Parc national du Canada Jasper

Lignes directrices pour l'aménagement et l'utilisation du territoire de la station de ski Marmot Basin

Annexe 3 : Résumé de l'évaluation environnementale stratégique

Dans le cadre du processus de planification et d'aménagement de la station de ski, Parcs Canada, en collaboration avec Marmot Basin, a préparé les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin. Ces dernières décrivent l'aménagement et l'utilisation possibles, fixe des plafonds de croissance permanents et donne l'orientation dans un avenir prévisible.

Les considérations d'ordre environnemental et une approche prudente ont prévalu dans la préparation de ces lignes directrices. Parcs Canada a mené une évaluation environnementale stratégique (EES) afin d'examiner les répercussions de ces lignes directrices et d'aider les décideurs à comprendre les conséquences possibles de leurs décisions.

L'évaluation stratégique n'est ni la première ni la dernière étape de l'analyse environnementale de l'aménagement possible de la station de ski. Elle se trouve à mi chemin entre l'orientation stratégique établie dans les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski et les évaluations subséquentes de propositions de projets précis qui figureront dans des plans à long terme.

L'EES comportait trois grandes questions :

  • Comment l'aménagement autorisé par les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin influence t il l'environnement et l'expérience des visiteurs?
  • Les Lignes directrices sont elles conformes aux lois et à la politique qui régissent Parcs Canada et Marmot Basin?
  • Quels sont les effets cumulatifs possibles, à l'échelle locale et régionale?

Une étape importante d'une évaluation environnementale stratégique consiste à évaluer les solutions de rechange. Diverses solutions de rechange à l'aménagement qui auraient pu être envisagées pour Marmot Basin ont été d'emblée rejetées lorsque les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski ont été élaborées. En ont fait partie l'hébergement sur les pentes, l'utilisation sans restriction à l'année, et l'aménagement illimité dans le domaine à bail. L'EES a également porté sur les exceptions possibles aux restrictions imposées à l'aménagement, comme le permettent les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski .

Approche stratégique

L'EES avait pour objet d'examiner les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et d'indiquer comment l'aménagement possible de la station de ski et les activités menées conformément à ces lignes directrices influenceraient l'écologie, la culture et l'expérience des visiteurs du parc national Jasper du Canada. Les lois, la politique et le plan directeur ont servi à orienter l'EES sur les questions les plus importantes et à fournir un point de repère à partir duquel évaluer les répercussions environnementales possibles des Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin.

On n'a pas tenté, dans l'EES, de cibler ou d'évaluer toutes les répercussions environnementales possibles que pourraient avoir l'aménagement et l'utilisation de la station de ski. Parcs Canada, avec l'aide des spécialistes des ressources, ont défini les éléments importants qui reflètent les principales menaces et les principaux problèmes pour l'intégrité écologique, l'expérience des visiteurs et la capacité des infrastructures. On a concentré l'EES sur l'information et la recherche existantes, ciblé les lacunes d'information et pris note d'autres besoins en information auxquels il faudra répondre dans les plans à long terme ultérieurs et dans l'application connexe de la LCEE.

Les mesures d'atténuation proposées dans l'EES prennent la forme de paramètres de gestion de l'environnement qui visent à atteindre des résultats prévus en ce qui concerne les principaux enjeux. Les mesures d'atténuation prennent également la forme d'exigences de planification, d'exploitation et de connaissances que les plans à long terme et les propositions de projets futurs devront aborder. L'EES n'a pas précisé de mesures d'atténuation liées à des propositions d'aménagement spécifiques ou aux opérations permanentes. Ces mesures seront évaluées séparément au moyen d'un ensemble de pratiques de gestion exemplaires, d'un système de gestion de l'environnement et de l'évaluation environnementale du plan à long terme, conformément aux exigences de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale .

Répercussions sur l'intégrité écologique

Marmot Basin se trouve dans une cuvette alpine, en altitude sur les pentes ouest de la vallée de l'Athabasca. Une excursion au sommet passe dans les trois écorégions principales du parc : subalpine sèche dans la vallée, forestière dans la zone subalpine, rocheuse et glacée dans la zone alpine. À l'échelle régionale, les principales menaces à l'intégrité des écosystèmes décrites dans le plan directeur du parc comprennent la fragmentation de l'habitat et le déplacement de la faune, la sécurité des carnivores dont l'aire de distribution est étendue, et la viabilité des populations de caribous des bois [espèce menacée selon la Loi sur les espèces en péril (LEP). Les feux de végétation et les processus des bassins hydrographiques sont les grands facteurs écologiques que les activités d'aménagement de la station de ski pourraient influencer.

Les paragraphes qui suivent résument les résultats attendus, les paramètres de gestion et les effets environnementaux résiduels - ceux qui restent après la mise en œuvre fructueuse des mesures d'atténuation - sur des éléments importants, à la suite de toutes les activités d'aménagement de la station de ski.

Végétation, relief, sol

Résultats écologiques attendus

  • La végétation fragile et les caractéristiques du relief perdurent.
  • Le modèle de végétation est caractéristique de la région naturelle.
  • La végétation permet à un large éventail d'espèces indigènes d'y vivre.
  • Les mesures nécessaires pour empêcher l'introduction et la survie d'espèces non indigènes sont prises.

Paramètres de gestion : végétation relief, sol

  • Les espèces et les communautés indigènes dominent partout à la station de ski.
  • Les communauté végétales reflètent la diversité de la végétation régionale et locale.
  • Les dégagements et les éclaircies simulent la succession de la végétation indigène et appuient le rôle du feu.
  • La végétation indigène sert d'ancrage contre l'érosion du sol et du terrain.
  • Les communautés végétales rares et fragiles de même que les caractéristiques du relief demeurent intactes.
  • L'habitat d'espèces rares et sensibles est préservé.
  • La composition et la structure de la végétation assurent un habitat à diverses espèces indigènes.
  • La gestion de la végétation et la conception des installations favorisent le rétablissement du feu comme processus naturel.
  • La construction et la modification de la végétation et du relief ne changent pas les débits d'écoulement naturel, ni les coulées de terre et de pierres.
  • La construction, la modification du relief et l'enlèvement de végétation évitent la saturation des sols ou les dépôts superficiels lorsque des mesures d'atténuation risquent de ne donner aucun résultat.

Diversité de la végétation indigène - La végétation indigène diversifiée de la région retient le sol et offre des plantes fourragères à l'année à la faune, notamment aux chèvres de montagne et aux caribous de montagne.

Également soumise à des stress à des altitudes supérieures en raison des conditions extrêmes, la végétation est perturbée par l'aménagement, les opérations et l'utilisation des visiteurs. Les répercussions de la construction et des éclaircies sont évidentes. Les dommages matériels permanents causés à la vie végétale par suite de l'entretien des pistes et du ski sont moins évidents.

L'aménagement de la station de ski ne peut pas se faire sans modifier la végétation et il est inévitable que la diversité en soit affectée. Les mesures d'atténuation garantissent que malgré ces répercussions, la diversité de la végétation indigène perdurera pour maintenir la flore et la faune locale et refléter les types qu'on trouve dans d'autres zones naturellement fragmentées de la région.

Une augmentation du secteur déjà aménagé touche moins de 0,01 % des écorégions alpine et subalpine du parc. En recourant à des pratiques de gestion exemplaires en construction et en maintenant une bonne couverture de neige, on réduira au minimum les dommages à long terme. En simulant les modèles naturels, les dégagements protégeront la végétation type de la région qui sert d'habitat à diverses espèces indigènes. Les répercussions directes d'une proposition de prolongement du télésiège Knob sont minimes; l'ajout d'un éventuel nouveau parc et d'un réservoir à mi montagne dans des secteurs déjà modifiés risque peu de nuire davantage à la diversité de la végétation.

Même s'il est clair que l'aménagement changera localement la structure et la composition de la végétation, les mesures d'atténuation proposées devraient préserver la diversité naturelle de la région et donner les résultats souhaités.

Habitat de petits mammifères - Les mesures d'atténuation visent à permettre à diverses espèces fauniques aussi proches que possible de celles qui vivent dans des secteurs subalpins naturellement perturbés d'y vivre.

Même si l'aménagement éventuel de la station de ski pourrait se répercuter sur la faune qui a besoin du couvert forestier, il peut être bénéfique pour des espèces qui préfèrent les habitats ouverts et les peuplements à maturité.

La compaction de la neige par suite du damage des pistes et du passage de véhicules et de skieurs continuera d'avoir des répercussions sur la végétation et l'habitat sous jacents. On ne prévoit pas le déplacement complet de petits mammifères, mais leur abondance et leur distribution pourraient être touchées.

Le domaine à bail de Marmot Basin représente une petite part des écosites subalpins du parc et les petits mammifères qui se trouvent à la station de ski ne sont ni menacés ni vulnérables à l'échelle régionale.

Par précaution, les Lignes directrices appliquent les normes prudentes de l'industrie du ski en ce qui concerne la largeur des pistes, la taille des parcelles, et la configuration du terrain. On évitera ainsi l'exclusion d'espèces qui vivent dans les forêts intérieures du domaine à bail. La détermination et la protection de sites sensibles et le maintien d'un éventail d'espèces et d'habitats seront conformes à la diversité naturelle.

Les paramètres de gestion, alliés à la mise en œuvre fructueuse de mesures d'atténuation, devraient résoudre les effets cumulatifs possibles et permettre d'atteindre les résultats écologiques souhaités.

Espèces rares et sensibles - Marmot Basin compte un certain nombre d'espèces végétales rares et sensibles. Des contrôles exercés sur l'emplacement et la conception de l'aménagement éviteront toute répercussion directe sur les sites sensibles, par suite de travaux de construction ou de modifications. La protection de ces sites sensibles préservera la composition et la diversité de la végétation caractéristique de cette région naturelle.

L'aménagement possible d'un réservoir d'eau à mi montagne, l'adoption d'une stratégie de gestion de l'eau et d'un système de gestion de l'environnement contribueront à préserver le débit saisonnier et la fonction naturelle des écosystèmes riverains sensibles.

Une stratégie d'amélioration des pistes et de gestion de la végétation résoudra l'effet de l'exploitation de la station de ski sur les espèces rares et sensibles. Les paramètres de gestion alliés à une mise en œuvre fructueuse de mesures d'atténuation devraient résoudre les effets cumulatifs possibles et permettre d'obtenir les résultats écologiques attendus.

Feux - Le feu est la perturbation naturelle la plus importante, celle qui modèle la végétation, l'âge des forêts et l'habitat de la faune. De plus, les feux de végétation aident à lutter contre l'activité des insectes, un aspect important dans l'Ouest canadien où le dendroctone du pin ponderosa est particulièrement préoccupant.

Depuis toujours, il y a des feux de surface fréquents et de faible intensité dans la région subalpine sèche, et des feux de couronne moins fréquents, mais de forte intensité, dans la région subalpine. Pour protéger la station de ski, Parcs Canada supprime les feux dans un rayon de 10 km autour de la station. Les paramètres de gestion sont axés sur la restauration du feu dans la région et la réduction des risques pour la station de ski. L'adoption des principes du programme Préventi-feu peut atténuer la nécessité d'éteindre les feux dans la région.

La simulation de la mosaïque forestière historique soutiendra les écosystèmes et les habitats caractéristiques de cette région naturelle. La coordination de la gestion des feux et de leur suppression, de même que les plans de déboisement pour les pistes, de dégagement, d'enneigement artificiel et d'entreposage de l'eau peuvent permettre d'atteindre des objectifs écologiques multiples.

Même si des mesures d'atténuation ne rétabliront pas entièrement le rôle du feu et qu'il faudra toujours les maîtriser, les mesures devraient améliorer la situation actuelle.

La station de ski atteindra les objectifs écologiques attendus à l'échelle locale et régionale en créant les conditions nécessaires à la restauration du feu et en simulant certains des effets du feu dans le domaine à bail.

Sol et relief - L'instabilité de certains éléments, précieux en tant qu'exemples des processus glaciaires et géologiques, rend ces régions inaptes à la construction. De plus, des écosystèmes souvent inondés ou saturés d'eau sont davantage enclins à l'érosion. Grâce à des mesures d'atténuation appropriées, la perturbation du sol, du till et des sols saturés devrait se limiter à la région immédiate des projets exécutés.

On ne prévoit pas que l'aménagement entraînera une érosion persistante, une perte de la masse ou des perturbations de l'écoulement naturel et du débit du terrain. Les perturbations seront pour la plupart régiospécifiques et réversibles.

Le processus de planification à long terme devra s'attarder à des solutions de rechange pour l'emplacement du point d'arrivée au sommet du prolongement possible du télésiège Knob, si la station présente cette proposition pour résoudre les problèmes liés aux répercussions sur le relief. Certains effets de la proposition de prolongement du télésiège Knob peuvent ne pas être réversibles. L'entretien et le ski nécessitent une gestion attentive, car la remise en état de la végétation peut être difficile dans la zone alpine.

Milieux aquatiques

Résultat attendu

  • Les écosystèmes aquatiques fonctionnent naturellement.

Paramètres de gestion : milieux aquatiques

  • L'aménagement ne compromet pas la contiguïté et l'écoulement naturel en surface et sous terre.
  • Le débit minimum des cours d'eau permet à la faune aquatique de vivre, compte tenu de la variabilité saisonnière.
  • Les inondations et les rythmes des débits saisonniers maintiennent la végétation riveraine.
  • La qualité de l'eau du ruisseau Portal et de la rivière Athabasca est maintenue.

Qualité de l'eau - On ne dispose pas de renseignements précis sur la qualité de l'eau des cours d'eau de la station de ski. Une hausse de l'utilisation de la station de ski peut faire augmenter le volume des effluents, ce qui ajoutera davantage de nutriments en aval. L'érosion du sol peut entraîner une augmentation de la sédimentation.

Les mesures d'atténuation visent à maintenir la qualité de l'eau et des eaux résiduaires dans les limites de lignes directrices, à maintenir ou à restaurer les niveaux naturels de nutriments en aval, et à réduire au minimum les répercussions possibles des matières dangereuses et des polluants, par suite d'accidents ou de l'exploitation de la station de ski.

Des lignes directrices sur les effluents fixeront des normes raisonnables afin de sauvegarder l'intégrité écologique et la santé. Des permis relatifs à l'eau et un système de gestion de l'environnement dans le cadre duquel on surveillera l'eau et les eaux résiduaires garantiront le respect des règlements pertinents. L'utilisation de produits écologiques réduira au minimum les risques de libération cumulative ou accidentelle de matières toxiques.

Une planification attentive, la sélection de produits et la surveillance permettront d'obtenir les résultats écologiques attendus en ce qui concerne la qualité de l'eau.

Débit des cours d'eau - Les ruisseaux Basin et Whistlers sont les deux principaux cours d'eau de la région. L'eau potable et l'eau qui sert à l'enneigement artificiel proviennent du ruisseau Basin. Des cours d'eau souterrains façonnent la végétation dans le domaine à bail et les environs. Des travaux de déblaiement peuvent libérer ces sources d'eau cachées, causer l'érosion, l'instabilité et des zones humides artificielles.

Les paramètres de gestion exigent que la station de ski préserve et rétablisse la variabilité naturelle des débits d'eau et préserve des débits minimums pour que la flore et la faune aquatiques et riveraines puissent vivre. On ne prévoit pas que le prélèvement d'eau nuise aux écosystèmes aquatiques ou riverains.

La répercussion peut être la plus importante de l'exploitation de la station de ski est le détournement de l'eau du ruisseau Basin, ce qui pourrait entraîner une pénurie d'eau en aval. La collecte du débit excédentaire, le captage du ruissellement, et la conservation de l'eau peuvent réduire la quantité d'eau détournée du ruisseau Basin.

Les systèmes de collecte de l'eau conçus en fonction des variations naturelles du débit pourraient en grande partie atténuer les répercussions du détournement de l'eau, tout comme la détermination et la restauration des voies d'écoulement artificielles qui détournent actuellement l'eau du réseau hydrographique du ruisseau Basin.

Faune

Résultats attendus

  • La faune sensible ne développe pas d'accoutumance ou n'est pas déplacée d'habitats importants pour la population régionale.
  • La mortalité de la faune n'augmente pas.
  • Les espèces inscrites dans la Loi sur les espèces en péril (LEP) sont protégées.

Paramètres de gestion : faune

  • La largeur maximale des pistes est de 50 mètres.
  • Le dégagement du secteur actuel de la « base » est limité aux six hectares actuels.
  • Des dégagements additionnels en vue de sites spécialisés ne dépassent pas 75 mètres de largeur ou trois hectares de superficie.
  • De chaque côté des pistes, il reste une bande de forêt contiguë au moins aussi large que la piste.
  • Les aires boisées entre les pistes sont de forme irrégulière et s'étendent sur au moins huit hectares.
  • L'enlèvement additionnel de végétation, en bas du chalet Eagle, garantira le maintien d'au moins 65 % de la forêt naturelle.
  • Les travaux de construction et la modification de la végétation et du relief n'endommagent pas un habitat important pour les petits mammifères.
  • Les activités estivales comme les travaux de construction et l'entretien ne déplacent pas les grizzlis ou ne créent pas d'accoutumance.
  • L'aménagement préserve les sources naturelles d'alimentation des grizzlis et ne crée pas de sources non indigènes de nourriture susceptibles de les attirer.
  • Le ski hors piste et hors limites n'incite pas le caribou à quitter un habitat important pour sa population régionale.
  • L'aménagement n'augmente pas l'accès des prédateurs ni la densité des proies dans un habitat important pour les caribous dans le domaine à bail ou les environs.
  • Les modifications de la végétation et du relief ne modifient pas la quantité de lichens à la disposition des caribous à l'extérieur du secteur déjà aménagé.
  • Les travaux de construction, les modifications de la végétation et du relief, l'utilisation des visiteurs et les activités liées à l'exploitation n'obligent pas les chèvres à quitter leur habitat local essentiel à la population régionale ni les itinéraires essentiels à ses déplacements.
  • Les itinéraires de déplacement des chèvres jusqu'aux dépôts salins au ruisseau Whistlers sont connus et protégés.

Grizzlis - Les grizzlis sont une espèce préoccupante (LEP) et sensible aux perturbations. Ils ont été vus dans les pistes de ski inférieures, sur la route d'accès et près de la lagune d'eaux usées, de même que dans le cours inférieur du ruisseau Whistlers. De la fin de l'été à l'automne, on les observe plus souvent à haute altitude. Les activités estivales comme les travaux de construction et l'entretien pourraient déplacer le grizzli et donner lieu à des conflits. Les mesures d'atténuation sont axées sur l'élimination des interactions des humains et des grizzlis qui pourraient causer une augmentation des déplacements, de l'accoutumance, des conflits et des mortalités. Pour respecter les paramètres de gestion de l'environnement, les plans d'aménagement possibles doivent tenir compte des sources d'alimentation, des habitudes de déplacement et des sites possibles de mise bas.

Compte tenu de ces considérations, l'aménagement et l'entretien estival devraient avoir peu de répercussions additionnelles sur le grizzli.

Caribous de montagne - Les populations de caribous dans toutes les Rocheuses diminuent. Les caribous des bois des montagnes du sud font partie des espèces menacées au Canada (LEP). La reconfiguration possible du domaine à bail en échange de certaines concessions assurerait un habitat important aux caribous. Le prolongement possible du télésiège Knob peut déplacer des caribous en attirant des skieurs dans des secteurs de ski hors piste et hors limites. Une décision concernant l'examen éventuel d'un aménagement possible des secteurs Tres Hombres et Outer Limits suivra l'achèvement d'une évaluation des risques pour le caribou qui fournira des renseignements objectifs et solides sur le plan scientifique. L'aménagement possible de Rockgardens aura peu de répercussions sur les caribous ou leur habitat.

Dans les mesures d'atténuation, on évitera de déplacer les caribous par suite du ski hors piste et hors limites et de faciliter l'accès aux prédateurs dans des habitats clés du caribou.

La réduction possible de la taille du domaine à bail donne de meilleures garanties que le secteur du ruisseau Whistlers demeurera intact, ce qui offrira une meilleure protection à long terme de l'intégrité écologique de l'endroit, en améliorant la protection de l'habitat précieux du caribou et d'importants dépôts salins pour les chèvres. On considère qu'il s'agit là d'un gain écologique substantiel qui contribuera véritablement à l'objectif poursuivi par Parcs Canada de préserver ou de rétablir l'intégrité écologique dans le parc national Jasper.

Une plus grande certitude quant aux résultats écologiques souhaités dans le cas du caribou des bois dépend des résultats de l'évaluation des risques pour le caribou. Pour réussir, Marmot Basin participera à l'évaluation des risques pour le caribou et devrait travailler en étroite collaboration avec la Woodland Caribou Southern Population Recovery Strategy et le parc national Jasper.

Chèvres de montagne - Les chèvres utilisent les pentes de la montagne Marmot en été, sa cime et ses cols balayés par les vents en hiver. Cette saison est particulièrement une source de stress et de perturbations qui pourraient nuire à la santé et à la survie des chèvres. Des travaux de construction pourraient causer le déplacement temporaire des chèvres de montagne. On considère important de maintenir l'accès à un dépôt salin populaire du secteur qu'il est envisagé de retirer du domaine à bail. Il est nécessaire de comprendre clairement le rôle du sommet de la montagne dans les mouvements des chèvres en hiver et son importance pour la population régionale afin de déterminer correctement les répercussions sur l'intégrité écologique et d'évaluer les options concernant les remonte pentes dans le plan à long terme.

Les mesures d'atténuation visent à prévenir le déplacement permanent des chèvres d'un habitat essentiel à la population régionale. Les résultats écologiques attendus peuvent être atteints si l'utilisation et l'aménagement possible le long de la crête du sommet n'ont pas de répercussions importantes sur le mouvement des chèvres. Les répercussions sur la population des chèvres de montagne dans la chaîne Trident sont peu probables, si les habitudes de déplacement importantes dans la région sont maintenues.

Carcajous - Détritivores opportunistes, les carcajous ont une grande aire de distribution et des habitats diversifiés. L'utilisation hivernale actuelle de Marmot Basin déplace déjà les carcajous et il est peu probable qu'un aménagement ou une utilisation accrus aient des répercussions additionnelles.

Les mesures d'atténuation sont axées sur le maintien des mouvements dans la station de ski et l'évitement d'autres déplacements ou de la mortalité en raison des travaux d'agrandissement.

Le maintien de la composition et de la structure de la végétation décrites dans les paramètres de gestion pour les petits mammifères devrait permettre aux carcajous de se déplacer dans la station de ski et de trouver du fourrage hors saison. Une gestion efficace des déchets découragera les carcajous de fréquenter les aires habitées et évitera l'accoutumance et la mortalité qui y sont associées.

L'aménagement à petite échelle aura probablement peu d'effets sur les carcajous dans la région. Les résultats écologiques attendus visent à prévenir d'autres déplacements locaux et à limiter le risque d'accoutumance et de mortalité.

Lynx - Le lynx a besoin de divers habitats pour se nourrir et mettre bas. Assez tolérant de la présence humaine, le lynx des Rocheuses est sensible au changement environnemental : il faut faire preuve de prudence lorsqu'on modifie son habitat. Une augmentation de la circulation peut faire augmenter la mortalité. Des stratégies de gestion de la végétation peuvent compenser l'effet de l'aménagement sur les lynx, pourvu que les secteurs boisés demeurent suffisamment étendus.

Les facteurs d'atténuation concernant le lynx sont axés sur le maintien de l'habitat des lièvres, l'utilisation et la libre circulation des lynx dans le domaine à bail. L'effet sur le lynx, à l'échelle régionale ou locale, ne sera probablement pas important, car tout le domaine à bail représente moins de un pour cent de l'aire de distribution du lynx adulte. Les résultats écologiques attendus en ce qui concerne le lynx peuvent être atteints par le maintien de son habitat et de la végétation qui l'incitent à utiliser le domaine à bail.

Répercussion sur l'expérience des visiteurs

Résultats attendus

  • L'aménagement proposé répond aux besoins et aux attentes des visiteurs.
  • Les visiteurs ont la possibilité de se renseigner sur le patrimoine naturel et culturel.
  • L'aménagement maintient un aspect naturel.
  • Le potentiel de conflits entre différents types de visiteurs est maintenu au minimum.

Besoins et attentes - Les lignes directrices permettent d'éventuelles initiatives d'aménagement de nouvelles pistes pour les débutants et pour les experts, la modernisation des remonte pentes, un équilibre entre les services et les installations, l'agrandissement de chalets de jour et des stationnements. L'aménagement possible, si des propositions en ce sens sont présentées, devrait contribuer à une expérience de qualité pour les visiteurs et à la durabilité économique de la station de ski et de la ville de Jasper.

Il n'existe aucune norme publiée pour la conception des pistes de ski. Les concepteurs modernes adoptent généralement un ratio de 35/65 entre les aires dégagées et le couvert forestier naturel. Les pistes ont généralement de 30 à 50 m de large, selon la difficulté souhaitée. La distance entre les pistes est habituellement plus large que les pistes elles mêmes. Ces paramètres sont semblables à ceux qui sont utilisés pour maintenir l'habitat de petits animaux.

Éducation - Les visiteurs et les employés de Marmot Basin auront la possibilité de découvrir le patrimoine naturel et culturel. L'éducation des visiteurs est importante pour obtenir leur soutien et leur collaboration pour les paramètres de gestion. Les résultats attendus en ce qui concerne la conservation de l'eau et la protection du caribou et des chèvres de montagne sont étroitement liés aux objectifs d'éducation des visiteurs.

Esthétisme - Simuler un paysage naturellement fragmenté contribuera à une apparence naturelle. Les plans à long terme examineront des moyens de réduire au minimum la perturbation du profil de la crête du sommet si l'aménagement d'un point d'arrivée du télésiège Knob se concrétise. Il est important de comprendre que l'aménagement possible de Marmot Basin peut nuire à l'expérience esthétique des autres visiteurs.

Conflits entre les utilisations des visiteurs - Une augmentation du ski hors limites pourrait influencer l'expérience des utilisateurs de l'arrière pays. Des mesures d'atténuation qui évitent de perturber le caribou et les chèvres de montagne devraient résoudre les conflits d'utilisation entre les visiteurs de l'arrière pays.

Répercussion sur les ressources et l'infrastructure

Résultats attendus

  • Les ressources et les infrastructures actuelles permettent de nouveaux aménagements et une utilisation accrue.
  • L'aménagement respecte les normes environnementales.

Routes et transport - Les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin insistent sur l'importance du transport en commun et l'amélioration de l'efficacité des stationnements actuels. Il n'y aura pas d'augmentation nette du nombre de routes de service, qui seront regroupées lorsque cela sera possible.

L'utilisation du transport en commun réduira la nécessité de construire des installations ou d'agrandir celles qui existent déjà. Les plans à long terme résoudront les effets sur la faune et la sécurité publique de l'augmentation de la circulation sur la route d'accès.

Approvisionnement en eau - Grâce à une planification, à un exploitation et à une surveillance efficaces, on ne prévoit aucun problème d'approvisionnement en eau ou de qualité de l'eau en aval. L'application des Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et des mesures d'atténuation pertinentes permettront d'obtenir les résultats souhaités.

Électricité - Les technologies éconergétiques (p. ex., canons à neige) éviteront la nécessité d'augmenter la consommation d'électricité. S'il faut plus d'électricité, Marmot Basin examinera la possibilité d'utiliser des sources énergétiques de remplacement, ce qui évitera de devoir recourir au réseau local. Si une proposition d'aménagement exige plus d'énergie du réseau, la capacité devra être en place avant que le projet ne soit mis en œuvre. L'application des Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et des mesures d'atténuation pertinentes permettront d'obtenir les résultats souhaités.

Hébergement - Tous les logements pour les employés et l'hébergement pour les visiteurs sont actuellement fournis à la ville de Jasper, dans des établissements d'hébergement commercial périphériques ou les collectivités voisines. Il faudra prévoir une stratégie de logement des employés dans un plan à long terme avant que les projets qui n'exigent l'embauchage de personnel additionnel ne soient réalisés. L'aménagement prévu nécessitera peu de personnel additionnel à Marmot. Les besoins en hébergement des visiteurs doivent être comblés dans le respect des plafonds de croissance établis pour la collectivité et les établissements d'hébergement commercial périphériques, de même qu'à l'extérieur du parc. Il faudra le démontrer clairement dans les plans à long terme.

Besoins en information

Il faut davantage d'information pour bien évaluer les propositions faites dans le cadre du plan à long terme. Les besoins en information les plus importants pour le processus de planification à long terme sont les suivants :

  • Fragmentation de la végétation
  • Débit hydrologique et qualité de l'eau
  • Évaluation des risques pour le caribou et modélisation de scénarios
  • Évaluation de l'habitat des chèvres
  • Évaluation des répercussions sur les vues
  • Analyse de la capacité des infrastructures

Lois et politique

L'aménagement et l'utilisation autorisés par les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin reflètent les lois et la politique actuelles, y compris le Plan directeur du parc national et les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski . Des corrections à l'annexe 5 de la Loi sur les parcs nationaux du Canada devront avoir été adoptées avant de délivrer des permis pour l'aménagement possible à l'extérieur des limites actuelles du domaine à bail. La reconfiguration des limites du domaine à bail doit être approuvée avant qu'une exception aux Lignes directrices pour la gestion des stations de ski ne soit envisagée.

Effets cumulatifs/conclusions

On a tenu compte des effets cumulatifs de toutes les activités d'aménagement possibles de la station de ski envisagées dans les présentes Lignes directrices en ce qui concerne les résultats attendus pour l'intégrité écologique, l'expérience des visiteurs et la capacité des infrastructures.

Intégrité écologique

On ne prévoit pas que des effets cumulatifs par suite de l'aménagement possible de la station de ski compromettront l'intégrité écologique de la région.

Le retrait de la vallée du cours inférieur du ruisseau Whistlers du domaine à bail devrait entraîner la protection à long terme d'un important habitat pour les caribous et profiter à d'autres espèces fauniques de la région dont les grizzlis, les carcajous, les lynx et les chèvres de montagne. Il s'agit d'un gain écologique substantiel selon la définition des Lignes directrices pour la gestion des stations de ski . Pour cette raison, Parcs Canada est prêt à envisager des exceptions à sa politique. Le gain écologique dépend en partie de la capacité de limiter l'accès des skieurs à l'autre versant de la montagne Marmot, si l'on donnait suite à la proposition de prolongement du télésiège Knob.

Il est fait preuve de prudence pour aborder les questions d'aménagement possible lorsqu'il y a incertitude. On ne connaît pas très bien l'effet de la proposition de prolongement du télésiège Knob sur l'habitat des chèvres de montagne et des caribous, ainsi que l'efficacité des mesures d'atténuation. Voilà pourquoi on a fait preuve de prudence tout au long des Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et l'EES, en particulier en ce qui concerne les effets néfastes possibles sur les habitudes et les habitats des chèvres de montagne et des caribous des bois. Le prolongement possible du télésiège Knob pourrait perturber les routes migratoires des chèvres de montagne, selon l'emplacement et le tracé du point d'arrivée au sommet. Une évaluation objective et solide sur le plan scientifique des répercussions du plan à long terme sur la population régionale des chèvres de montagne nécessitera davantage d'information sur l'habitat des chèvres, leur mouvement et leur utilisation de Marmot Basin. Une évaluation des risques pour le caribou portera sur l'effet de l'aménagement possible des secteurs Tres Hombres et Outer Limits sur les caribous et l'habitat de ces derniers avant qu'on ne décide d'aller de l'avant dans ce cas. L'évaluation des risques peut également préciser des mesures d'atténuation pour s'assurer que le ski hors piste actuel contribue à l'atteinte des paramètres écologiques. Des plafonds de croissance négociés et permanents diminueront la taille du domaine à bail et fourniront de meilleures garanties quant à l'aménagement à long terme du territoire.

Tout en reconnaissant que l'analyse se poursuivra dans le cadre de l'évaluation des risques pour le caribou et les évaluations environnementales futures, l'aménagement qui peut être proposé dans le plan à long terme ne devrait pas menacer la faune sensible, notamment les populations régionales de grizzlis, de carcajous, de lynx, de caribous des bois et de chèvres de montagne.

La gestion de la végétation et la conception du domaine skiable appuieront les stratégies régionales en ce qui concerne les feux et la végétation. La modification artificielle et la gestion des écosystèmes s'inspireront des paysages perturbés naturellement, par exemple les cuvettes et les pentes façonnées par les avalanches.

À l'échelle locale, il faudra protéger, préserver et rétablir par des mesures d'atténuation pertinentes les espèces, les communautés et les caractéristiques sensibles. On ne prévoit pas que les effets cumulatifs de l'aménagement possible entraîneront la disparition d'espèces, de communautés ou de faune locales sensibles.

Malgré l'augmentation possible de l'utilisation de l'eau, les écosystèmes aquatiques devraient fonctionner naturellement. Les débits saisonniers continueront d'alimenter la végétation et la faune aquatiques et riveraines.

Des recherches et une planification additionnelles s'imposent pour s'assurer que l'aménagement et l'utilisation donnent les résultats voulus pour l'environnement et l'expérience des visiteurs. L'EES décrit des initiatives qui ont pour but de réduire l'incertitude et d'offrir une information objective et solide sur le plan scientifique pour appuyer des décisions futures qui devront faire l'objet d'une proposition spécifique dans des plans à long terme. Pour obtenir les résultats attendus en matière d'intégrité écologique, les plans à long terme et les évaluations environnementales subséquentes devront clairement correspondre aux paramètres de gestion de l'environnement des Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et les exigences de planification et d'information de l'EES.

Expérience des visiteurs

Les attentes en ce qui concerne l'éducation et l'expérience des visiteurs sont conformes à celles qui sont exigées des collectivités et des établissements d'hébergement commercial périphériques. L'aménagement possible, s'il est proposé, devrait contribuer à une station de villégiature équilibrée et à une expérience de qualité pour les visiteurs, ce qui permettra à la station de ski de demeurer concurrentielle.

Les visiteurs et les employés de Marmot Basin auront la possibilité de mieux connaître le patrimoine naturel et culturel de Jasper, de même que son importance en tant que site du patrimoine mondial. L'éducation des visiteurs est étroitement liée aux résultats écologiques attendus en ce qui concerne la protection des caribous et des chèvres de montagne. Les Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin portent sur les répercussions sur les vues et les conflits d'utilisation des visiteurs, tant dans la montagne qu'à l'extérieur.

Capacité des infrastructures

L'infrastructure actuelle devrait suffire à l'utilisation des ressources en ce qui concerne le transport, l'hébergement et l'électricité. L'inclusion des plafonds de croissance de la station de ski dans les mises à jour du plan directeur du parc garantira que les changements à la station de ski sont pris en compte dans les évaluations et les plans régionaux.

Conclusion

Les propositions d'aménagement futur de la station de ski, élaborées conformément aux Lignes directrices de la station de ski Marmot Basin et aux exigences de planification et d'information de l' Évaluation environnementale stratégique , devraient permettre d'obtenir les résultats attendus en matière d'intégrité écologique, d'expérience des visiteurs et de la capacité des infrastructures, tout en fournissant des paramètres clairs à Marmot Basin pour son plan d'affaires et une exploitation saine sur le plan financier.

Retour à la table des matières