du groupe. Il voyagea beaucoup dans les Rocheuses et rebaptisa un grand nombre des formations géographiques que l'on y trouve.

Kaufmann : lac

Christian et Hans, membres d'une famille de guides Oberland, travaillèrent dans les Rocheuses pendant plusieurs saisons au tournant du siècle. Au cours de l'été 1903, leur père, Peter, oeuvra aussi comme guide pour le Canadien Pacifique.

Kimpton : ruisseau

Nommé en l'honneur de Rufus Kimpton, un pionnier de la vallée du Columbia qui habitait près de Windermere.

Kindersley : mont

Robert Kindersley était gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson au début des années 20.

Kootenay : parc national, rivière, vallée

Version anglicisée du nom du peuple Ktunaxa, qui signifie « peuple d'au-delà des collines ».

Lachine : ruisseau

Nommé par Simpson en l'honneur de son domicile près de Montréal.

Little : mont (3 140 m)

Un des dix pics du lac Moraine, nommé en l'honneur de George Little, bibliothécaire au collège Bowdoin, dans le Maine, et membre actif de l'American Alpine Club.

McKay : ruisseau

John McKay jalonna une propriété dans les années 1880, qui comprenait les sources thermales Radium Hot Springs.

McLeod : prés

Ce nom vient peut-être d'un gentil voleur de chevaux nommé Red McLeod, mais probablement du nom de homesteaders de la localité.

Misko : col, mont (2 902 m)

Mot cri qui veut dire « rouge ».

Mitchell : chaînon

Le capitaine William Mitchell, homme sportif et compagnon de voyage de Brisco, accompagna quelque temps, en 1858 et en 1859, l'expédition de Palliser.

Neptuak : mont (3 237 m)

Le neuvième mont désigné par Samuel Allen dans la vallée des Dix Pics. C'est le seul qui a conservé son nom indien de la bande de Stoney.

Nixon : ruisseau, lac

Guide et randonneur, Walter Nixon conduisit des groupes de cavaliers dans les Rocheuses et dans les chaînons Purcell au début des années 1900. À un moment donné, il possédait 100 chevaux. On doit à Nixon l'aménagement de nombre des sentiers de la région.

Numa : mont (2 550 m), col (2 350 m), ruisseau

Mot cri qui signifie « tonnerre ». Le mont portait autrefois le nom de mont Roaring (qui gronde).

Ochre : ruisseau

Ce nom vient des lits d'ocre – dont les plus célèbres sont les Paint Pots – que l'on trouve dans la région. L'ocre est un mélange d'oxydes de fer hydratés et de diverses matières terreuses comme l'argile. La couleur de l'ocre varie du jaune au brun orangé.

Oke : mont (2 920 m)

Nommé en l'honneur de William J. Oke, prospecteur de la région.

Ottertail : col, rivière

Traduction du nom autochtone pour « rivière ».

Perren : mont (3 051 m)

Pendant plus de 50 ans, ce mont, qui fait partie des dix pics, s'appelait Sapta. Ce nom fut changé en l'honneur de Walter Perren. Perren était un alpiniste et guide suisse exceptionnel qui arriva dans la région en 1950. Il devint garde de parc en chef du parc national Banff et fonda l'école de sauvetage des parcs nationaux.

Prospectors : vallée

Cette vallée aurait été nommée par Walter D. Wilcox, écrivain et secrétaire de l'American Alpine Club, après qu'il eut découvert un camp de prospecteurs abandonné à l'extrémité de la vallée. Une petite quantité de plomb et de zinc fut extraite du secteur par des mineurs.

Quadra : mont (3 173 m)

Ce mont tire son nom du fait qu'il compte quatre pinacles distincts.

Redstreak : mont, faille, camping

La teinte rougeâtre de la pierre s'explique par la présence d'hématite (oxyde ferrique). La faille a plusieurs kilomètres de profondeur, elle s'étend au nord jusqu'à Edgewater (10 km) et au sud jusqu'aux sources thermales Fairmont (32 km).

Rocheuses : monts

La première mention fut faite dans le journal de Legardeue de St. Pierre, qui leur donna le nom de montagnes de roche, en 1752. Les Autochtones les appelaient les montagnes brillantes ou étincelantes.

Selkirk : mont (2 938 m)

Thomas Douglas, comte Daer, était le 5e comte de Selkirk (voir Daer ).

Serac : ruisseau

Un sérac est un pinacle de glace instable qui se forme en terrain englacé.

Shanks : mont (2 844 m)

Thomas Shanks était le directeur général adjoint de la Commission topographique du Canada.

Sharp : mont (3 049 m), glacier

Nom qui décrit la vue que l'on a du contour du pic depuis le sud.

Simpson : rivière, col (2 107 m)

George Simpson, gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson, traversa en 1841 ce qui est maintenant le parc national Kootenay. C'est James Hector qui donna leur nom aux formations de l'endroit (aussi une crête et un mont).

Sinclair : mont (2 660 m), col (1 630 m), canyon

James Sinclair, un commerçant libre embauché par la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1841, mena un groupe de 23 familles de Fort Garry (aujourd'hui Winnipeg) jusqu'à Walla Walla, au Washington, pour s'y établir. Simpson accompagna le groupe sur une courte distance avant de prendre les devants.

Spar : mont

C'est l'apparence de ce mont qui lui valut ce nom, même s'il est difficile d'y voir un pôle.

Split : pic (2 929 m)

Regardez bien et vous verrez que ce pic semble vraiment avoir été clivé en morceaux.

Stanford : chaînon

Le nom vient probablement de Edward Stanford, un cartographe de Londres. En compagnie de John Arrowsmith, il révisa les recherches de l'expédition de Palliser pour produire une carte publiable.

Stanley : glacier, pic (3 155 m)

L'alpiniste de renom Edward Whymper baptisa ces formations en l'honneur de Frederick Stanley, noble britannique et 6e gouverneur général du Canada. Stanley est mieux connu dans le domaine du hockey, où la coupe prestigieuse porte son nom.

Stoddart : ruisseau, chaînon

Nommés en l'honneur de James Stoddart, pionnier de la vallée du Columbia qui vécut près de Windermere.

Storm : mont (3 091 m)

Le mauvais temps qui sévissait autour de ce pic empêcha le célèbre géologue G. M. Dawson d'en calculer l'altitude. Ce mont porte bien son nom car le temps y est souvent imprévisible.

Talc : lac, chutes

À une époque, on faisait l'extraction de talc à l'une des extrémités du lac.

Tokumm : ruisseau

Nom indien de la bande de Stoney pour « renard roux ». Il est toutefois étonnant qu'un ruisseau porte un tel nom, étant donné que les renards fréquentent rarement, sinon jamais, le parc Kootenay.

Tuzo : mont (3 245 m)

La première ascension de ce mont, l'un des dix pics, fut réussie par Henrietta Tuzo, l'une des membres fondatrices du Club alpin du Canada.

Verendrye : mont (3 086 m), ruisseau

Dawson nomma ce pic qui ressemble au Matterhorn en l'honneur de Pierre Gaultier de Varennes, Sieur de la Vérendrye, grand explorateur canadien français qui ne mit probablement jamais les pieds dans les Rocheuses.

Vermilion : rivière, col (1 651 m), chaînon

Le nom vient des lits d'ocre qui se trouvent à l'extrémité nord du parc, dont les plus connus sont les Paint Pots. Les Autochtones cuisaient l'argile riche en fer pour en faire des objets de décoration, pour faire des échanges et pour pratiquer des rituels spirituels.

Wardle : mont (2 810 m)

James Wardle contribua à la conception de la route Transcanadienne. Il fut aussi le directeur intérimaire du parc national Banff de 1919 à 1921, à l'époque où l'on achevait la construction de la promenade Banff-Windermere (route 93).

Washmawapta : champ de glace, glacier

Traduit de la langue de la bande de Stoney, ce toponyme signifie « rivière de glace », un nom tout indiqué.

Whymper : mont (2 845 m)

Edward Whymper devint célèbre pour sa première ascension du Matterhorn, en 1865. Le Canadien Pacifique demanda à Whymper de venir dans les Rocheuses pour y faire de l'escalade à des fins de publicité, mais ses efforts ne furent pas été du tout à la hauteur de ses réalisations antérieures. Il fut toutefois le premier à escalader le mont qui porte son nom.

Wolverine : col (2 207 m)

Origine inconnue. Le col doit probablement son nom à un carcajou qu'on a aperçu au col.