Galerie d'images sur le vif

Un printemps enneigé : difficile pour certains, avantageux pour d’autres

Cette année, en mai, des accumulations de neige supérieures à la moyenne ont subsisté sur presque toute la superficie du parc national Banff. En installant des appareils photo déclenchés par le mouvement au début du mois, nous avons observé de nombreuses pistes (incluant celles d’un grizzli) dans des secteurs où les animaux ont été forcés de traverser d’épaisses couches de neige.

La neige épaisse est un obstacle particulièrement difficile pour des animaux comme cet orignal et ce wapiti dans la vallée de la Spray. Contrairement au lynx du Canada, ils s’enfoncent jusqu’à la base du manteau neigeux à chaque pas. Le carcajou, lui, a plus de chance : il est pourvu de grandes pattes qui, un peu comme des raquettes, le gardent plus près de la surface de la neige; de plus, son sens de l’odorat extraordinaire (il peut détecter un os sous 5 m de neige) le mène vers les ongulés qui n’ont pas survécu à l’hiver. Ce printemps, les carcajous auront accès à un nombre de carcasses supérieur à la moyenne.



Wapiti
Wapiti / © Parcs Canada


Lynx
Lynx / © Parcs Canada


Orignal
Orignal / © Parcs Canada


Carcajou
Carcajou / © Parcs Canada

Retour à la page principale