Les gens


Joueurs de tambours haïdas, Un visiteur à SGang Gwaay, Une longue maison peinte à la baie Swan © Parcs Canada / Debby Gardiner, Mara Kendrick

Un domicile pour des générations de Haïdas

Les vestiges archéologiques de l’occupation humaine de ces îles datent de plus de 12 500 ans. Des générations de Haïdas ont été et continuent d’être nourries par les richesses de Haida Gwaii.

Les Haïdas créèrent une société complexe dans ces « îles de beauté », grâce à la grande accessibilité des sources de nourriture et de diverses autres ressources, comme le majestueux thuya géant. Bill Reid, artiste haïda de renommée mondiale, décrit ainsi l’importance de cet arbre :

[traduction libre]
Oh, le thuya!
Si, dans son enfance, l’humanité
avait prié pour obtenir l’objet parfait
qui comblerait tous ses besoins matériels et esthétiques,
un dieu indulgent n’aurait pu l’exaucer de plus belle façon.

Tiré de Out of the Silence, (1971) par Bill Reid

Le thuya géant et le cyprès jaune servent à toutes sortes de fins : l’écorce, qui se tisse, peut être transformée en vêtements et en paniers, tandis que le bois sert à la fabrication de masques, de boîtes en bois cintré, de maisons, de gigantesques mâts totémiques et de la pirogue, une invention ingénieuse des Haïdas.

Dans l’univers des Haïdas, chaque organisme vivant est relié aux autres. Le mot haïda Yahguudang sert à exprimer l’idée du « respect pour tout ce qui vit ».

Venez à Gwaii Haanas pour en découvrir davantage sur la société complexe, les traditions orales et les moyens d’expression artistique des Haïdas.

Apprendre Plus...