Parc national Elk Island

Le gouvernement du Canada envoie des bisons des bois en Russie dans le cadre d’un projet de conservation

Parcs Canada aide à assurer la survie du bison des bois, une espèce en péril Parcs Canada aide à assurer la survie du bison des bois, une espèce en péril
© John Warden

Environnement Canada (Service canadien de la faune) et l’Agence Parcs Canada ont conclu une entente avec la République de Sakha (Yakutia), en Russie, pour le transfert d’environ 30 bisons des bois du parc national Elk Island à la République de Sakha. Le transfert proposé devrait avoir lieu du 14 au 18 mars 2011. Lire le communiqué de presse

Il s’agit du deuxième envoi de bisons à la Russie. En 2006, 30 bisons des bois ont été transférés au parc-nature Lenskie Stolby dans la République de Sakha. Ce transfert a réussi : les bisons se sont reproduits et la harde a grossi. L’établissement d’une harde de bisons des bois dans la République de Sakha permet de concrétiser une aspiration nationale, soit de remettre en état un écosystème semblable à celui qui existait dans la région avant la disparition du bison des steppes. Le renouvellement d’une population de gros herbivores va accroître le capital naturel et la biodiversité de la région.

Au Canada, en vertu de la Loi sur les espèces en péril, le gouvernement fédéral est chargé du rétablissement des espèces inscrites sur la liste des espèces en péril. Actuellement, on estime qu’il y a 11 000 bisons des bois au Canada. Le bison des bois (Bison bison athabascae) est  inscrit à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril en tant qu’espèce menacée : « une espèce sauvage susceptible de devenir une espèce en danger de disparition si rien n’est fait pour contrer les facteurs menaçant de la faire disparaître ». Le Service canadien de la faunemettra en œuvre une stratégie comprenant des recommandations en vue d’assurer le meilleur avenir possible aux bisons des bois. Parcs Canada appuie ce travail en gérant la harde de bisons des bois au parc national Elk Island et participera à la mise en œuvre de la stratégie de rétablissement.

La harde de bison des bois a été introduite dans le parc national Elk Island en 1965. Comme ils font partie d’une harde souche, les bisons des bois représentent une source d’animaux exempts de maladie et génétiquement purs pour les projets de rétablissement nationaux et internationaux. Les bisons des bois vivant au parc national Elk Island ne sont pas indigènes à la région. Parcs Canada préserve la harde de bisons des bois du parc national Elk Island en tant que harde pouponnière en vue d’établir des populations de bisons des bois au Canada et d’en accroître la taille. À cette fin, l’Agence gère la population et donne les animaux excédentaires dans le cadre de projets de conservation, tels que le transfert à la République de Sakha (Yakutia), afin d’aider à assurer la survie de l’espèce à l’échelle mondiale.

En 2001, le projet transfert à la République de Sakha a été inclus à la version provisoire du Plan national de rétablissement du bison des bois comme une occasion d’assurer la survie de la sous-espèce en établissant une population dans un autre emplacement géographique. Environnement Canada, par l’entremise du Service canadien de la faune, est responsable de la Stratégie de rétablissement du bison des bois et du transfert des animaux. Les vétérinaires de l’Agence canadienne d’inspection des aliments effectuent le dépistage des maladies et veille à la santé des animaux. Parcs Canada héberge et gère la harde de bisons des bois au parc national Elk Island.

Le gouvernement du Canada et la République de Sakha (Yakutia) prennent toutes les mesures possibles pour assurer le transfert sûr des animaux. L’Agence canadienne d’inspection des aliments, en collaboration avec la République de Sakha (Yakutia), a élaboré un protocole de dépistage et de traitement des maladies chez les animaux et un certificat d’hygiène vétérinaire acceptés par les deux pays pour l’exportation-importation des bisons des bois.

Parcs Canada a fait ses preuves en ce qui concerne le rétablissement d’espèces en péril dans des parcs nationaux. Depuis plus d’un siècle, le parc national Elk Island joue un rôle de premier plan dans la survie d’espèces en péril.

Le parc national Elk Island travaille à la conservation du bison des plaines et du bison des bois depuis 1907. Certains des derniers bisons des plaines au monde ont été transportés au parc et l’espèce menacée de disparition a commencé à se rétablir. Depuis plus d’un siècle, grâce à son expertise et à ses activités de gestion, le parc national Elk Island a apporté une aide durable à la conservation de la faune (p. ex. bison des bois, bison des plaines, wapiti, cygne trompette). Au Canada, on a procédé à des transferts en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario et dans le territoire du Yukon. À l’échelle internationale, le Parc a appuyé le transfert de wapitis au Kentucky, au Tennessee et en Caroline du Nord; en 2006, 30 bisons des bois ont été envoyés en Russie et en 2008, 54 ont été expédiés en Alaska. Depuis sa création, le parc national Elk Island a transféré avec succès 855 bisons des bois, 1 014 bisons des plaines et 4 633 wapitis dans le cadre de projets de conservation bénéfiques pour ces espèces.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la version provisoire du Plan national de rétablissement du bison des bois ou sur la Loi sur les espèces en péril, veuillez consulter le site Registre public des espèces en péril.