Fiche de questions-réponses Proposition de la société Brewster – Promenade de la Découverte-du-Glacier

Le 9 février 2012

Objet

Parcs Canada a réuni les renseignements suivants en réponse à des questions sur le projet de promenade de la Découverte-du-Glacier de la société Brewster Travel Canada et sur la décision qu’il a rendue au sujet de l’évaluation environnementale du projet.

Q1 : En quoi consiste ce projet? Que signifiera-t-il pour les visiteurs?

R1 : La description complète de la proposition se trouve sur le site Web de la société Brewster (en anglais seulement).
Cette proposition vise à modifier le belvédère du Mont-Kitchener et du Canyon Sunwapta, sur la promenade des Glaciers, pour permettre l’aménagement d’une promenade d’interprétation de 300 m de longueur et d’une plateforme d’observation au plancher de verre qui fera saillie sur une distance de 30 m au-dessus de la vallée de la Sunwapta. Les visiteurs qui souhaiteront profiter de cette installation monteront à bord d’une navette gratuite au Centre du Champ de Glace, situé à 6,5 km au sud du belvédère. À leur arrivée, ils pourront admirer le panorama comme ils le font maintenant depuis l’extrémité nord de la voie d’arrêt ou acheter un billet pour participer à une visite d’interprétation guidée sur la promenade et sur la plateforme d’observation en verre.

Q2 : Pourquoi Parcs Canada envisage-t-il cette proposition?

R2 : Parcs Canada doit accroître sa pertinence aux yeux d’un nombre accru de citoyens en offrant des services et des activités qui répondent aux besoins et aux attentes d’une gamme élargie de visiteurs. Il cherche à offrir des expériences à différents types de visiteurs, pour qu’ils puissent nouer des liens avec la nature par différents moyens. Les résultats d’un sondage récent révèlent que plus de 90 % des visiteurs séjournent dans le parc pour admirer les paysages et qu’ils préfèrent vivre une expérience confortable de type Aperçu depuis les confins plutôt que de s’aventurer loin de la route.

La proposition de la société Brewster a le potentiel de fournir aux visiteurs des possibilités et des expériences d’apprentissage nouvelles le long de la promenade des Glaciers – une route panoramique historique conçue pour aider les visiteurs à découvrir la nature et à s’en rapprocher.

Q3 : Comment un grand projet d’aménagement de ce genre peut-il être conforme à la politique des parcs?

R3 : La proposition s’inscrit dans la stratégie pour la promenade des Glaciers, laquelle a été élaborée avec la participation du public, et elle respecte les plans directeurs approuvés pour les parcs nationaux Banff et Jasper. De plus, le choix de l’emplacement cadre avec le zonage, en ce sens qu’il se trouve à l’extérieur de la réserve intégrale, qui englobe 97 % de la superficie du parc. L’installation sera aménagée dans une voie d’arrêt sous-utilisée et ne suppose aucun projet d’aménagement d’appoint, tel que la construction de nouveaux logements du personnel, l’aménagement de points de rassemblement pour le transport ou l’aménagement d’installations d’entretien, puisque la promenade sera exploitée à partir des installations de la société Brewster au Centre du Champ-de-Glace.

Q4 : Pourquoi Parcs Canada accepterait-il de transformer un belvédère public gratuit en une attraction accessible uniquement aux clients payants?
R4 : Parcs Canada demeure propriétaire de l’ensemble des terres se trouvant dans les parcs nationaux du Canada. La société Brewster conclura un bail avec Parcs Canada pour l’exploitation de son installation dans la voie d’arrêt. Même si la proposition suppose une modification de l’accès public au belvédère du Mont Kitchener et du Canyon-Sunwapta, les visiteurs continueront d’avoir accès gratuitement à une partie du belvédère. Parcs Canada est d’avis que la nouvelle promenade enrichira l’expérience du visiteur dans ce secteur. Il existe deux autres belvédères publics dans les environs immédiats (le belvédère du Glacier-Stutfield et le belvédère des Chutes-Tangle) et plus de 20 autres points de vue le long de la promenade et au Centre du Champ de-Glace proprement dit.

Ce projet est semblable à plusieurs autres installations du parc national Jasper qui offrent aux visiteurs une expérience commerciale dans l’avant-pays, que ce soit le téléphérique du mont The Whistlers, la station de ski Marmot Basin ou les bateaux de croisière du lac Maligne. Les visiteurs ont accès à une gamme variée de possibilités dans le parc national Jasper, et, s’ils le souhaitent, ils peuvent choisir de faire appel aux services des exploitants commerciaux pour découvrir leur parc national.

Q5 : Comment le public a-t-il été consulté?

R5 : La société Brewster a tenu une série d’activités de sensibilisation et de consultation publiques, dont cinq activités portes ouvertes qui ont eu lieu à Jasper, à Banff, à Edmonton et à Calgary. La proposition et le processus d’examen des projets d’aménagement ont également fait l’objet de discussions lors des forums publics du parc à Jasper et à Edmonton.

Au cours des activités portes ouvertes, les membres du public ont pu prendre connaissance des détails du projet et rencontrer le personnel chargé de sa réalisation. Les participants ont également été invités à formuler des commentaires préliminaires sur la proposition. La société Brewster a rencontré les défenseurs et les opposants éventuels du projet, de même que les groupes autochtones qui s’intéressaient au dossier. Elle a affiché sur son site Web un rapport sur ses discussions avec le public et les Autochtones.

Conformément à la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, Parcs Canada a invité le public et les groupes autochtones à commenter l’ébauche du rapport d’évaluation environnementale pendant une période de trois semaines, qui s’est terminée le 16 décembre 2011. Un grand nombre d’organismes et de particuliers ont transmis leurs commentaires sur le projet et sur l’ébauche du rapport. Parcs Canada tient à remercier tous ceux et celles qui ont pris la peine d’exprimer leur passion et leur dévouement à l’égard des parcs nationaux.

Q6: Comment Parcs Canada a-t-il utilisé les commentaires du public et des Autochtones pour rendre sa décision?

R6 : Les commentaires reçus par Parcs Canada témoignent du vif intérêt suscité par le projet, mais ils révèlent également une grande diversité d’opinions. De nombreux points de vue mûrement réfléchis ont été exprimés – certains étaient favorables à la proposition, alors que d’autres y étaient opposés.

En participant au processus, les membres du public et les Autochtones ont aidé Parcs Canada et la société Brewster à mieux comprendre leurs préoccupations. Bon nombre des inquiétudes formulées ont permis de renforcer le contenu du rapport d’évaluation environnementale et de cerner les besoins et les mesures d’atténuation rattachés à ce projet. Parcs Canada a consigné et analysé tous les commentaires reçus. Il publiera d’ici peu un résumé de cette rétroaction.

Parcs Canada se réjouit de la participation du public à ce processus. Il a examiné sérieusement tous les commentaires reçus. Le nombre de commentaires favorables ou hostiles à un projet n’est pas le seul facteur qui entre en jeu dans l’évaluation des préoccupations du public. Parcs Canada doit aussi tenir compte de la nature des commentaires, de leur validité, de leur portée et de la région géographique représentée par les répondants. Il doit en outre déterminer si les commentaires ajoutent un complément d’information utile à l’évaluation.

C’est le directeur du parc national Jasper qui détient le pouvoir décisionnel concernant l’évaluation environnementale du projet. Conformément à la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, il a tenu compte des commentaires du public dans le choix de la ligne de conduite à adopter.

Q7 : Quels commentaires avez-vous entendus du public?

R7 : Parcs Canada a reçu des commentaires de partout au pays et de l’étranger. Plus de la moitié des commentaires reçus venaient de l’Alberta et de la Colombie Britannique. Les mémoires présentés provenaient d’organismes touristiques, de municipalités régionales, d’organismes environnementaux, d’autres organismes non gouvernementaux et de particuliers.

Dans la majorité des cas, les particuliers qui ont exprimé leur opinion s’opposent au principe du projet. Ils estiment qu’il s’agit d’une installation inappropriée pour un parc national et jugent le projet incompatible avec les politiques du parc, surtout en ce qui a trait à la protection et à la préservation. Ces citoyens ont exprimé des réserves liées à la perte de l’accès public au belvédère et à la privatisation d’une installation publique.

Le nombre de mémoires reçus au sujet de l’évaluation environnementale était moins élevé. Malgré tout, diverses inquiétudes ont été exprimées au sujet des effets environnementaux du projet, surtout des impacts sur la faune du secteur.

Les défenseurs du projet sont d’avis que cette installation offrirait une excellente possibilité aux visiteurs et qu’elle s’inscrit dans les objectifs de Parcs Canada pour le parc, soit d’attirer des personnes qui ne visitent généralement pas les parcs nationaux. Le projet tirera parti de l’infrastructure existante, et les effets environnementaux prévus seront minimes. Certains estiment que l’appréciation et l’agrément des visiteurs ont été négligés par le passé, et ils accueillent favorablement la proposition, qui innove en ce sens.

Q8 : Comment répondrez-vous aux préoccupations relatives à la faune, surtout à la chèvre de montagne et au mouflon d’Amérique?

R8 : Parcs Canada est résolu à protéger les chèvres et les mouflons de ce secteur. Pour la gestion des travaux et la surveillance permanente de l’installation, il entend concevoir un programme qui lui permettra de veiller à ce que ces populations fauniques continuent d’occuper le secteur, d’éviter tout accroissement du taux de mortalité par collision routière et de prévenir l’accoutumance liée à la présence humaine.

Parcs Canada veillera à ce que ces impacts soient atténués grâce à des mesures appropriées à l’étape de la conception, de la construction, de l’exploitation et de l’entretien de l’installation. Par exemple, la promenade sera conçue de manière à réduire au minimum toute intrusion sensorielle (p. ex. perturbations visuelles et sonores) susceptible de nuire aux chèvres et aux mouflons vivant sur les parois rocheuses en contrebas. De même, les travaux de construction n’auront pas lieu pendant la période de mise bas, et les heures d’ouverture seront réduites afin de tenir compte des déplacements des animaux le matin et le soir.

En outre, le programme de surveillance sera conçu de façon à permettre à Parcs Canada d’évaluer les mesures d’atténuation tout au long de la construction et de l’exploitation de l’installation et de les adapter selon les besoins, afin de réduire le plus possible les impacts sur la faune et d’assurer la sécurité des populations fauniques.

Q9 : Qu’en est-il des autres préoccupations d’ordre environnemental – augmentation de la circulation, pollution et esthétique?

R9 : Les travaux de construction seront exécutés en une seule saison afin de réduire à un minimum les problèmes de circulation et les perturbations connexes. Parcs Canada exigera de la société Brewster qu’elle élabore un plan sectoriel de gestion de la croissance et de l’aménagement pour ses activités dans le secteur du champ de glace Columbia, qu’elle adopte des pratiques exemplaires pour l’exploitation de l’installation et qu’elle montre l’exemple dans la gestion de l’environnement, l’intendance et la prestation d’expériences d’apprentissage qui amènent les visiteurs à mieux apprécier le secteur et le parc entier.

Dans la décision qu’il a rendue au sujet de l’évaluation environnementale, Parcs Canada précise que la société Brewster doit investir dans diverses mesures particulières pour atténuer les impacts sur les visiteurs. Il pourrait notamment s’agir de l’amélioration des possibilités offertes aux visiteurs dans le secteur, par exemple la modification des belvédères avoisinants afin que le public dispose de possibilités d’observation sécuritaires, l’installation de nouveaux moyens d’interprétation et la réparation des terrains de stationnement. Le recours éventuel à la navette gratuite pour transporter les visiteurs vers d’autres installations du secteur aurait pour effet de diminuer la congestion routière, d’accroître la sécurité du public et de réduire les émissions de carbone.

Q10 : Qu’avez-vous à dire au sujet du grand nombre de commentaires reçus du public? Cette rétroaction compte-t-elle?

R10 : Nous avons entendu des milliers de citoyens passionnés, qui accordent une très grande valeur aux parcs nationaux et au parc national Jasper en particulier. Nous les remercions tous d’avoir participé à ces consultations publiques. Nous tiendrons compte de leurs préoccupations et de leurs idées dans nos mesures d’atténuation. Cependant, la consultation n’est pas un plébiscite.

Parcs Canada reconnaît que sa décision ne fait pas l’unanimité parmi les défenseurs des parcs et que certains s’opposent à ce projet. Il croit cependant aux mérites de la nouvelle expérience et s’engage à faire en sorte que l’installation soit aménagée et exploitée sans qu’il y ait d’impact sur l’environnement et l’écologie du secteur.

Q11 : Parcs Canada est-il en train d’« affaiblir » son engagement à l’égard de l’intégrité écologique au profit de nouvelles expériences aux visiteurs?

R11 : Non. En tant que chef de file mondial de la conservation, Parcs Canada n’approuverait pas ce projet s’il engendrait des problèmes environnementaux qui ne peuvent pas être réglés.

Nos parcs nationaux représentent le plus beau fleuron du Canada. Ce sont des destinations de choix pour des millions de citoyens et de visiteurs des quatre coins du monde. Collectivement, ils protègent un territoire d’une superficie à peu près équivalente à celle de l’Allemagne.

Parcs Canada est bien connu pour ses réalisations dans le dossier du maintien et du rétablissement de l’intégrité écologique ainsi que dans la création de possibilités d’apprentissage qui permettent aux visiteurs de nouer des liens profonds avec nos parcs et nos lieux historiques. Par exemple, en 2010, il s’est vu décerner le prix Don à la Terre du Fonds mondial pour la nature, sa huitième récompense pour un travail de conservation exceptionnel reconnu à l’échelle mondiale. Plus récemment, la Société géographique royale du Canada a remis une médaille d’or à Parcs Canada, aux Premières nations du Dehcho et à la Société pour la nature et les parcs du Canada pour l’agrandissement de la réserve de parc national Nahanni.

Dans les parcs nationaux des montagnes, nous pouvons nous réjouir d’importantes réalisations dans le domaine de la protection des espèces en péril. Parcs Canada a récemment publié une stratégie de conservation pour les caribous des montagnes du Sud, et il compte en appliquer les mesures dans les prochaines années. En outre, nous travaillons d’arrache-pied à réduire la fragmentation de nos rivières et de nos lacs, à rétablir les avantages du feu et de la végétation indigène à l’échelle du paysage ainsi qu’à gérer les sentiers et l’activité humaine de manière à réduire notre impact sur les espèces qui fuient la compagnie des humains, telles que les ours et les loups.


Q12 : Quelles sont les prochaines étapes du processus d’examen des projets d’aménagement? Quand la promenade de la Découverte-du-Glacier sera t elle ouverte au public?

R12 : Les conclusions de l’évaluation environnementale seront intégrées aux plans de conception définitifs de la société Brewster, à la gestion de la construction ainsi qu’aux programmes de sécurité de la circulation, de surveillance de la faune et d’intendance de l’environnement. Parcs Canada et la société Brewster travailleront ensemble à peaufiner les détails des programmes de suivi environnemental, entreprendront la négociation du bail et mettront la dernière main aux accords sur la construction et l’exploitation afin d’assurer la mise en place des mesures d’atténuation et la délivrance des permis nécessaires à la réalisation du projet. La société Brewster et Parcs Canada souhaiteraient tous deux que les travaux de construction aient lieu pendant l’été et l’automne 2012, afin de limiter à une seule saison d’exploitation les impacts sur la faune et les visiteurs. Il est prévu que la promenade pourrait être accessible au public dès le printemps ou l’été 2013.


Pour obtenir des renseignements sur la proposition et prendre connaissance de l'ébauche du rapport d'évaluation environnmentale de la société Brewster, consultez le site Web suivant : www.glacierdiscoverywalk.ca/downloads.html (en anglais seulement).

Renseignements :

Bureau du directeur, parc national du Canada Jasper
No de télécopieur : 780-852-6229
Courriel : jasper.superintendent@pc.gc.ca
Adresse postale : C.P. 10, Jasper (Alberta) T0E 1E0