La terre

Îlots Arichika - secteur sud
Îlots Arichika - secteur sud © Parcs Canada / Andrew Wright

Îles de beauté

Gentiane à pétales larges de la zone alpine Gentiane à pétales larges de la zone alpine
© Parcs Canada / C. Johnson Kendrick

Gwaii Haanas est formée d’îles et d’îlots, de baies et de bras de mer, de bassins de marée et de plages.

La forêt pluviale tempérée de la côte du Pacifique s’étend du niveau de la mer jusqu’aux pentes de la chaîne San Cristoval, l’épine dorsale de Gwaii Haanas.

Fleurs alpines, herbes, graminées et saxifrages prospèrent dans ces hautes altitudes.

Géants de la forêt

Imposantes épinettes de Sitka Imposantes épinettes de Sitka – Île Lyell
© Parcs Canada / Debby Gardiner

À faible altitude, la pluie et les températures modérées contribuent à la croissance de denses forêts dominées par le thuya géant, la pruche de l’Ouest et l’épinette de Sitka.

Dans ces vieilles forêts couvertes de mousse, certains arbres ont plus de 1 000 ans et font 95 m de hauteur.

Le sous-bois est formé d’arbrisseaux de toutes sortes, dont le salal, le gaylussaquier à fruits bacciformes (gueules noires), la ronce élégante, la fougère et le maïanthème du Canada.

Isolés et libres de glace

La forme de Haida Gwaii changé comme le niveau de la mer est augmenté
La forme de Haida Gwaii changé comme le niveau de la mer est augmenté. De gauche à droite: environ il y a 14,000 ans, environ il ya 12,000 ans, environ il y a 10,800 ans © Parcs Canada

Au cours de leur histoire géologique, les rivages de Haida Gwaii se soulevèrent et s’abaissèrent à maintes reprises. De nombreuses îles aujourd’hui visibles au-dessus du niveau de la mer se trouvaient autrefois sous la surface, et vice versa.

Pendant la dernière glaciation, lorsque la majeure partie du continent nord-américain dormait sous un épais manteau de glace, quelques petites régions de Haida Gwaii échappèrent à l’étreinte glaciaire. Certaines espèces survécurent à l’intérieur de ces « refuges » et, au fil de l’évolution, finirent par acquérir des caractéristiques uniques en leur genre.

Faune distincte

Une hermine Une hermine vêtue de son manteau d’hiver © Parcs Canada
L’ours noir de Haida Gwaii L’ours noir de Haida Gwaii dans la zone intertidale © Parcs Canada / N. Osborne

Les îles sont de véritables havres pour les plantes et les animaux. La faune distinctive de Haida Gwaii est le résultat de plusieurs millénaires d’évolution. Par exemple, six des dix mammifères terrestres indigènes de l’archipel sont des sous-espèces qui ne se retrouvent nulle part ailleurs sur la planète. La musaraigne sombre, l’hermine et la martre d’Amérique en font partie.

C’est également le cas de l’ours noir de Haida Gwaii (Ursus americanus carlottae). Il s’agit de la seule espèce d’ours à peupler l’archipel de nos jours. Les ours noirs des îles profitent d’un riche régime de saumons et de coquillages intertidaux depuis si longtemps que leurs mâchoires et leurs dents sont aujourd’hui plus grosses que celles de leurs cousins du continent.

Espèces exotiques envahissantes

Un cerf de Sitka Un cerf de Sitka en train de manger du varech © Parcs Canada / Ryan Duffy
Un raton laveur Un raton laveur dans la zone intertidale
© Parcs Canada / D. Gardiner

Un grand nombre d’espèces continentales communes, comme le couguar, le loup et le grizzli, sont absentes de l’archipel. D’autres y ont été introduites depuis peu, notamment le cerf de Sitka, le raton laveur, l’écureuil, le castor et deux espèces de rats.

Ces espèces envahissantes prospèrent dans l’archipel parce qu’elles ont peu de prédateurs et de concurrents. Elles se propagent au détriment des plantes, des mammifères et des oiseaux indigènes.