Parc national Jasper

Gestion du parc

Les secrets les mieux gardés du parc - Juin 2010

Version imprimable (PDF - 415 Ko)

Les secrets les mieux gardés du parc national Jasper, ce ne sont pas ses cascades bruyantes et ses canyons, ses glaciers spectaculaires ou ses attractions emblématiques, telles que le mont Edith Cavell ou le lac Maligne. Non, ses secrets les mieux gardés sont disséminés ici et là dans le parc et attendent que vous les découvriez. Il peut s’agir d’une expérience sur un sentier, d’une rencontre-surprise avec un animal sauvage, d’un panorama saisissant, d’une fenêtre ouverte sur le passé ou d’un agréable échange avec un résident.

En voici quinze exemples :

1. Superbes expériences de type « Aperçu depuis les confins » – Les deux routes de transit du parc sont jalonnées de nombreuses voies d’arrêt; ce sont des joyaux méconnus qui, dans bien des cas, donnent accès à des sentiers invitant à des explorations courtes ou longues au delà de la route asphaltée.

2. Nature sauvage accessible – Le parc renferme un vaste réseau de sentiers de randonnée d’un ou de plusieurs jours qui n’a aucun équivalent dans les Rocheuses canadiennes. Ces sentiers servent de tremplin à des expériences et à des découvertes variées pour tous les âges et tous les niveaux de compétence, depuis le promeneur le plus prudent jusqu’à l’excursionniste le plus aventureux.

3. Excursions avec pourvoyeur – De tout temps, le parc national Jasper compte des guides compétents qui offrent des services de toutes sortes, depuis des excursions d’une journée jusqu’à des séjours dans des auberges rustiques et pittoresques en milieu subalpin. La beauté spectaculaire des paysages et la qualité de l’expérience offerte dans des établissements comme les deux auberges du lac Amethyst, dans la vallée Tonquin, ne se sont jamais démenties depuis la naissance des pourvoiries, au début du XXe siècle.

4. Lac Jasper – Vous avez sûrement déjà roulé près de ce lac encerclé de montagnes. Mais vous y êtes-vous attardé pour en découvrir les différentes humeurs, pour en étudier les reflets, pour en comparer les différentes descriptions données par les premiers explorateurs, pour patauger dans le sable ou pour parcourir le court sentier qui relate l’histoire du lieu historique national Jasper House, de l’autre côté de la rivière? Vous y le poste de traite de 1829 qui approvisionnait les premiers commerçants de fourrures, tout en admirant la vue sur la rivière Athabasca, dominée par les monts Pyramid et The Palisade.

5. Sentiers de la terrasse Pyramid – Une courte randonnée à pied ou à vélo depuis le pas de votre porte vous amène au-dessus de la ville, dans un paysage ondulant de lacs et de zones humides, de crêtes rocheuses et de forêts où se confondent le pin, le tremble et le douglas de Menzies. La terrasse offre des vues excellentes sur le mont Pyramid, la roche Bonhomme, le mont Signal et la vallée de la haute Athabasca. Le marécage Cottonwood est un lieu de prédilection pour les observateurs d’oiseaux.

6. Sentiers de la berge est de l’Athabasca – Ce réseau de sentiers, qui longe l’Athabasca depuis la rivière Maligne jusqu’à la colline Old Fort Point et au-delà, vous permet de redécouvrir sans cesse cette rivière du patrimoine canadien et d’explorer le passage historique du col Athabasca. Les fleurs sauvages et la faune y abondent. La roche Bonhomme et les pentes du mont Signal se dressent bien à la vue en arrière-plan.

7. Lac Annette – Situé en face de la ville, de l’autre côté de la rivière, ce lac borde une aire de pique-nique très prisée qui accueille visiteurs et résidents depuis des générations, surtout lorsque l’eau se réchauffe suffisamment pour la baignade. Un nouveau sentier, qui fait partie du réseau de « sentiers faciles », relie le lac Annette à la ville.

8. Culture authentique d’une petite ville de montagne – Il suffit d’un court séjour dans la ville de Jasper pour que, déjà, vous en perceviez la dynamique. La logistique simple et l’amabilité des résidents facilitent les déplacements. Jasper a été conçue comme une plaque tournante qui rayonne depuis le Centre d’information (un lieu historique national). Ses généreux espaces verts accueillent des visiteurs depuis près d’un siècle – les premiers visiteurs du parc arrivaient en train jusqu’à l’avènement des routes. La collectivité est formée d’un mélange dynamique et hétérogène de résidents de longue date et de nouveaux venus qui adorent explorer le parc et se font un plaisir de raconter leurs expériences. Les promeneurs et les explorateurs culturels apprécieront le sentier de la Découverte-de-Jasper, le musée et centre d’archives Jasper-Yellowhead ainsi que la galerie d’art Brushfire.

9. Eaux d’amont, témoins des traditions autochtones – Ce territoire cache encore en lui des tranches peu connues de son histoire – les traditions et les récits des Autochtones qui l’ont occupé pendant des millénaires avant qu’il ne devienne un parc. Les cols de montagne du parc étaient inconnus des Européens jusqu’au début du XVIIIe siècle, même s’ils abritaient les eaux d’amont de trois grandes rivières canadiennes. Pendant plus de 9 000 ans, les Autochtones empruntèrent les corridors formés par les vallées et les sentiers tracés à travers les Rocheuses. Des groupes d’Autochtones des deux côtés de la ligne de partage des eaux – des groupes parlant des langues différentes – se rencontraient ici et y faisaient des échanges. Aujourd’hui, les descendants de ces groupes renouent avec le parc et font connaître la culture et les traditions des Cris, des Stoneys, des Shuswaps, des Iroquois, des Ojibwas, des Beavers, des Métis et d’autres encore.

10. Homesteads des Métis – Pendant une courte période à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, plusieurs familles fondèrent des homesteads dans le parc et y pratiquèrent le commerce, la chasse, le piégeage et l’agriculture. Ces Métis avaient des réseaux familiaux étendus dans la région. De nos jours, les visiteurs peuvent se rendre en voiture jusqu’à l’emplacement du homestead d’Ewan Moberly et y apprendre l’histoire de ces familles ou faire une randonnée à vélo ou à pied sur le sentier des Overlanders pour visiter l’emplacement plus reculé du homestead de John Moberly. L’endroit est également accessible en canot sur la rivière Athabasca. Le côté utilitaire et le décor enchanteur des sites choisis par les pionniers témoignent de leur connaissance et de leur amour de la nature. On sait peu de choses sur leurs origines particulières, leur situation et leur vie pittoresque, et notre histoire leur fait peu de place. C’est donc une expérience unique en son genre qui est offerte dans ce secteur.

11. Centre des Palissades pour l’enseignement de la gérance – Ce secret n’en sera bientôt plus un! En effet, cet excellent centre d’éducation pour jeunes gagne rapidement en popularité. Géré par Parcs Canada, le Centre des Palissades fait prospérer une culture d’apprentissage et de collaboration chez ses partenaires, parmi lesquels figurent la station de ski Marmot Basin, Outward Bound Canada et le district scolaire régional Grande Yellowhead. Le Centre des Palissades offre des expériences exceptionnelles aux élèves canadiens de la 9e à la 12e année. Il leur propose des projets axés sur l’écologie et la culture ainsi que des activités récréatives de plein air pour les exposer aux différents moyens de faire l’expérience des paysages et des écosystèmes des montagnes. Le programme d’enseignement de la gérance vise à insuffler aux jeunes la passion et le respect des parcs nationaux et des lieux historiques nationaux du Canada.

12. Caribou – Pour toucher un caribou, il vous suffit bien souvent de mettre la main dans votre poche (le caribou figure sur la pièce de 25 ¢ canadienne). Cependant, dans de nombreuses régions du Canada, cet animal n’est plus qu’un souvenir. Partout en Amérique du Nord, le territoire du caribou des bois s’est rétréci au point d’être confiné aux régions septentrionales, et de nombreuses populations du Canada sont aujourd’hui en déclin. Le caribou des bois est présent dans quatre parcs nationaux des montagnes : les parcs nationaux Jasper et Banff ainsi que les parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers. Ces troupeaux, qui forment la population des montagnes du Sud, ont été inscrits à la liste des espèces menacées de la Loi sur les espèces en péril. Les biologistes attribuent le déclin de l’espèce à plusieurs facteurs, dont bon nombre sont influencés par l’activité humaine. Parcs Canada est l’une des compétences responsables du rétablissement du caribou à l’échelle nationale. Tout en poursuivant ses travaux de recherche et de surveillance, Parcs Canada (sous la direction du parc national Jasper) invitera le public et les Autochtones à participer à l’élaboration de stratégies pour la conservation du caribou dans les quatre parcs nationaux des montagnes.

13. Gestion du feu – Au feu… Au feu! Ce ne sont pas nécessairement des mots que Parcs Canada souhaite entendre par une journée de sécheresse estivale. Malgré tout, le feu est une composante importante de l’écosystème… une composante qui a été supprimée depuis le début du XXe siècle. Dans les dernières décennies, Parcs Canada s’est employé à réintroduire le feu dans le paysage, à ramener les écosystèmes du parc à un état plus naturel et à éliminer les risques posés par des forêts anormalement vieilles. Dans le parc national Jasper, il a recours à divers outils – des brûlages dirigés, des interventions appropriées pour lutter contre les incendies et des éclaircies sélectives, effectuées notamment dans le cadre du programme Prévenir… Un gage d’avenir. Visitez le camping Whistlers pour y observer les résultats de la toute dernière initiative de gestion du feu : pendant l’hiver 2009-2010, des équipes d’ouvriers du programme Prévenir… Un gage d’avenir ont retiré 3 000 arbres de la forêt afin de réduire les risques d’incendies susceptibles d’endommager le camping.

14. Lieu historique national du Col-Yellowhead – Il y a 9 000 ans, les Autochtones traversaient déjà le col Yellowhead, qui marque aujourd’hui la limite entre le parc national Jasper et le parc provincial du Mont-Robson, en Colombie-Britannique. Au début du XXe siècle, dans le cadre d’un vaste projet d’édification du pays, deux voies ferrées furent construites dans le col. Depuis, l’endroit représente un important corridor de transport et de services publics entre l’Alberta et la Colombie-Britannique. De Jasper, dirigez-vous vers l’ouest et arrêtez-vous à l’aire de pique-nique du Lac-Portal pour vous renseigner sur le lieu historique national du Col-Yellowhead aux nouvelles expositions d’interprétation montées conjointement par Parcs Canada et le parc provincial du Mont-Robson. Sortez la nappe de pique-nique ou allez vous dégourdir sur un court sentier en boucle le long du lac Portal.

15. Tentes-chalets – Vous n’avez encore jamais fait de camping et vous hésitez à acheter de l’équipement? L’idée d’avoir à monter un campement vous rebute? Le camping de luxe pourrait être une solution séduisante pour vous. Le camping Whistlers offre maintenant des tentes-chalets aux murs de toile où vous pouvez vivre une expérience « à la dure » sans même froisser vos vêtements. Chaque tente-chalet est pourvue de tous les conforts de base du foyer – des planchers de bois, des lits, un système de chauffage, l’électricité et une batterie de cuisine. Si vous le souhaitez, Parcs Canada peut même vous offrir une séance d’introduction au camping. Pour en savoir davantage ou pour réserver votre place, composez le 1-877-RESERVE (737-3783) ou consultez le Service de réservation des emplacements de camping de Parcs Canada.


N. B. : Vous avez besoin du logiciel Adobe Acrobat Reader pour lire la version PDF.

Si vous n'avez pas accès au site de téléchargement d'Adobe, vous pouvez télécharger le logiciel Acrobat Reader d'une page accessible.

Si l'accessibilité à un document PDF pose un problème, vous pouvez convertir le fichier en format texte HTML ou ASCII en utilisant l'un des services d'accès offerts par Adobe (en anglais seulement).