Parc national du Canada des Lacs-Waterton

Escalade

La base - formations rocheuses

Les grimpeurs qui connaissent les Rocheuses canadiennes de Banff et Jasper profiteront à Waterton d'une expérience d'escalade plus douce mais intéressante. La roche largement sédimentaire y est plus ancienne et altérée et, combinée au temps plus doux et plus humide, convient mieux au grimpeur chevronné. Les grandes contrepentes de falaises, composées principalement de calcaire, de dolomie et de d'argilite rouge-verte datant d'un milliard d'années, sont généralement remplies de plus petites falaises fracturées et de corniches recouvertes d'éboulis. La protection est souvent médiocre ou inexistante et les éboulements présentent un danger constant.

On retrouve dans plusieurs endroits de la roche plus solide pouvant former des falaises. On peut observer sur de nombreux versants une bande noire verdâtre de diorite, d'origine ignée. Malheureusement, cette bande n'a que 30 m d'épaisseur en moyenne et se retrouve toujours entre des couches de quartzite pâle et pourri. On remarque en outre des affleurements d'ancien récif d'algues fossilisé transformé en calcaire relativement solide, anguleux et troué pouvant atteindre 20 m d'épaisseur.

Options d'escalade

Les voies d'escalade traditionnelles sont concentrées sur les falaises de calcaire et de dolomie de Bear's Hump, à deux pas du lotissement urbain de Waterton. On trouve les voies à plusieurs longueurs de corde et de difficulté moyenne sur la falaise exposée au sud. Elles sont souvent sèches et peuvent être grimpées en avril. La plupart des voies se terminent au point de vue très fréquenté l'été et les grimpeurs utilisent souvent le sentier de Bear's Hump pour redescendre. Sachez que les tiques aiment aussi beaucoup ce versant chaud au printemps!

On n'a pas développé de voies d'escalade sportive dans le parc.

L'escalade facile est de loin l'activité la plus populaire. Le parc compte plusieurs pics prisés, notamment Galwey, Crandell et le sommet le plus haut du parc, celui du mont Blakiston. On peut souvent pratiquer ce type d'escalade sur les versants sud dès début mais, mais on trouve encore de la neige sur de nombreuses voies pendant l'été. Comme toutes les autres personnes qui se déplacent en terrain montagneux, les grimpeurs doivent être bien préparés et transporter de l'équipement de secours et de l'approvisionnement d'urgence. Des erreurs dans le choix de l'itinéraire ou un changement inattendu des conditions météorologiques peuvent transformer une excursion plaisante en une expérience terrifiante constituant un danger de mort.

Plusieurs chutes d'eau se transforment normalement en glace fin novembre et on peut les escalader au début du printemps. Les températures douces et les chinooks fréquents peuvent rendre la qualité de la glace suspecte et il n'est pas inhabituel pour les voies de fondre ou de tomber, puis de se reformer plusieurs fois au cours de la saison. La plupart des itinéraires populaires font normalement l'objet d'un risque d'avalanche peu élevé ou inexistant.

Camping et bivouac

Le règlement et les permis de camping sont expliqués dans la section sur le camping dans l'arrière-pays . La plupart des courses à Waterton peuvent s'effectuer facilement en une journée et il n'est pas recommandé de camper hors des aires désignées de l'arrière-pays compte tenu de la petite superficie du parc. Les grimpeurs peuvent être autorisés à bivouaquer sur les plus longs itinéraires ou au besoin pour terminer une course en toute sécurité, mais ils ont besoin dans tous les cas d'un permis. Certaines restrictions s'appliquent.

Aucune trace

On encourage toutes les personnes qui se déplacent dans l'arrière-pays à adopter des techniques écologiques, particulièrement dans les régions alpines. Les alpages et les bords de cours d'eau humides fragiles sont notamment vulnérables au piétinement et aux sentiers improvisés et il vaut mieux leur préférer les surfaces plus dures comme la roche, la neige ou le gravier si possible. Les déplacements en petit groupe sont plus sûrs et ont moins d'impact sur la végétation, la faune et les autres utilisateurs. Il peut être amusant de descendre des pentes d'éboulis mais cela peut laisser des traces très visibles et accélérer l'érosion. Veuillez tenir compte de l'incidence de vos actions sur l'environnement et les autres utilisateurs.

Inscription aux fins de sécurité

Toutes les personnes qui se déplacent dans l'arrière-pays peuvent s'inscrire volontairement aux fins de sécurité. L'été, on peut s'inscrire en personne au bureau des gardes pendant les heures d'ouverture. L'hiver, on peut avoir recours à l'auto-inscription, également au bureau des gardes. Au moment de leur retour, les personnes doivent aviser le parc par téléphone ou en retournant le formulaire d'inscription. Si les visiteurs ne reviennent pas comme prévu, on entreprend des recherches dans un délai raisonnable, mais les grimpeurs doivent s'attendre à passer au moins une nuit supplémentaire dans l'arrière-pays.

Services de sauvetage

Des services complets de sauvetage sont offerts aux visiteurs des parcs nationaux. Les grimpeurs doivent toutefois être autonomes et ne pas oublier qu'on ne peut pas toujours leur porter immédiatement assistance, particulièrement en hiver. Les coûts de sauvetage sont généralement récupérés des droits d'entrée des visiteurs.

Information sur la région

On peut se procurer un certain nombre de guides et consulter de l'information en ligne sur l'escalade de rocher, l'escalade glaciaire et le ski de randonnée. On peut également acheter des cartes topographiques du parc au Centre d'accueil pendant l'été.

Consulter la section Sécurité publique à la page d'accueil de Waterton afin de connaître l'état des sentiers, la météo et les bulletins d'avalanche. On peut s'adresser au service des gardes en contactant le parc pour toute demande de renseignement particulière à l'alpinisme et à l'état des itinéraires (si disponible).