Parc national Banff

Les 'écorégions du parc national Banff

Le parc national Banff se divise en unités, déterminées par la végétation, le relief et la composition des sols. Ce système de classification des terres sert à relever et à répertorier les régions similaires dans le parc afin de mieux gérer les écosystèmes qui le composent. Le parc est composé d'écorégions, qui sont à leur tour réparties en écosections et écosites. Le parc compte trois écorégions : l'écorégion montagnarde, l'écorégion subalpine et l'écorégion alpine.

Une carte des écorégions du parc national Banff, alpine, subalpine supérieure, subalpine inférieure, montagnarde, roche et eau
Une carte des écorégions du parc national Banff
© Parcs Canada
Écorégion montagnarde
Écorégion montagnarde
Écorégion montagnarde

La zone montagnarde occupe seulement 3 % de la superficie totale du parc, ce qui en fait la plus petite écorégion à Banff. Sur les versants nord, on la trouve à basse altitude, soit entre 1 350 et 1 500 mètres; sur les versants abrupts qui donnent sur le sud, elle peut atteindre une altitude de 1 650 mètres. La végétation de l'écorégion montagnarde se caractérise par des forêts de Douglas taxifoliés, de peupliers faux-tremble et de pins tordus, parsemées ça et là de graminées dans les zones sèches. Les zones plus humides abritent des épinettes blanches, des peupliers baumiers et des prés d'arbustes.

Dans l'écorégion montagnarde, nous recourons aux feux dirigés pour gérer activement la végétation et conserver les forêts claires et les prairies qui sont caractéristiques de cette zone. Nous limitons les populations d'ongulés, en particulier le wapiti, afin d'empêcher le broutage excessif qui endommage les tremblaies et les arbustes.

Écorégion subalpine
Écorégion subalpine
Écorégion subalpine

L'écorégion subalpine se trouve entre l'écorégion montagnarde et l'écorégion alpine, qui est dépourvue d'arbres. Cette écorégion comporte généralement une zone supérieure et une zone inférieure. La zone subalpine inférieure s'étend sur environ 27 % du parc; elle se compose surtout de forêts denses de pins tordus, d'épinettes d'Englemann et de sapins subalpins.

La zone subalpine supérieure, qui englobe 26 % de la superficie du parc, est principalement recouverte d'épinettes d'Englemann et de sapins subalpins, parsemée de prés d'arbustes nains et de communautés végétales qui prospèrent dans les couloirs d'avalanche. La ligne de démarcation entre l'étage supérieur et l'étage inférieur se situe à environ 2 000 mètres. Nous faisons appel aux feux dirigés pour conserver et rétablir la végétation de cet écosystème.

Écorégion alpine
Écorégion alpine
Écorégion alpine

L'écorégion alpine se trouve au-dessus de la limite forestière. Elle occupe 44 % de la superficie du parc; de ce pourcentage, environ 6 % sont recouverts de prés alpins et d'arbustes. Le reste (38 %) est composé de roches nues, de talus, de moraines, de neige, de glace et d'eau. Dans l'écorégion alpine, nous ne procédons pas à la gestion active de la végétation.