Parc national Banff

Sujets d’un pays ennemi, prisonniers de guerre : les opérations d’internement au Canada pendant la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1920

L'internement au Canada | Les camps | Parcs nationaux | Banff  |  Heures d'ouverture

Grâce au financement provenant du Programme national de reconnaissance historique, Parcs Canada a créé une exposition qui a pour but d’accroître la sensibilisation du public aux opérations d’internement qui ont eu lieu au Canada pendant la Première Guerre mondiale entre les années 1914 et 1920. L’exposition, qui est d’une superficie de 305 m2, est située à côté du lieu historique national Cave and Basin dans le parc national Banff. Elle propose des écrans tactiles interactifs, des présentations multimédias et des montages à deux dimensions qui incitent les visiteurs à découvrir à leur propre rythme cette période difficile et particulièrement intense de l’histoire canadienne tout en leur laissant le soin de former leur propre opinion.

L'internement au Canada

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata en 1914, bien des citoyens canadiens soupçonnèrent de déloyauté les immigrants issus de pays ennemis – d'Allemagne, d'Autriche-Hongrie et, plus tard, de Turquie et de Bulgarie. Le gouvernement fédéral, qui attribua à ces nouveaux venus le statut de sujets d'un pays ennemi, adopta des règlements qui lui permettaient de surveiller et même d'interner certains d'entre eux. Des marins marchands et des réservistes étaient aussi internés. Pendant et immédiatement après la guerre, 8 579 sujets de pays ennemis furent internés comme prisonniers de guerre aux quatre coins du Canada.

  Le Canada comptait des camps d’internement et des centres de réception des détenus.
© Sir William Otter's Report on Internment Operations, 1914-1920, Ottawa:King's Printer, 1921

Version imprimable, (PDF, 4.72 mo)
Les camps
Spirit Lake Les femmes et les enfants n’étaient pas assujettis à l’internement. Malgré tout, certains n’avaient d’autre choix que d’accompagner le soutien de famille jusqu’au camp. Le camp Spirit Lake (sur la photo) et le camp de Vernon étaient les deux seuls à pouvoir accueillir des familles.
© Library and Archives Canada / Bibliothèque et Archives Canada, PA-170620

Les camps d'internement furent aménagés principalement dans l'arrière-pays du Canada. Certains ne restèrent ouverts que quelques mois, alors que d’autres furent occupés jusqu’en 1920. Dans la plupart de ces camps, les hommes étaient séparés par groupes, selon leur ethnie et leur statut social. Les prisonniers de première classe étaient surtout des officiers et des civils d'origine allemande. La catégorie des prisonniers de deuxième classe réunissait principalement des manœuvres austro-hongrois déclarés sujets de pays ennemis.



Parcs nationaux
Internees clear the way for the road to Lake Louise in 1915. Des détenus préparant le terrain en vue de la construction d’une route jusqu’à Lake Louise en 1915.
© Glenbow Archives / Archives du musée Glenbow, NA-1870-7

Pendant les hostilités, le gouvernement réduisit le budget des parcs nationaux. J. B. Harkin, commissaire des parcs, obtint l'autorisation de recourir aux sujets de pays ennemis comme main‑d'œuvre à bon marché. C'est ainsi que virent le jour les camps d'internement des parcs nationaux Banff, Jasper et Yoho ainsi que celui du parc national du Mont-Revelstoke. Les détenus y effectuaient toutes sortes de travaux; certains étaient affectés à la construction de routes, et d'autres, au défrichage. Par leur dur labeur, les détenus contribuèrent grandement à bâtir les parcs nationaux de l'Ouest du pays.



Banff
Internment camp at Castle in Banff, 1915. Le camp d’internement du mont Castle, à Banff, en 1915.
© Glenbow Archives / Archives du musée Glenbow, NA-1870-2

Le camp d'internement de Banff fut aménagé au pied du mont Castle en juillet 1915, mais il fut déplacé aux sources Cave and Basin en novembre de la même année. Les détenus de Banff vivaient et travaillaient dans des conditions rudimentaires, et les plaintes de mauvais traitements de la part des gardiens se multiplièrent. Certains détenus refusaient d'obéir aux ordres, et les évasions étaient un phénomène courant. Le camp d'internement de Banff cessa ses activités en juillet 1917. Les ruines des anciens camps sont rares, mais elles témoignent de cet épisode méconnu de l'histoire du Canada.

 

Heures d'ouverture

Du 14 septembre 2013 au 13 octobre 2013 : du mardi au dimanche, de 10 h à 17 h