Parc national du Canada Jasper

Lieu historique national du Col-Athabasca

Texte de la plaque : Col Athabasca

En janvier 1811, David Thompson, avec son guide Thomas l'Iroquois, fut le premier Blanc à traverser les montagnes Rocheuses par ce col. De là, il descendit avec sa troupe la rivière Wood jusqu'au lieu nommé plus tard Boat Encampment sur le Columbia. Par la suite, le gouverneur Simpson donna au petit lac dominant le col le nom de « the Committee's Punch Bowl », par allusion au comité londonien de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Le col Athabasca fut, durant près d'un demi-siècle, la voie principale du commerce entre le Canada et l'Orégon.

Contexte :

En 1810, le commerce des fourrures se pratique jusque dans l’Ouest, au-delà de la ligne de partage des eaux. La concurrence s’intensifie, chaque compagnie de traite s’efforçant de conquérir avant ses rivales les terres inexplorées. David Thompson, de la Compagnie du Nord-Ouest, a déjà établi des postes tout au long du cours supérieur et du cours intermédiaire du fleuve Columbia.

La nécessité de gagner au plus vite l’embouchure du fleuve Columbia se fait sentir lorsqu’un commerçant de fourrures new-yorkais, John Jacob Astor, entre lui aussi dans la course. Astor compte atteindre l’embouchure du Columbia par bateau en contournant le cap Horn, afin d’y établir un port et de construire des postes de traite à l’intérieur des terres dans ce qui est maintenant l’État de Washington. S’il y parvient, la Compagnie du Nord-Ouest aura un concurrent de taille.

David Thompson est dépêché vers l’intérieur des terres pour s’approprier cette région riche en pelleteries avant Astor. Sa première expédition à travers les Rocheuses, par le col Howse, est refoulée par les Pikani (Péigans), ce qui force Thompson à chercher un autre passage. En janvier 1811, avec l’aide de leur guide Thomas l’Iroquois, ses hommes et lui atteignent le sommet du col Athabasca. Une fois de l’autre côté de la ligne de partage des eaux, ils passent l’hiver à un endroit baptisé « Boat Encampment », en bordure du fleuve Columbia, pour ensuite gagner l’océan Pacifique le printemps suivant, à peine deux semaines après Astor.

Pendant bien des années par la suite, la route empruntée par Thompson jusqu’au Pacifique demeurera l’un des axes de transport est-ouest les plus importants de l’industrie canadienne de la traite des fourrures. De nos jours, cette piste est peu fréquentée, et rares sont les personnes qui atteignent le sommet du col Athabasca.

Chronologie

  • Préhistoire - Les Autochtones empruntent à l'occasion le col Athabasca comme couloir de transport.
  • 1800 - La tribu des Ktunaxa (Kootenay) envoie des éclaireurs vers l'est, de l'autre côté de la ligne de partage des eaux, à la rencontre des commerçants de fourrures à Rocky Mountain House. Cette nouvelle est mal accueillie par la tribu locale des Pikani, qui cherche à priver d'armes les tribus rivales.
  • 1801 - Deux des hommes de Thompson effectuent la traversée des Rocheuses accompagnés des Ktunaxa qui leur servent d'ambassadeurs pour le commerce.
  • 1807 - Thompson traverse le col Howse, ce qui lui permet d'établir Kootenai House au bord du fleuve Columbia.
  • 1810 - L'Américain John Jacob Astor annonce son intention de prendre possession de l'embouchure du fleuve Columbia en s'y rendant par le cap Horn. S'il réussit, la Pacific Fur Company aura l'avantage de pouvoir construire des postes de traite près du port.
  • 1810 - Les guerriers pikani intimident les commerçants de fourrures qui tentent de franchir le col Howse et tous les autres cols situés plus au sud.
  • 1810 - Guidés par Thomas l'Iroquois, Thompson et ses hommes entreprennent une expédition jusqu'au col Athabasca, consolidant ainsi les intérêts territoriaux de l'Angleterre dans la région.
  • 10 janvier 1811 - David Thompson et ses hommes atteignent le col Athabasca après un périple ardu. Plus tard, il décrira ainsi ses impressions : « La vue qui s'offrait à nous était exaltante, mais, pour mes hommes sans instruction, il n'y avait pas d'endroit plus horrible... Mes hommes figuraient parmi les plus hardis d'entre tous, mais l'atmosphère de désolation qui régnait à cet endroit était intenable, et j'en étais bien conscient... »"
  • Juillet 1811 - Thompson gagne l'océan Pacifique et l'embouchure du fleuve Columbia pour se rendre compte que la Pacific Fur Company des États-Unis y est déjà depuis quelques semaines et qu'elle s'affaire à y construire le fort Astoria.
  • de 1811 jusque vers 1850 - Le col Athabasca devient la principale route des commerçants de fourrures qui se rendent du Canada à la côte du Pacifique.
  • 1824 - George Simpson, gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson, franchit le col Athabasca et donne à l'étang du sommet le nom de « Committee's Punch Bowl ». C'est là que naît la tradition consistant à porter un toast à la Compagnie de la Baie d'Hudson - une tradition qui a cours encore aujourd'hui.
  • 1826 - Le botaniste Thomas Drummond traverse le col Athabasca dans le cadre d'une étude approfondie de la flore et de la faune de la région. Les renseignements qu'il recueille contribueront grandement à approfondir les connaissances de la région.
  • 1827 - Un botaniste écossais, David Douglas, surestime la hauteur du mont Brown et du mont Hooker après avoir traversé le col Athabasca. Cette erreur fait de ces deux sommets les points culminants des Rocheuses canadiennes. Pendant des années par la suite, les explorateurs chercheront en vain ces géants légendaires.
  • 1846 - Le père Pierre-Jean De Smet traverse le col dans l'exercice de son devoir de missionnaire. James Warre et Mervin Vavasour, tous deux soldats anglais, franchissent le col après un voyage d'espionnage aux États-Unis. Par la suite, le célèbre peintre Paul Kane s'y rend à son tour en compagnie d'une brigade des pelleteries. Il fait connaître au monde entier les premières peintures des Rocheuses.
  • 1893 - A.P. Coleman, professeur de géologie, grimpe jusqu'au sommet du col Athabasca. Il découvre que le mont Brown et le mont Hooker sont bien moins imposants que Douglas l'avait rapporté, élucidant ainsi le mystère qui déconcerte les explorateurs depuis près de 70 ans.
  • 1973 - La Commission des lieux et monuments historiques du Canada souligne officiellement l'importance du col Athabasca en lui conférant le statut de lieu historique national.

Entrefilet

« Il n'y a pas de mots qui puissent rendre justice à cette région sauvage et majestueuse; à de nombreux endroits, la piste est presque impraticable, et il semble extraordinaire qu'un être humain ait pu trouver un passage dans un mur aussi imposant que celui que nous escaladons en ce moment... » Tels étaient les mots employés par George Simpson, gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson, pour décrire sa première ascension jusqu'au col Athabasca.

Pour vous y rendre :

Il s'est écoulé près de 200 ans depuis la première expédition de David Thompson jusqu'au col Athabasca. Si le sentier est désormais plus évident, les randonneurs ne gagnent le sommet qu'au prix de plusieurs jours de marche ardue.

Pour se rendre au point de départ : Depuis les feux de circulation de la sortie ouest de Jasper, prenez la route 93 (promenade des Glaciers) et roulez en direction sud sur une distance de 7,5 km jusqu'à l'intersection de la route 93A. Engagez-vous sur la route 93A et, après avoir parcouru 14,5 km, tournez sur le chemin du Lac-Moab. Le sentier débute 7 km plus loin, tout au bout de ce chemin de gravier.

Pour faire une excursion jusqu'au col : Pour passer la nuit dans l'arrière-pays, vous aurez besoin d'un permis d'accès que vous pouvez vous procurer au Bureau des sentiers du parc national Jasper. Il faut compter environ trois jours pour parcourir les 49 km jusqu'au col Athabasca (aller seulement). Adressez-vous au Bureau des sentiers du Centre d'information de Jasper pour obtenir des renseignements détaillés sur le parcours et l'état du sentier.

Il est également possible, mais plus difficile, de se rendre à pied jusqu'au col par la Colombie-Britannique. Vous devez cependant prévoir un moyen de transport pour traverser le lac Kinbasket et connaître à fond les techniques d'orientation pour pouvoir suivre le sentier aujourd'hui envahi par la végétation. Pour en savoir plus, communiquez avec le ministère du Tourisme de la Colombie-Britannique (British Columbia Tourism).

Vous ne voulez pas faire de randonnée? Les brigades des pelleteries ont maintes fois peiné au-delà du confluent, en route vers le col Athabasca. Aujourd'hui, cet endroit a été transformé en aire de pique-nique où un panneau d'interprétation renseigne les visiteurs sur l'histoire de la traite des fourrures. Cette aire de pique-nique se trouve à 19 km au sud de Jasper. Pour vous y rendre, empruntez la route 93A.

Ou... Un belvédère aménagé le long de la promenade des Glaciers (route 93) vous permet d'admirer le panorama de la vallée de la Whirlpool, en direction du col Athabasca. Depuis Jasper, roulez en direction sud sur la promenade des Glaciers, et, après 25 km, cherchez une voie d'arrêt du côté ouest de la route.