Parc national Banff

Canard arlequin

Canard arlequin
Canard arlequin

Le canard arlequin ( Histrionicus histrionicus ) est un canard marin de petite taille qui se distingue par ses couleurs vives. Il hiverne dans les régions côtières et passe l'été à l'intérieur des terres où il niche au bord des torrents. Le canard arlequin niche dans la région de Banff et dans les autres parcs des montagnes. On peut l'apercevoir sur des cours d'eau rapides ou dans des lacs situés en haute montagne, entre avril et septembre.

Le canard arlequin est un canard de petite taille, possédant une tête ronde, un bec tronqué et un corps trapu. Les mâles ont un plumage remarquable strié de bandes bleu foncé, ocres et blanches. Les canes ont un plumage beaucoup plus discret, de couleur brune, qui leur assure un camouflage efficace au moment de la nidification. Elles se distinguent des autres canes par trois taches blanches de chaque côté de la tête. Les canetons ressemblent aux canes adultes.

Comportement

Le nom latin du canard arlequin, Histrionicus, signifie « comédien, acteur ». Il porte bien son nom, car le mâle défend sa compagne avec force gestes et coups de tête. Le canard arlequin utilise les courants et les flots comme un rameur chevronné, avançant à l'aide de ses pattes larges et puissantes pour propulser son corps léger dans les eaux turbulentes. Lorsqu'il nage à contre-courant, il grimpe sur les grosses roches pour éviter les rapides et se réfugie souvent dans les remous derrière les grosses roches avant de plonger au fond de l'eau. Le vol du canard arlequin est très élégant et, à l'instar du cincle d'Amérique, sa trajectoire peut suivre les sinuosités des cours d'eau qu'il survole tout près de la surface.

Nourriture

Le canard arlequin se nourrit d'invertébrés, notamment de larves de mouches noires, de phryganes, et en particulier d'éphéméroptères qu'il trouve dans les rivières des montagnes. Il ne dédaigne pas les oeufs de poissons lorsqu'il en trouve. En hiver, lorsqu'il séjourne sur la côte, il se sert de son bec puissant pour dénicher des invertébrés, notamment des escargots, des acmées, des crabes, des chitons et des moules dans les rochers. Tard en hiver il se nourrit de frai de hareng

Nidification

Nidification du canard arlequin
Nidification du canard arlequin

Le canard arlequin est le seul canard d'Amérique du Nord qui migre à l'intérieur des terres pour nicher en bordure des torrents. Il préfère les endroits sauvages peu fréquentés, où les eaux sont claires et limpides. On connaît encore très mal les habitudes de nidification du canard arlequin. Cet oiseau est passé maître dans l'art de camoufler son nid dans les herbes basses, les souches et les troncs d'arbres, les débris de bois et les grosses pierres situées dans les cours d'eau. À l'occasion, il niche dans les gravières ou au flanc d'une falaise surplombant un torrent. C'est la cane qui détermine le lieu du nid, celui-ci peut être situé jusqu''à 50 mètres de la rive. Elle pond 5 à 7 oeufs couleur fauve qu'elle couve pendant 28 à 30 jours. Après la ponte, le mâle abandonne le nid pour retourner sur la côte.

Habitat marin

Habitat marin du canard arlequin
Habitat marin du canard arlequin

Pendant la plus grande partie de l'année, les canards arlequins du Pacifique habitent les massifs rocheux de la côte, de l'Alaska à l'Orégon. Les arlequins qui font leur nid dans le parc national Banff et sur les versants est des Rocheuses, passent l'hiver au détroit de Georgia en Colombie-Britannique. Ils se rassemblent autour des pointes, des récifs et des îles pour se nourrir d'animaux marins..

Situation actuelle

Situation actuelle Il existe deux grandes populations de canards arlequins : celle du Pacifique et celle de l'Atlantique. Les canards arlequins sont répartis de l'est asiatique à l'Islande, en passant par l'Amérique du Nord et le Groenland. En Amérique du Nord, la population du Pacifique se chiffre probablement autour de 200 000 alors que du côté de l'Atlantique l'effectif atteint à peine 2 000.

En fait, la population de l'Atlantique a tellement diminué au cours des cent dernières années qu'elle figure maintenant parmi les espèces menacées d'extinction. On s'inquiète également de la diminution des effectifs de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Ce déclin serait dû à la chasse excessive, à la marée noire, aux activités sportives et à la perte d'habitat au profit des activités de barrage hydroélectrique, de construction routière et d'exploitation forestière et minière, ainsi qu'à la dégradation des berges des cours d'eau.

Pourquoi protéger le canard arlequin?

D'une manière générale, le canard arlequin fait partie intégrante de l'écosystème naturel et est un bon indicateur de l'état de santé des contrées sauvages. En préservant les habitats montagneux et côtiers de cette espèce, nous contribuerons à préserver les habitats de nombreuses autres espèces qui sont tributaires du même écosystème.

Toute information écologique sur les canards arlequins du Pacifique pourrait contribuer aux efforts de reconstitution des populations de l'est du Canada et éviter le déclin des populations de l'ouest. Les chercheurs de l'ouest du continent nord-américain ont rallié leurs efforts pour étudier les habitudes et l'habitat de ces oiseaux remarquables, dans le but de les protéger sur l'ensemble de leurs territoires estival et hivernal.

Observation des arlequins

Les canards arlequins sont fascinants et souvent très amusants à observer, mais il ne faut pas les déranger. Surtout, il ne faut pas s'en approcher ni les effaroucher en faisant du bruit. Vous pouvez nous aider. Veuillez consulter le site web du parc national Banff sur internet pour obtenir les renseignements à jour sur les activités de recherche sur les arlequins.

Canard arlequin bagué
Canard arlequin bagué

Au cours des dix premiers jours du mois de mai 1995, les gardes du parc, de concert avec le Service canadien de la faune et des bénévoles locaux, ont bagué quarante canards arlequins sur la rivière Bow, près du lac Louise. On a fixé sur le tarse gauche de chaque canard une petite bague de plastique rouge sur laquelle était inscrit un numéro distinct, et sur le tarse droit une bague d'aluminium conforme à la bague d'identification internationale. Les observations futures d'arlequins bagués aideront le Service des gardes à recueillir des données sur la situation démographique de l'espèce et sur son habitat.

Canard arlequin
Canard arlequin

Ce projet de baguage fait partie d'un programme international mis en oeuvre dans l'ouest du Canada et des États-Unis, programme dans le cadre duquel des chercheurs travailleront de concert pour augmenter les connaissances sur les habitudes et les habitats de ces oiseaux uniques, dans le but de les protéger lorsqu'ils séjournent dans leurs territoires hivernal et estival.

Nos données révèlent que le canard arlequin fréquente tous les secteurs du parc Banff, mais qu'il semble affectionner particulièrement la rivière Bow comme aire de repos et de nidification. Le secteur compris entre Lake Louise et la junction Castle est probablement la plus grande aire estivale de canards arlequins en Amérique du Nord. Nombre de ces oiseaux nichent dans le parc, mais certains vont probablement plus loin vers l'est, jusqu'aux rivières et aux cours d'eau des avant-monts.

On signalait déjà la présence d'arlequins bagués au mois d'août 1994, dans le détroit de Georgia, près de Comox en Colombie-Britannique. Ceci nous aide à mieux connaître les endroits que fréquentent « nos » canards arlequins lorsqu'ils ne séjournent pas dans le parc. L'enregistrement des observations d'oiseaux bagués dans le parc national Banff et sur le versant est des Rocheuses est une partie essentielle de notre étude.