Parc national Banff

Ce que nous avons entendu : Résumé des commentaires publics
Plan à long terme de Norquay 2013 

Contexte

Pour assurer la prévisibilité à long terme de l'utilisation des terres dans le cadre de la gestion des stations de ski des parcs nationaux de montagne du Canada, Parcs Canada a adopté les Lignes directrices pour la gestion des stations de ski (2006). Ce cadre de planification de l'utilisation des terres :

  • prévoit la préservation ou le rétablissement de l'intégrité écologique;
  • contribue à offrir des expériences mémorables et des activités éducatives aux visiteurs des parcs;
  • fournit aux exploitants des stations de ski des paramètres clairs leur permettant de planifier leurs activités de manière à demeurer rentables.

Dans ce contexte, toutes les stations de ski des parcs nationaux doivent élaborer des Lignes directrices locales, à soumettre à l'approbation de Parcs Canada, et des plans à long terme, à soumettre à l'approbation du ministère de l'Environnement.

Lignes directrices locales

Obligatoires dans le cas de toutes les stations de ski des parcs nationaux de montagne, les Lignes directrices locales ont les buts suivants :

  • énoncer les paramètres qui orienteront l'aménagement et l'utilisation du territoire;
  • établir des limites de croissance permanentes négociées;
  • garantir que les pratiques d'utilisation du territoire ainsi que les propositions ou les projets d'aménagement futurs soient conformes à la politique de Parcs Canada sur les stations de ski et aux plans directeurs du parc national concerné.

Une fois approuvées, les Lignes directrices locales fournissent l’orientation de principe de toute décision et déterminent la direction du développement des plans à long terme.

En août 2011, le DG de Parcs Canada a approuvé les Lignes directrices pour l'aménagement et l'utilisation du territoire de la station de ski Norquay.

Plans à long terme

La deuxième étape du processus de gestion et de planification des stations de ski des parcs nationaux consiste à élaborer un Plan à long terme. Le Plan à long terme vise à définir le type de développement et d'exploitation de la station de ski en toutes les saisons sur un horizon de 5 à 15 ans. Il comprend un système de gestion de l'environnement et des pratiques d'excellence en matière de gestion.

Consultations publiques

Le public doit être consulté sur le projet de plan à long terme. Pour ce qui est de la station de ski Norquay, ces consultations ont eu lieu du 29 novembre 2012 au 4 janvier 2013. Au cours de ce processus, divers intervenants ont fait des commentaires au moyen des médiums suivants : journées porte ouverte, formulaires de commentaires en ligne, formulaires de commentaires imprimés mis à la disposition du public dans divers commerces ainsi qu’à la station de ski, lettres individuelles à Parcs Canada, et courriels.

Tous les commentaires reçus dans le cadre du Programme de consultation publique ont été classés, lus et analysés par les spécialistes de Parcs Canada.

Ce que nous avons entendu – Vos commentaires

Le public a manifesté un grand intérêt pour le projet de Plan à long terme, les commentaires provenant de résidents locaux ainsi que de citoyens de l'ensemble du pays. À la fin de la période de consultation, Parcs Canada avait fait le traitement de plus de 1 450 interventions. On trouvera ci‑dessous un résumé des faits saillants de ces commentaires.

Répercussions environnementales – Ce que nous avons entendu

Beaucoup de gens se sont exprimés avec passion sur les impacts environnementaux potentiels. Les répondants ont pris des positions différentes.

Certains répondants estimaient que la réduction et la reconfiguration du bail procureraient un avantage net à l'environnement. Ils voyaient dans la proposition un exemple de bonne régie environnementale et de pratiques de gérance durables de la part d'une organisation opérant dans le contexte d'un parc national. D'autres ont estimé que la nouvelle stratégie de gestion des eaux, qui prévoit un système amélioré de fabrication de la neige, permettrait de réduire l'impact environnemental et visuel.

D'autres répondants estimaient que le projet de plan surestimait l'avantage environnemental net de la reconfiguration du bail. Beaucoup ont exprimé l'opinion que toute augmentation de l'utilisation estivale de cette région se ferait au détriment de la flore et de la faune, pour lesquelles cette région et cette saison sont d'une importance cruciale, en particulier le grizzli. D'autres estimaient que les activités décrites dans le projet de Plan à long terme conviendraient mieux à une zone moins sensible sur le plan environnemental. Des préoccupations ont également été exprimées concernant le risque potentiel, pour le public, de l'interaction accrue entre les humains et la faune. En outre, des commentaires ont été faits sur l'efficacité des mesures d'atténuation proposées et sur ce qui devrait être fait pour suivre l'état de santé écologique de la région.

Expérience du visiteur – Ce que nous avons entendu

Un certain nombre de répondants ont jugé que la proposition contribuerait à renforcer ou à revitaliser l'expérience du visiteur actuellement offerte par le parc, ce qui permettrait d'attirer davantage de visiteurs dans la région. Plus précisément, la proposition permettrait à un plus grand nombre de personnes de faire l'expérience de l'altitude. D'autres encore estimaient que toute augmentation des activités de plein air était de nature à promouvoir un mode de vie plus sain et plus actif à une population de plus en plus sédentaire. Certains répondants ont précisé qu'il faudrait offrir encore plus d'activités et de possibilités que ce qui est indiqué dans la proposition.

S'agissant de la proposition d'aménagement de clairières et d'élargissement des pistes, certaines personnes ont jugé que ces changements amélioreraient la sécurité du public en rendant le terrain de ski plus sûr.

D'autres ont fait le commentaire que l'offre de nouvelles possibilités telles que la via ferrata n'étaient pas compatible avec le « label » Parcs Canada et manquait d'authenticité, et ne correspondait pas à ce que la plupart des visiteurs s'attendent à trouver dans un parc national. D'autres ont exprimé la préoccupation que des changements pouvaient augmenter les risques de sécurité pour le public car des visiteurs relativement inexpérimentés pourraient se trouver dans des situations potentiellement dangereuses sans avoir reçu la formation adéquate ni disposer des outils nécessaires pour les affronter. En outre, certaines personnes ont jugé que les possibilités éducatives proposées étaient faibles au regard du mandat de Parcs Canada.

Politiques – Ce que nous avons entendu

Plusieurs répondants ont situé le Plan à long terme dans le cadre d'une discussion de principe beaucoup plus vaste. Certains ont soutenu que le rôle principal de l'Agence est de protéger l'intégrité économique du parc et qu'il y a déjà trop d'aménagement dans celui‑ci. Ils estiment que les aménagements se font aux dépens de l'habitat faunique. Des préoccupations d'ordre général ont également été exprimées quant à la durabilité des accords de Parcs Canada – certains répondants estimant que la question du développement de la station de ski et de l'utilisation estivale a déjà été réglée dans le Plan à long terme de la Station de ski Norquay de 1989.

D'autres ont fait remarquer qu'Il est dans l'intérêt de Parcs Canada d'assurer la viabilité à long terme de la Station de ski Norquay, compte tenu de son histoire et de son rôle dans le patrimoine récréatif de Banff, ou de son rôle comme pente de ski abordable et accueillante pour les familles. D'autres estimaient qu'il était juste de permettre une utilisation estivale du mont Norquay puisque la chose est permise dans les deux autres stations de ski du Parc national Banff. Pour un certain nombre de personnes, l'orientation du Plan à long terme était conforme aux lignes directrices pour la gestion des stations de ski et aux exigences de Parcs Canada, et donc devrait être autorisée.

Le processus de consultation – Ce que nous avons entendu

Certains répondants ont exprimé des préoccupations quant à la façon dont le processus de consultation était mené. Ils jugeaient que la portée, le champ et le moment choisi pour la consultation étaient inadéquats compte tenu de l'importance du document. Ils estimaient également que c'est Parcs Canada qui doit être responsable de la consultation et non le promoteur, qui devrait être gardé à distance.

Les transports – Ce que nous avons entendu

Le projet de Plan à long terme du mont Norquay propose de mettre en œuvre ou d'améliorer les services de transport en hiver et en été. Pour certains, c'est une bonne proposition qui pourrait contribuer à atténuer les pressions supplémentaires sur la circulation et la faune. On a suggéré en outre d'aménager un téléférique de la ville de Banff jusqu'au mont Norquay pour atténuer encore davantage les perturbations pour la circulation.

D'autres répondants estimaient que la proposition concernant les transports seraient difficiles à mettre en œuvre et que l'engagement du public serait difficile à obtenir, rendant difficile d'atteindre l'objectif de réduction de 5 p. 100. Ils ont également précisé qu'il y aurait davantage de circulation et de congestion sur les terrains de stationnement du site.

Vers l'avenir

Après avoir traité et examiné les commentaires reçus du public pendant la période de consultation, Parcs Canada a travaillé avec la Station de ski Norquay à améliorer ou à clarifier le projet de Plan à long terme pour garantir qu'il réponde aux exigences des Lignes directrices pour la gestion des stations de ski et des Lignes directrices locales approuvées. Les éléments suivants sont notamment à relever :

Répercussions sur l'environnement : Parcs Canada exige que la Station de ski Norquay clarifie l'ampleur et la portée (superficie) du programme d'utilisation estivale. Les visites d'été à la station de ski seront limitées à une zone clôturée pour contribuer à réduire les effets sur la flore et la faune, ainsi qu'à limiter les risques de contact avec la faune, notamment les ours grizzlys.

Expérience du visiteur : Les préoccupations entourant la sécurité du public autour de la via ferrata seront apaisées en veillant à ce que le chemin soit installé par un technicien qualifié. En outre, l'expérience de la via ferrata sera encadrée uniquement par des guides formés et agréés par l'ACMG, pour garantir le niveau le plus élevé de professionnalisme et de sécurité. Du point de vue de l'éducation, Parcs Canada a demandé des plans d'interprétation/d'éducation plus détaillés pour la via ferrata, le pavillon et le salon de thé.

Politiques : Parcs Canada permettra la via ferrata et l'utilisation estivale de la Station de ski Norquay telle que la chose a été approuvée dans les Lignes directrices pour l'aménagement et l'utilisation du territoire de la Station de ski Norquay. Cependant, la mise en œuvre de ces propositions devra respecter les paramètres et les conditions énoncés dans les Lignes directrices locales. Parcs Canada exige également un plan de suivi détaillé de l'utilisation estivale de la station de ski pour garantir que les paramètres et les conditions d'utilisation soient respectés. Ce plan inclura la surveillance de la circulation sur le chemin Norquay ainsi que le suivi des améliorations à la végétation et à l'habitat énoncées dans le Plan à long terme.

Processus de consultation : La responsabilité d'analyser les commentaires du public et de les prendre en considération dans le processus de décision appartient à Parcs Canada. Les commentaires du public ont été classés, lus et analysés à l'interne par des employés de Parcs Canada.