Quoi de neuf

Les bassins des sources hydrothermales se remplissent de nouveau!

Ernie Gladstone, Superintendent, Gwaii Haanas, standing by the pools on Hotspring Island

Le personnel de Gwaii Haanas a confirmé que de l’eau chaude s’écoule dans les bassins de l’île Hotspring.

Le personnel de Parcs Canada s’y rendra à nouveau à la fin du mois pour recueillir des données sur la température et le débit.

L’écoulement d’eau et l’activité thermique dans l’île ont cessé à la suite du tremblement de terre d’une magnitude de 7,7 qui s’est produit à la fin octobre 2012.

L’activité thermique s’est graduellement accentuée depuis janvier 2014 alors que de l’eau chaude suinte à plusieurs endroits dans l’île.

Bien qu’on puisse s’attendre à ce que le rétablissement des sources hydrothermales se poursuive au fil du temps, il n’y a aucun moyen de savoir si elles retrouveront leurs niveaux ou températures historiques ou si elles les dépasseront.

Gandll K'in, nom de l’île en langue haïda, signifie « eau chaude ». Avant le tremblement de terre de 2012, on comptait au moins 26 sources hydrothermales et suintements naturels dans l’île.

Ces sources produisaient de l’eau à des températures allant de 32 à 77 degrés Celsius. La zone des sources hydrothermales est située à proximité d’un important système de failles dont le réservoir a une profondeur de plusieurs kilomètres.

L’endroit a revêtu, pour le peuple haïda, une importance culturelle pendant plusieurs générations en raison de ses eaux chaudes, de son écologie et des fruits de mer qui y abondent.

Le gouvernement du Canada et la Nation haïda remettent en état l’habitat de certains oiseaux de mer

Oisillon de guillemot à cou blanc Oisillon de guillemot à cou blanc
© Parcs Canada

Après des années de dévastation causée par l’introduction du rat, une espèce envahissante, l’île Arichika, autrefois une colonie d’oiseaux de mer très productive et une importante ressource culturelle, est de nouveau exempte de rats.

L’écosystème se remet grâce à un projet lancé par la Nation haïda et le gouvernement du Canada en collaboration avec des partenaires d’autres pays ayant l’expérience de la remise en état d’îles et de l’éradication d’espèces envahissantes.

Les espèces envahissantes constituent la principale menace pour le patrimoine écologique et culturel de la réserve de parc national, de l’aire marine nationale de conservation et du site du patrimoine haïda Gwaii Haanas.

D’après le savoir traditionnel, l’île Arichika abritait autrefois une population importante de guillemots à cou blanc (SGin Xaana ou oiseau nocturne dans la langue des Haïdas), une importante source saisonnière de nourriture pour la Première Nation.

« La protection des espèces en péril est une grande priorité pour Parcs Canada. Grâce à des initiatives comme celle-ci, nous obtenons des résultats mesurables sur le plan de la conservation qui appuient le Plan de conservation national. L’élimination du rat sur l’île Arichika est un bon exemple d’action concertée entreprise en collaboration par la Nation haïda, le gouvernement du Canada et nos autres partenaires. »

Ernie Gladstone, directeur de l’unité de gestion de Gwaii Haanas.

SGin Xaana Sdiihltl’lxa : Retour des oiseaux nocturnes

Communique

La ministre Aglukkaq annonce la recherche de sites archéologiques sous-marins et d’épaves à Gwaii Haanas

Le Lady Washington à S Gang Gwaay en 1791
Le Lady Washington à SGang Gwaay en 1791. Venu faire le commerce avec les Haïdas, il repartit avec une cargaison de peaux de loutre de mer. L’Ino était un navire de même gréement et de même jauge, et il transportait un équipage d’à peu près 22 personnes Image reproduite avec l’aimable autorisation de Gordon Miller

L’honorable Leona Aglukkaq, ministre de l’Environnement et ministre responsable de Parcs Canada et Kil tlaats’gaa, Peter Lantin, président de la nation Haïda, ont annoncé aujourd’hui le lancement d’un passionnant projet d’archéologie sous-marine dirigé par Parcs Canada qui aura pour objectif la recherche de divers sites archéologiques sous-marins et, pour la première fois, des restes d’épaves historiques dans la région de Gwaii Haanas.

Cette recherche fait suite à des années de travail effectué par Parcs Canada et divers partenaires pour explorer, étudier, protéger et présenter au public le riche patrimoine archéologique de la région.

L’archéologie subaquatique