Parc national Kootenay

Ski de fond et raquette

Mitchell Range and the moon © Parks Canada / Alan Dibb
La chaîne Mitchell © Parcs Canada / Alan Dibb

Où faire du ski et de la raquette?

Dans le parc national Kootenay, l’arrière-pays est tout près!

Certains sentiers de randonnée conviennent à la pratique du ski de fond et de la raquette, mais le parc est une aire naturelle, et si vous vous y déplacez, vous le faites à vos propres risques. Aucune piste hivernale n’est entretenue ou patrouillée par Parcs Canada dans le parc national Kootenay. Les destinations estivales balisées ne sont pas toutes sécuritaires en hiver; informez-vous au Centre d’accueil de Parcs Canada pour connaître les possibilités de déplacements agréables et sécuritaires.

Groupes de jeunes : Chaque année, du 15 novembre au 30 avril, les groupes encadrés sont assujettis à des obligations en matière de planification et à des politiques particulières. Pour en savoir plus.

Services offerts en hiver

Les toilettes sont ouvertes tout l’hiver aux points de départ des sentiers populaires de l’arrière-pays. Comme toujours, il n’y a pas de carburant ni de service de téléphonie cellulaire dans le parc. Les paysages superbes et les espèces fauniques abondent pendant la saison hivernale. Conduisez prudemment. Merci!

Rapport sur l’état des routes de Drive BC | Rapport sur l’état des routes de 511 AlbertaPrévisions météorologiques

Le saviez-vous? La route panoramique Banff-Windermere (route 93 Sud) fait l’objet de déclenchement préventif d’avalanches afin d’assurer la sécurité des visiteurs et de réduire la fréquence des fermetures de routes.

Sécurité avalanche

Il ne faut pas vous aventurer loin pour vous trouver dans un terrain avalancheux où il est essentiel d’avoir de la formation, des compétences et de l’équipement (c’est-à-dire appareil de recherche de victime d’avalanche, sonde et pelle). Si vous prévoyez passer la nuit dans l’arrière-pays, n’oubliez pas votre permis d’accès à l’arrière-pays.

Prévisions d’avalancheCotes des terrainsActivités dans l’arrière-pays