Parc national des Lacs-Waterton

Pêche

Pêche à la mouche Pêche à la mouche © Parcs Canada

Pour pêcher dans le parc national des Lacs-Waterton, il faut se procurer un permis de pêche de parc national. Ce permis se vend pour un jours ou pour l'année (tarification). Les permis annuels expirent le 31 mars de chaque année.

Les pêcheurs peuvent acheter leur permis au Centre d'accueil, dans divers commerces du lotissement urbain et au kiosque de location d'embarcations du lac Cameron.

Les pêcheurs sont soumis à certaines restrictions, et les dates d'ouverture et de fermeture peuvent varier, tout comme les limites de prise. Il est donc sage de prendre un exemplaire du Sommaire du règlement sur la pêche 2014-2015 à l'achat de votre permis.

Les pêcheurs qui veulent jeter leur ligne dans les lacs Wall et Forum du parc provincial Akamina-Kishinena doivent obtenir un permis de pêche provincial.

Depuis quelque temps, les pêcheurs à la ligne et les gestionnaires du parc préconisent de plus en plus la pêche axée sur la conservation. Les valeurs ont changé depuis le siècle dernier, à mesure que se sont manifestés les impacts des choix antérieurs. Par exemple, les pêcheurs se faisaient autrefois un point d'honneur de capturer et de garder le nombre de prises autorisées. Or, de récentes enquêtes ont révélé que la majorité des pêcheurs préfèrent aujourd'hui conserver le poisson indigène et remettre à l'eau une partie ou la totalité de leurs prises.

Les pratiques antérieures ont endommagé les berges de certains lacs et ruisseaux et modifié le groupe d'âge et la taille-type des populations de poissons indigènes. Les espèces non indigènes ont graduellement supplanté les espèces indigènes, comme la truite fardée, l'omble à tête plate et le grand brochet, qui étaient plus faciles à capturer. Comment les gestionnaires du parc peuvent-ils rétablir les écosystèmes aquatiques tout en permettant aux pêcheurs sportifs et aux visiteurs du parc de les découvrir et d'en profiter pleinement? Certaines mesures ont déjà été prises, notamment les suivantes :

  • La limite de prise est désormais réduite à zéro pour l'omble à tête plate;
  • Certaines aires de frai de l'omble à tête plate sont fermées à la pêche;
  • La limite de prise quotidienne pour toutes les espèces de poissons indigènes est passée de 5 poissons à 2, et la limite de prise et de possession est elle aussi passée de 5 à 2;
  • Les plombs de moins de 50 g sont interdits;
  • Les appâts sont interdits dans la plupart des cours d'eau.

Certains autres changements sont proposés :

  • Modifier la réglementation pour promouvoir la capture des poissons non indigènes, tout en protégeant les espèces indigènes (ex. : interdiction de pêcher dans certains cours d'eau et lacs, interdiction de conserver les prises de certaines espèces indigènes; modification de la saison d'ouverture de la pêche à la ligne afin de protéger le poisson en frai; accroissement de la limite de possession et de la limite de prise pour certaines espèces non indigènes);
  • Introduire des mesures pour que les pêcheurs remettent à l'eau le poisson indigène sans lui infliger de blessure majeure;
  • Surveiller et évaluer la qualité de l'eau et les communautés aquatiques, et mener des recherches sur les espèces rares ou uniques;
  • Offrir au public un plus grand nombre de possibilités d'éducation et d'observation de la faune aquatique.

La pêche en Alberta (en anglais seulement).