Visite de points d'intérêt et observation de la faune

Observation de la faune

Coyote dans la prairie
Observation de la faune hivernale © Parcs Canada / S. Harrington

Que vous soyez venu dans le parc pour rouler sur les routes panoramiques, pour faire une randonnée ou pour vous détendre dans un lotissement urbain, il y a beaucoup de possibilités d'observer de la faune. Veuillez prener le temps de vous familiariser avec les précautions à prendre quand vous observez de la faune. Votre comportement influe sur la survie de la faune - et sur votre propre sécurité.

Le mouflon d'Amérique et le cerf se rendent souvent dans le lotissement urbain. On peut voir souvent les petits mammifères, les oiseaux, les cerfs et les mouflons d'Amérique le long des sentiers montagneux, et la prairie du parc attire le wapiti, le cerf mulet et le cerf de Virginie.

La fin de l'été et l'automne sont des périodes particulièrement propices à l'observation des animaux sauvages. La prairie qui couvre le pied des montagnes leur procure de bonnes sources de nourriture. Les animaux qui y sont attirés sont facilement visibles sur ces étendues dépourvues d'arbres. À cette époque de l'année, les visiteurs aperçoivent souvent des ours noirs en train de se nourrir dans les taillis de baies qui parsèment le fond des vallées.

Les ongulés comme le cerf, le wapiti et le mouflon d'Amérique s'accouplent en automne, et c'est donc à cette époque de l'année qu'ils sont les plus majestueux : leurs bois ont alors atteint leur pleine grandeur, et leur pelage est épais et lustré. Pendant la période du rut, les visiteurs ont droit à divers spectacles, dont celui du wapiti qui brame en constituant son harem ou celui de mouflons d'Amérique qui se livrent à des épreuves de force. Le parc sert aussi de domicile à une petite harde de bisons des plaines qui errent près de l'entrée nord du parc, tout près de la route 6. Il est possible de voir ces imposantes bêtes depuis la route étroite qui serpente à travers leur enclos. Ne sortez jamais de votre véhicule. Le bison est un animal imprévisible et agressif. Faites halte à la voie d'arrêt qui borde l'enclos. Une courte promenade vous mènera à un belvédère donnant sur le territoire des bisons et la prairie ondoyante des alentours.

Observation de la faune hivernale

L’hiver peut être le meilleur ou le pire moment pour observer la faune –dépendant des vents et de la neige. Les vents forts poussent les animaux à se réfugier dans des endroits abrités et la neige profonde peut rendre les déplacements difficiles pour vous et les animaux.

Le Cône de Blakiston (au sud de la route de l’entrée, entre les Lacs Waterton Inférieur et du Milieu) sert parfois de gîte à des centaines de wapitis, facilement visibles le long de la route. À la barrière ou au point d’observation du Lac Waterton Inférieur, vous pourrez peut-être voir des wapitis traverser la Rivière Waterton ou des loutres en train de nager.

Le long de la route Akamina, vous pourrez apercevoir des orignaux, des cerfs mulets, des écureuils roux, des lièvres et des martres. Soyez à l’affût pour observer les loutres jouer dans le Lac Cameron.

Les chevreuils et les mouflons sont communs, particulièrement dans le village. Un fait inusité serait l’observation de l’un des félins sauvages du Parc (couguar, lynx roux ou lynx du Canada)

La route du Canyon Red Rock en hiver est accessible seulement à pied, en raquettes ou en ski, alors partez et profitez des vues splendides tout en gardant les yeux grands ouverts pour pouvoir observer la faune.

Si vous ne voyez pas beaucoup d’animaux, vous verrez des traces dans la neige. Consultez votre guide de terrain afin de pouvoir dire qui est passé par là (et peut-être s’y cache encore!)

La nature au naturel

La possibilité de voir des animaux sauvages dans leur milieu naturel, c'est là l'une des espériences les plus palpitantes que vous puissiez vivre quand vous faites une visite à Waterton. Cependant, il est important de traiter les animaux sauvages avec le respect. Vous pouvez commencer à nous aider dès que vous entrez le parc.

Soyez alerte sur la route. Des centaines de gros mammifères sont tués sur les chaussées des parcs nationaux. Ces accidents entraînent souvent des blessures aux conducteurs et aux passagers. Les routes attirent le animaux sauvages parce qu'elles leur permettent de se déplacer facilement et que le fourrage y est facilement accessible. Pour prévenir les collisions avec des animaux sauvages, soyez alerte. Au moyen de coups d'oeil rapides, cherchez à détecter devant vous des mouvements et des yeux luisants qui indiquent la présence d'animaux. Si vous apercevez un animal, demeurez à l'affut : il pourrait y en avoir d'autres. Les animaux se déplacent souvent en groupe. Le plus important, ne faites pas de vitesse.

Dans un embouteillage causé par des animaux sauvages sur la route :

  • Ralentissez. Vous disposez de plus de temps pour réagir si vous conduisez lentement.
  • Faites attention aux voitures, devant et derrière vous.
  • Surveillez la route. Il arrive que des animaux sauvages et des êtres humains s'y engagent sans prévenir.
  • Arrêtez-vous sur l'accotement uniquement si vous pouvez le faire en toute sécurité. Ne vous arrêtez jamais en plein milieu de la chaussée, près d'une colline, d'un virage ou dans des secteurs congestionnés.
  • Restez dans votre véhicules, à l'abri de la faune et de la circulation.

Il est recommandé que vous demeuriez à au moins trois longueurs d'autobus (30 mètres/100 pieds) de distance des gros mammifères et à trois fois cette distance des ours. Évitez d'attirer les animaux en les noourrissant, en tendant la main ou en simulant leur cris. Si vous vous approchez trop des animaux ou si vous les nourrissez, vous leur faites perdre leur crainte naturelle des êtres humains. Une fois " accoutumés ", les animaux sauvages risquent de devenir de plus en plus agressifs. En vous aventurant trop près d'eux, vous menacez leur survie, et votre sécurité. Même si vous acceptez les risques personnels auxquels vous vous exposez, n'oubliez pas que vos actes peuvent engendrer chez les animaux sauvages des comportements qui pourraient causer des blessures chez les autres visiteurs, surtout les enfants.

Veillez à ne pas obstructer la trajectoire de l'animal et à lui laisser une issue. S'il s'approche de vous, reculez. Quittez les lieux immédiatement si vous détectez des signes d'aggressivité ou un changement de comportement. Pour votre propre sécurité et pour la protection des ours, il se peut que les gardes de parc aient recours à diverses techniques (tir à blanc, balles en caoutchouc) pour faire fuir les bêtes qui s'approchent continuellement des visiteurs.

Pour de plus amples renseignements sur l'éthique à respecter pour l'obs ervation de la faune, veuillez lire la brochure Conserver la faune sauvage.