La mer


Un rorqual à bosse émergeant de l’eau © Parcs Canada

Les eaux de Gwaii Haanas cachent une étonnante diversité de caractéristiques écologiques, d’habitats et de créatures à découvrir. Le royaume marin de Gwaii Haanas protège une extraordinaire diversité de caractéristiques écologiques, d’habitats et de créatures. Sous les eaux du détroit d’Hécate repose une ancienne plaine ressemblant à une étendue de toundra, où sont visibles les contours de rivières sinueuses, de lacs et de terrasses de plage - un paysage submergé lors de l’élévation du niveau de la mer à la fin de la dernière glaciation.

Au large de la côte ouest de Gwaii Haanas, la plateforme Reine-Charlotte descend abruptement à 2 500 m sous la surface de l’eau, créant une transition spectaculaire entre la masse terrestre soulevée des îles, le plateau continental peu profond, le talus continental et les abysses. Ces « bordures écologiques » sont une source de richesse biologique inégalée.

De la surface, nous ne pouvons observer qu’une infime partie des liens complexes qui unissent les plantes marines, les animaux et leur entourage.


Un plongeur dans du varech © M. Heibert

Merveilles du monde sous-marin

Des dizaines de milliers de saumons du Pacifique se bousculent pour remonter les ruisseaux côtiers où, chaque automne, ils devront frayer avant de mourir et d’alimenter la forêt. Des millions de harengs reviennent frayer eux aussi, transformant le littoral et les bras de mer protégés en une vaste zone écumeuse de couleur bleu-blanc. Des sébastes vieux de plusieurs dizaines d’années serpentent entre les coraux plusieurs fois centenaires qui peuplent les grandes profondeurs. La morue charbonnière, un résident des grands fonds, passe sa vie d’adulte à plus de 1 500 m sous la surface.

Les forêts de varech figurent parmi les écosystèmes les plus fertiles de la planète. Elles procurent un habitat à de nombreuses espèces : étoiles de mer, vers marins, poissons et mammifères marins.

Secrets de la zone intertidale

Patirias vermillon © Andrew Wright

Deux fois par jour, la marée descendante expose un véritable kaléidoscope de vie – patelles, bigorneaux, moules, chitons et plus encore.

Retournez une pierre à marée basse et observez les crabes des rivages qui s’enfuient à la recherche d’un abri. Séparez le couvert des algues et dévoilez une jeune pieuvre tapie dans l’attente de la marée montante.

Épiez un nudibranche caché dans les herbiers de zostère. Ou admirez les couleurs vives des patirias vermillon au repos dans une zone abritée.

Mammifères marins

Dauphin à flancs blancs du Pacifique
© Parcs Canada / Debby Gardiner
Otaries de Steller
© Parcs Canada / Debby Gardiner

Vingt espèces de baleines et de dauphins ont été recensées dans ces eaux. Pendant leur migration printanière, les baleines grises et les rorquals à bosse traversent Haida Gwaii en route vers leurs lieux d’alimentation estivaux, situés plus au nord.

Outre le dauphin et le marsouin, l’épaulard, le petit rorqual, le phoque commun et l’otarie de Steller sont régulièrement observés dans les eaux de Gwaii Haanas. Des rorquals boréaux, des rorquals communs et d’autres espèces de baleines y sont aussi aperçus à l’occasion.

Observation des mammifères marins

Liens entre mer et terre

Huîtrier de Bachman © Parcs Canada
Macareux huppé © Parcs Canada

Ces îles sont un véritable paradis pour les observateurs d’oiseaux. Quelque 1,5 million d’oiseaux de mer nichent le long du littoral de Haida Gwaii, qui fait environ 4 700 km. Environ la moitié de ces oiseaux se rencontrent à Gwaii Haanas.

Le macareux rhinocéros, le guillemot à cou blanc, le macareux huppé, le macareux cornu, le starique de Cassin, le guillemot colombin, l’océanite cul-blanc et l’océanite à queue fourchue figurent parmi les espèces le plus souvent observées sur l’eau. Le guillemot marmette, l’huîtrier de Bachman, le cormoran pélagique, le pygargue à tête blanche et le faucon pèlerin de la sous espèce pealei nichent également le long des côtes.

Comme les îles sont situées dans la voie migratoire du Pacifique, des dizaines d’espèces d’oiseaux migrateurs y font halte au printemps et à l’automne. Le littoral et la forêt fournissent un abri, un lieu de nidification et des sources de nourriture de toute première importance à une gamme variée d’oiseaux de mer.


Guillemots marmettes © Parcs Canada / Debby Gardiner