Galerie d'images sur le vif

Trouver le pica dans une botte de foin

liiiiiiip! C’est le cri perçant du pica (prononcer ˈpē-kə, or ˈpī- kə ) qui résonne partout sur un versant rocailleux dans la zone alpine. C’est la fin de l’été et les picas sont très affairés à accumuler de l’herbe, des épilobes à feuilles étroites, des dryades et plusieurs autres plantes en prévision de l’hiver. Ils rassemblent ensuite leurs amas de matières biologiques et les organisent en piles de « foin » qu’ils placent sous des rochers en surplomb, dans des crevasses et dans des cavités subnivales.

Les chercheurs du parc national Banff, en collaboration avec les naturalistes de la vallée de la Bow et l’Université de l’Alberta, mènent un projet pilote qui vise à surveiller les populations de pica. Le projet consiste à compter le nombre de piles de foin qui évoluent et celles qui restent telles quelles. Les picas sont territoriaux et si un pica est présent dans un lieu, il entreposera son foin au même endroit que ses ancêtres. Le nombre de piles qui évoluent peut servir d’indice de la taille de la population. La recherche sur les picas du Centre des Rocheuses aidera l’équipe de recherche à élaborer un plan préliminaire de surveillance d’une espèce qui est particulièrement susceptible aux changements climatiques, tels que le moment de la fonte des neiges et les changements des précipitations et des températures estivales. 


Pica
 Pica © Jesse Whittington / Parcs Canada

Cirque C-Level
Cirque C-Level Cirque © Parcs Canada

pile de « foin »
piles de « foin » © Parcs Canada

Pica
Pica © Parcs Canada

Pica
Pica © Parcs Canada

Pica
Pica © Parcs Canada

Pica
Pica © Parcs Canada

Pica
Pica © Parcs Canada

Retour à la page principale