Parc national Jasper

Forum public annuel de Parcs Canada : Ce que nous avons entendu

Le forum public annuel permet à Parcs Canada d’entendre les commentaires de la collectivité et de faire le point sur ses activités. Le forum du parc national Jasper a eu lieu le 6 novembre 2013. Au total, 77 personnes y ont assisté pour prendre connaissance des principales réalisations de Parcs Canada au cours de l’année, pour poser des questions et pour formuler des opinions et des commentaires sur la situation actuelle dans la vallée de la Maligne. Ce forum a donné le coup d’envoi au processus de mobilisation du public en vue de l’élaboration de la stratégie de mise en œuvre de l’approche de gestion spécifique à la vallée de la Maligne.

Questions et réponses

Après la présentation du rapport annuel du directeur, les participants ont eu l’occasion de poser des questions sur divers sujets : l’entretien des sentiers, la participation éventuelle des clubs de randonnée au nouveau programme d’éducation des randonneurs, les raisons qui poussent Parcs Canada à élargir l’offre aux visiteurs, les documents liés à la gestion de l’aménagement dans la vallée de la Maligne, la valeur de la rétroaction du public pendant les consultations et l’élaboration de plans de gestion du feu.

Les participants ont ensuite été invités à participer à des discussions en petits groupes, où ils ont formulé des commentaires sur des sujets précis, à savoir les communications et l’interprétation, la conservation de la faune et l’expérience du visiteur dans la vallée de la Maligne. Il y avait également une table de discussion sur un sujet « ouvert ». Voici un résumé des commentaires reçus :

Les points positifs dans la vallée de la Maligne

Les groupes ont cerné de nombreux points positifs en ce qui a trait à la conservation ainsi qu’à la création d’expériences et de possibilités d’apprentissage pour les visiteurs.

  • La vallée offre une toile de fond spectaculaire pour tout un éventail d’activités pratiquées à longueur d’année.
  • Les visiteurs ont facilement accès à des possibilités récréatives exceptionnelles en hiver.
  • Les niveaux de satisfaction des visiteurs demeurent très élevés (99 %).
  • L’orientation au lac Maligne a récemment été améliorée grâce à une nouvelle signalisation et à de nouvelles installations d’accueil.
  • Les mesures prises pour assurer la sûreté de l’habitat du grizzli et la protection de la population d’arlequins plongeurs produisent les résultats souhaités.
  • Les fermetures de secteur sont considérées comme un outil efficace de protection du grizzli.
  • Les activités guidées permettent d’offrir des services d’information et d’interprétation de qualité, et les visiteurs en sont très satisfaits.

Les aspects à améliorer dans la vallée de la Maligne

  • En ce qui a trait à l’activité humaine, de nombreux participants ont dit estimer que la vallée de la Maligne est efficacement gérée et que Parcs Canada devrait se concentrer sur la qualité des expériences offertes plutôt que sur la quantité. Ils ont donné des exemples précis de services que Parcs Canada devrait élargir et de services qu’il devrait améliorer.
  • Les suggestions concernant la conservation de la faune se classaient dans deux catégories. Les premières portaient sur l’information qui, de l’avis des participants, faisait défaut ou devait être plus détaillée dans l’analyse de situation (un document où Parcs Canada fait état de la situation actuelle dans la vallée). Les secondes portaient sur l’amélioration des pratiques de gestion dans la vallée de la Maligne (questions liées à la protection de la faune et à l’habitat, à la désignation de l’habitat essentiel et aux stratégies de gestion approuvées pour le caribou, le grizzli et l’arlequin plongeur).

Les points de vue sur ce à quoi ressemblerait une réussite dans la vallée de la Maligne

Les participants se sont entendus sur quelques thèmes. Le premier terrain d’entente concernait l’importance de préserver le caractère sauvage de la vallée (par exemple, la nécessité d’équilibrer l’augmentation de l’affluence et la protection des espèces fauniques clés ainsi que l’importance de sensibiliser les visiteurs et de leur faire découvrir la vallée par des moyens qui feront naître chez eux un désir d’intendance). Le second terrain d’entente concernait le fait que les participants veulent rester au courant et continuer de s’impliquer. Les résidents et les visiteurs du parc national Jasper aiment la vallée de la Maligne; toutes les questions touchant à la conservation et à l’activité humaine dans ce secteur leur tiennent à cœur. Les participants ont aussi dit vouloir mettre à profit leur expertise pour participer à l’éducation des visiteurs, jouer le rôle d’ambassadeurs, faire la promotion de l’éthique en milieu sauvage et raconter les récits qui s’entremêlent dans le paysage.