Parc national Banff

Chants sauvages

 
Dans la dernière décennie, nous avons révélé l’histoire naturelle et culturelle du site du patrimoine mondial des parcs des montagnes Rocheuses canadiennes, et nous l’avons fait en grande partie par la musique. Voici quelques-unes de nos chansons originales préférées sur les animaux sauvages que protègent nos parcs nationaux des montagnes. 

Télécharger la chanson (env. 8 Mo chacune) Paroles et description Vidéo
Hurler avec les loups  paroles  
Chanson de la physe des fontaines  paroles  
Famille C  paroles  
Nos deux amis, le noir et le grizzli  paroles Visionner
Bison, le plus brave de la prairie  paroles  
Chèvre MOUFLON chèvre  paroles Visionner
M’man grizzli  paroles  
Libellule  paroles  
LE ROCK DU DENDROCTONE!!!  paroles  
Es-tu un grizzli…?  paroles  
Toujours un coyote  paroles  
Carcajou  paroles  
Parcs Can Can Canada paroles Visionner


 

Hurler avec les loups

Dans les récits folkloriques et la culture populaire, les loups ont une mauvaise réputation qui n’est pourtant pas méritée. Avons-nous rejeté le loup trop tôt? Cette chanson explore l’évolution de notre attitude à l’égard du loup au fur et à mesure que nous le connaissons mieux. Nous savons aujourd’hui que les parcs nationaux des montagnes ont besoin de ce prédateur pour préserver l’équilibre de leur écosystème. Les territoires qui permettent aux loups de vivre en paix sont des lieux véritablement sauvages.

Steve Jarand – paroles, voix, guitare et djembé
Tyler McClure – voix et percussion à main
Tangle Caron – voix
Laurie Schwartz – voix


De belles familles unies que forment les loups
Los lobos, the wolves, Canis lupus et vous

Hurle avec nous

Le chef de la meute, il est puissant celui-là
A pour Alpha vaincra toujours Beta
Le loup est sage, parfois bête comme un chien
Il peut très bien renifler le derrière de son voisin

Ils hurlent fort pour se rassembler
S’ils se perdent ou s’ils se font attaquer
Un cri fort pour affirmer leurs droits
Une chorale qui émerge des bois

Le loup qui rase les maisons
Pique les bébés la nuit
Porte le manteau du diable le soir venu
Doux comme un mouton la nuit finie
Hurlant à la lune ronde
D’homme il se transforme en bête
Nous l’avons banni de notre monde
Le laisserons-nous à sa quête?

Il aime manger les wapitis
Marmottes, cerfs, grenouilles,
Lièvres, serpents aussi
Jamais ils ne s’attaquent aux humains
Mais ils aiment bien manger une vache
Pour calmer leur faim

Leur pelage mue
Noir, brun, blanc ou gris
Voilà les couleurs du loup
Et c’est ce qu’il dit

De belles familles unies que forment les loups
Los lobos, the wolves, Canis lupus et vous


Chanson de la physe des fontaines

La physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) vit dans une poignée de sources thermales du parc national Banff – et nulle part ailleurs sur la planète! Vous pouvez voir ce petit mollusque bien spécial dans le lieu historique national Cave and Basin, berceau du réseau de parcs nationaux du Canada.

Kyla Read – paroles et ukulélé
Laurie Schwartz – voix
Tyler McClure – kalimba
Steve Jarand – djembé


J’ai un corps tout petit
J’avance lentement
Je suis Physella johnsoni
C’est mon nom, tu le sais sûrement

J’aime le soufre
L’eau chaude qui dégouline
Je vis à Banff
Dans les sources Cave and Basin

…Allez-y!
Je me prélasse sur mon tapis d’algues
Mes pattes ont des grattoirs pour manger
Si tu écoutes bien, tu entendras mes rots!
Je suis un mollusque ambitieux, c’est un fait

Mes yeux sont foncés
Et mon antenne est jolie
Du haut de ma tête sort mon caca!
Ne trempe pas tes mains sales
Dans mon bassin
Tu pourrais détruire mon habitat

Ma coquille spirale vers la gauche
Je suis de la taille d’un petit pois
Mon espèce est en voie de disparition
Mais Parcs Canada me protège
Par une loi

La prochaine fois que tu visites le parc
Pose l’oreille au bord du bassin
Je ferai un petit rot pour te saluer
Et revenons au ralenti pour la toute fin!
La la la
La la la, la, la

Famille C

Les chevreuils et les autres membres de la famille des cervidés aiment parfois vivre près des villes dans les parcs nationaux, parce qu’ils s’y sentent en sécurité, à l’abri des prédateurs. N’oubliez pas que, malgré leur apparence docile, ce sont des animaux sauvages qui ont besoin de beaucoup d’espace!

Steve Jarand – paroles, voix et guitare
Tyler McClure – voix et percussion
Tangle Caron – voix
Sheri Tarrington et Laurie Schwartz – voix « et orignal »

Refrain
Caribou, cerf, wapiti
Perdent leur bois, quel ennui!
Cerf, wapiti, caribou
Ont tous des sabots et un long cou
Wapiti, caribou, cerf
Donnent du lait
Comme d’aut’ mammifères
Ce sont nos amis
Caribou, cerf, wapiti

Cerfs mulets, cerfs de Virginie
En sautant, les mulets sont jolis
Ceux de Virginie sont aussi bien beaux
Leur queue s’agite
Comme un petit drapeau

Les caribous vivent dans les bois
Bien loin de ceux de la toundra
Mangeant des lichens
Gardant leurs distances
Bravant la neige
De leurs sabots immenses

Appelés elk ou wapitis
Une croupe bien blanche en langue Stoney
Tous leurs troupeaux mangent des peupliers
Guettant bien les loups, aussi affamés

Et lorsque descend le soleil
Certains ongulés s’éveillent
Attention ralentissez
Regardez bien les fossés
Des cerfs bien accoutumés
Ne jamais s’approcher
Même chose pour les wapitis
Il faut être prudent, eh oui!

C’est vrai! Il faut toujours garder au moins 30 m de distance entre vous et les…

Caribou, cerf, wapiti (et orignal)
Perdent leur bois, quel ennui!
Cerf, wapiti, caribou (et orignal)
Ont tous des sabots et un long cou
Wapiti, caribou, cerf (et orignal)
Donnent du lait
Comme d’aut’ mammifères
Ce sont nos amis
Caribou, cerf, wapiti (et orignal)

Steve, s’cuse-moi.
Oh! Il y a un orignal ici!
Vous avez chanté au sujet des wapitis, et des cerfs, et des caribous, mais rien sur moi!
Pourquoi tu n’as rien dit?
Ahhh!

Il reste encore à décrire l’orignal
Cette bête imposante
Plus grosse qu’un cheval
Dans les étangs, il mange des roseaux
Une fois rassasié, il remonte à flot

Il vit tout seul ou avec un petit
À voir son fanon vous avez bien ri
Ce repli qui pend sous son cou
Voilà quelques charmes
De notre chouchou

Caribou, cerf, wapiti (et orignal)
Perdent leur bois, quel ennui!
Cerf, wapiti, caribou (et orignal)
Ont tous des sabots et un long cou
Wapiti, caribou, cerf (et orignal)
Donnent du lait
Comme d’aut’ mammifères
Ce sont nos amis
Caribou, cerf, wapiti (et orignal)


Nos deux amis, le noir et le grizzli

Chaque été, le grizzli et l’ours noir doivent partager le territoire des Rocheuses canadiennes avec des millions de visiteurs. Il revient à chacun de nous de guetter les signes de la présence d’un ours et de nous tenir à bonne distance – pour notre sécurité et celle des ours!

Steve Jarand – paroles, voix et rythmes en boucle
Tyler McClure – voix

Deux sortes d’ours qui parcourent la vallée
Deux sortes d’ours qui sillonnent les prés
Deux types de pattes pour traîner leurs savates
Deux types de museaux qui les rendent tout beaux
Deux types de griffes pour trancher dans le vif
Deux silhouettes pour les reconnaître
Deux visages, de nombreux pelages
Voilà le style nos deux amis

Les ours à la bosse aiment creuser
Les ours à la croupe aiment grimper
Les ours à la bosse aiment creuser
Les ours à la croupe aiment grimper

L’ours noir en forêt; c’est là qu’il aime manger
Le grizzli préfère les hauts sommets

Le grizzli grogne : c’est mon territoire
L’ours noir s’incline : désolé, au revoir
Je cherche seulement une amie
Recule! Ou t’auras affaire au grizzli

Grizzli ou noir, je vous le dis
Prenez le temps de faire l’inventaire
Pour trouver les traces laissées derrière
Prouvant que notre ami
Est passé par ici.

Pistes, crottes, proies et arbres marqués
Pierres retournées et terre creusée

Pistes – une empreinte de notre ami
Crottes – rempli de poils et de fruits
Traces – sur les arbres pour marquer un territoire
Proies – ensanglantées et tristes à voir
Pierres – retournées pour trouver les insectes
Manger n’importe quoi, c’est bien correct
Terre creusée – pour trouver les racines
Et les spermophiles – une source de protéines

Pistes, crottes, proies, et arbres marqués
Pierres retournées et terre creusée
Grizzli ou noir, je vous le dis
Prenez le temps de faire l’inventaire
Pour trouver les traces laissées derrière
Prouvant que notre ami
Est passé par ici

Dans les causettes en latin
Le grizzli s’appelle « Ursa »
Arctos ursa ou vice versa
Et Ursus americanus, mais qu’est-ce que c’est que ça?
La liste de noms est longue, oh, là là!

Kermode, cannelle, ours des glaciers ou blonds
Ours noirs dont le pelage prend d’autres tons
Mistaya, Kodiak, bruns ou argentés
Grizzlis en d’autres langues et d’autres localités

Avant les froids trouver une tanière
L’hiver arrive, que puis-je y faire?
Ai-je assez de réserves pour hiberner?
Ai-je assez fait l’amour pour procréer?
Je dois engraisser et m’accoupler

Les ours à la bosse aiment creuser
Les ours à la croupe aiment grimper
Les ours à la bosse aiment creuser
Les ours à la croupe aiment grimper

Deux types de pattes pour traîner leurs savates
Deux types de griffes pour trancher dans le vif
Deux silhouettes pour les reconnaître
Voilà le style de nos deux amis


Bison, le plus brave de la prairie

Au début de 2012, le ministre de l’Environnement du Canada a annoncé que Parcs Canada réintroduirait le bison des plaines dans le parc national Banff. À l’heure actuelle, vous pouvez voir des bisons en liberté dans six de nos parcs nationaux : la réserve de parc national Nahanni, le parc national des Prairies, le parc national de Prince Albert, le parc national Elk Island, le parc national des Lacs Waterton et le parc national Wood Buffalo.

Steve Jarand – paroles, voix et guitare
Tyler McClure – voix et percussion
Laurie Schwartz – voix
Tangle Caron – harmonica

Refrain
Bison bison, mon taureau
Il est de loin le plus gros
Le plus brave de la prairie
Rappelle-toi bien de lui
Pour que la plaine redevienne en vie

Les bisons sont gros, ils sont vigoureux
Robustes comme un tracteur
Ils ne sont pas peureux
Mais ils pleurent en dedans
Rêvant doucement de ce pâturage
Qui leur manque cruellement

Les mâles pèsent une tonne, imaginez-vous
C’est un poids de 1000 kilos, y pensez-vous?
Hauts de deux mètres, ou même plus gros
Ils sont peut-être musclés, mais pas idiots

Et c’est la même chose chaque année
Ils partent en quête de graminées
Quatre estomacs pour mieux digérer
L’herbe gardée, le reste, évacué

REFRAIN

Les bisons vivent une vingtaine d’années
Au long de leur vie ils doivent migrer
Mangeant à l’aube et au coucher
Et dans la boue ils aiment se vautrer

Appelé autre fois « buffalo « ou « bœuf »
Je parie que pour vous c’est du neuf
Car le nom latin est Bison bison
Ça lui donne deux fois plus de précision

Y a deux espèces de bisons dans cette chanson
Celui des bois en forêt nous le voyons
Et le bison des plaines, dans la prairie
La taille et le poil les différencient

Dans les plaines, il est petit et a la tête bouclée
Une barbe plus longue au cou bien fixée
Les pattes laineuses et des épaules peu foncées
Protection contre les vents qui soufflent glacés

REFRAIN

Le bison d’Europe est un cousin lointain
Presque éliminé par les chasseurs européens
Ressemble aux nôtres, mais en plus petit
Réintroduit en Europe de l’Est, eh oui!

Parcs Canada garde des hardes en liberté
À Elk Island et Wood Buffalo, vous le saviez
Banff lui aussi avait son propre enclos
Et nous pourrions les y revoir bientôt

Sur la plaine ils étaient des millions
Et s’ils venaient y écrire leur nom
Héritiers d’une terre leur appartenant
Où ils seraient toujours rois de leurs champs

S'ils le pouvaient, ils nous diraient quelque chose comme ça
Et les bisons chantent…
Et les bisons chantent…
Et les bisons chantent…

Mesdames et messieurs, les bisons font pas beaucoup de son. Mais, s’ils le pouvaient, ils nous diraient haut et fort…

REFRAIN



Chèvre MOUFLON Chèvre

Pouvez-vous distinguer la chèvre de montagne du mouflon d’Amérique? Vous apprendrez vite à différencier ces deux spécialistes de la vie en montagne après avoir entendu cette chanson!

Tangle Caron – paroles, voix, accordéon et percussion
Tyler McClure – voix
Steve Jarand – voix
Laurie Schwartz – glockenspiel

Les Rocheuses touchent les nuages
Elles invitent les fous comme les sages
À grimper tout en haut là-bas
Pour voir ce beau panorama
Ils viennent de près ou de très loin
Mais chacun ressent le besoin
De dire que pour se rendre très haut
Le pied ne vaut pas le sabot

REFRAIN
Mouflons, chèvres
Chèvres, mouflons
En montagne
C’est là qu’nous vivons
Chèvres, mouflons
Mouflons, chèvres
Pour grimper
Pas besoin d’crampons
Non, non

Mouflon :
Les mouflons descendent sur la route
Ils bloquent la circulation
J’aime vraiment beaucoup le sel
C’est mon péché mignon
Je perds de touffes de poil
J’ai de gros yeux or
Blanche est ma croupe tout comme mon nez
Et du brun pour le corps

Chèvre :
Les chèvres sont bien timides
Elles vivent sur les pentes rocheuses
Si un jour tu m’aperçois
Compte-toi vraiment chanceux
Mon poil est long, épais et blanc
Il me garde bien au chaud
Mon museau est noir, tout comme mes yeux
Mes cornes et mes sabots

REFRAIN

Mouflon :
Toute la vie nos cornes poussent
Jamais elles ne s’arrêtent
Celles des mâles sont bien plus grosses
Et leurs entourent la tête
Nous nous donnons des coups d’corne
Ce sont de bien beaux combats
Pour séduire les femelles
Quel spectacle, oh, là là!

Chèvre :
Les mâles autant qu’les femelles
Ont le pelage tout blanc
Les mâles sont beaucoup plus forts
Ce sont des combattants
Les femelles sont en groupe
Et les mâles sont solitaires
Sauf quand arrive l’automne
Et qu’nous voulons revoir nos frères

REFRAIN

Mouflon :
J’aime les pentes dégagées
L’herbe est un bon repas
Nous sommes des bêtes très sociables
Qui vivent en groupe, pourquoi pas?
Mes prédateurs, le loup et l’ours
Aiment bien me manger
Si j’vis sur les pentes abruptes
C’est pour leur échapper

Chèvre :
Je vis dans la zone alpine
Sur les versants rocheux
Si je vois un prédateur
Je ne fais pas long feu
Mon corps mince tient facilement
Sur les étroites saillies
Lichens, fleurs, graminées
Et carex sont mes amis

REFRAIN

Mouflon :
Je suis le mammifère provincial
De l’Alberta, vous savez
Mais les chasseurs veulent des trophées
Sur le mur, empaillés
Mais si je vais m’installer dans un parc
Pas de souci
Je peux même vivre jusqu’à quatorze ans
C’est toute une vie!

Chèvre : Parfois les visiteurs nous confondent, c’est vrai
Mouflon : Nous avons des cornes et des sabots
Les deux : Peux-tu nous distinguer?
Mouflon : Croupe blanche, dos brun et cornes courbées… Un mouflon, c’est sûr!
Chèvre : Tout de blanc vêtue, loin là-haut, c’est une chèvre, je le jure!

REFRAIN
Pour grimper, pas besoin d’crampons. Non.


M’man Grizzli

« Manger » et « dormir », voilà ce à quoi se résument les deux saisons des ours. Ils se réveillent en hiver, mais ils n’ont pas l’habitude de rester actifs, sauf s’ils trouvent de la nourriture. Pendant l’hibernation, les ours passent généralement plusieurs mois sans manger, ni boire, ni faire leurs besoins!

Tyler McClure – paroles et percussion
Tangle Caron – guitare et voix
Laurie Schwartz – voix

En errant dans la montagne
M’man Grizzli a envie
De trouver baies et racines
Pour nourrir son appétit
Elle sent son ventre crier
Elle a bien besoin de manger
Puis, elle se tapit dans un coin
Et commence à hiberner

Tout commence bien avant les neiges
En plein cœur de l’été
M’man Grizzli prend beaucoup de poids
Et mange toute la journée
Une couche de graisse pour la protéger
De l’avant à l’arrière
Un pelage très épais
Qui réchauffe son gros derrière!

Refrain
Oh, hiberner; plonger dans un très profond sommeil
Oh, hiberner; au pays des merveilles

Bien cachée sous la neige
Dans sa chaude tanière
Elle est prête à donner vie
À devenir une mère
Elle prend soin de ses chéris
Des p’tits oursons tout beaux
Leurs yeux sont encore bien fermés
Ils ne pèsent qu’un kilo

M’man Grizzli a tout ce qu’il faut
Pour nourrir ses petits
Pas besoin de travailler
Ou d’aller faire pipi
Elle les allaite, les garde au chaud
Et fait tout pour eux
Jusqu’au jour où ils pourront
Ouvrir grand les yeux

REFRAIN

Et lorsque la chaleur revient
Quand elle est affamée
Elle se réveille toute amaigrie
Mais encore en santé
Elle revoit enfin le soleil
Et mange à volonté
Pour que l’an prochain M’man Grizzli
Puisse tout recommencer

REFRAIN

Libellule

Les libellules vivent à l’intérieur et aux environs des zones humides. Elles ne mordent pas et ne piquent pas, mais elles mangent des tas de moustiques! La libellule passe la majeure partie de sa vie sous l’eau à l’état de nymphe – un insecte qui nage et qui rampe – et se nourrit des autres insectes qu’elle arrive à capturer.

Steve Jarand – paroles et guitare
Tyler McClure – voix et harmonies

Je vole
Près de l’étang
Et mes ailes
Vous chantent ce chant

Refrain
Née au fond
Dans la boue je dors
Dans mon cocon
Avant d’émerger dehors
D’un œuf à une nymphe
À un adulte, puis je meurs
Les marais sont ma demeure
Belle demoiselle…

Je survole, j’aime planer
Regarde bien mes yeux irisés

REFRAIN

Discrète transformation
Quand j’apprends à voler
Je compte sur les vibrations
Dans le ciel pour bien planer
Comme d’un violon la jolie ritournelle
Écoute la demoiselle...

Bête préhistorique
Et chasseuse habile
Devenue depuis un fossile

REFRAIN

Libellule, libellule, libellule

Je vole
Près de l’étang
Et mes ailes
Vous chantent ce chant


LE ROCK DU DENDROCTONE!!!

Le dendroctone du pin ponderosa fait naturellement partie de nos forêts, mais il y a un déséquilibre en ce moment, et cet insecte dévaste de grands peuplements de vieux pins tordus latifoliés à l’intérieur et à l’extérieur de nos parcs nationaux. Les équipes de gestion du feu de Parcs Canada lui font une chaude lutte en faisant brûler les arbres affaiblis de la forêt pour aider les arbres forts à pousser.

Phillip Nugent – paroles
Steve Jarand – guitare
Tyler McClure – voix
Tangle Caron – voix
Laurie Schwartz – voix, guitare basse et percussion

Pin tordu : Aïïïïïe! Je viens de me faire mordre!
Dendroctone : Allô, pin tordu latifolié!
Pin tordu : Dendroctone du pin ponderosa!
Dendroctone : Allons-y!

Dendroctone : Je tente vraiment de te sucer le sang
Tout au fond de toi, je dépose du poison
Un p’tit champignon qui tache tes fibres de bleu
Ma famille vivra bien ici!
Tes vertes aiguilles perdront leur couleur
Tu ne peux m’arrêter, il faut que tu meures
Une épidémie de votre propre création
Puissant insecte en pleine expansion!

Pin tordu : Ohhh! Ne me mange pas!
Ohhh! Un vieux pin comme moi!!
Ohhh! Je vais te balancer!
Oh non! J’suis trop vieux!

Dendroctone : De plus en plus chaud, le froid a disparu
Je ne m’arrêt’rai, que si j’ai mon dû
Vous m’aidez beaucoup en supprimant les feux
Regardez cette forêt de pins faibles et tout vieux
Sous ta belle écorce je ponds mes œufs
Les larves grandiront là sous tes yeux
Elles vont te manger jusqu’à l’intérieur
Interrompre la sève jusqu’à ce que tu meures

Pin tordu : Ohhh! Ne me mange pas!
Ohhh! Un vieux pin comme moi!!
Ohhh! Je vais te balancer!
Oh non! J’suis trop vieux!

Dendroctone : CREUSE!!
Pin tordu : CREUSE! Aïe!

Pompier : Une seconde, dendroctone du pin ponderosa!
Dendroctone : OH, NON! Pas le programme de brûlages dirigés de Parcs Canada!
Pompier : Oh, oui!
Dendroctone : Oh, non!
Pompier : Yo, je protège les parcs, les copains
Je vais mettre le feu à ce très vieux pin
Faut mettre fin à l’infestation, sauver le bois pour la nation
Cet insecte c’est un dur à cuire
Il va tout détruire tout anéantir
Les aiguilles tombent, meurent par milliers
Ce méchant insecte, il faut l’éliminer!

Pin tordu : Ohhh! Ne me mange pas!!
Pompier : Cesse de chialer
Pin tordu : Ohhh! Un vieux pin comme moi!!
Pompier : Tes cônes vont brûler
Pin tordu : Ohhh! Je vais te balancer!
Pompier : Tes graines vont germer!

Dendroctone : Je me multiplie
Pompier : Non, tu vas tomber
Dendroctone : Et tant qu’il fera chaud
Dendroctone : Je vais continuer
Pompier : Ton âme va brûler
Dendroctone : C’est moi le plus fort, je m’en vais vers l’est
Pompier : Non mon gars
Dendroctone : Écoute bien ce que je dis
Pompier : Je propage d’est en ouest un plan pour t’enlever la vie…

Pin tordu : Ohhh! Ohhh! Ohhh! Ne me mange pas!
Dendroctone : Tu n’as aucune chance!
Pompier : Je te donne une chance
Pin tordu : Ohhh! Un vieux pin comme moi!!
Dendroctone : Une danse à six pattes
Pompier : T’es rien qu’une savate
Pin tordu : Ohhh! Je vais te balancer
Dendroctone : Une malsaine romance
Pin tordu : Oh non! J’suis trop vieux!
Dendroctone : Il est trop vieux... moua haha hahaha hahaha.
Pompier : Le pin est trop vieux


Es-tu un grizzli…?

Vous avez peut-être remarqué qu’il s’agit de notre troisième chanson au sujet des ours! C’est parce que les ours sont des bêtes TRÈS spéciales. Le grizzli a besoin de beaucoup d’espace pour survivre. Avec votre aide, nos parcs nationaux demeureront un refuge sûr pour les ours.

Steve Jarand – paroles et guitare
Tyler McClure – voix
Laurie Schwartz – voix


Est-ce que tu dors pendant les mois d’hiver?
Est-ce que tu la creuses de tes griffes, ta tanière?
Est-ce que la neige te garde bien au chaud
Pendant que tu nourris tes petits cocos?

Quand tu hibernes
Est-ce que tu recycles ton urine?
Seul l’air humide quitte tes narines
Douillet dans ton manteau bien fourni
Un sommeil peu profond
Es-tu un grizzli?

Refrain
Est-ce que tu marches seul
Bien haut dans les prés alpins?
Parcours-tu les montagnes
Sous un ciel sans fin?
Le voyage fini, serons-nous amis?
D’une force inouïe, es-tu un grizzli?

Laisses-tu des traces de pattes
Tournées en dedans?
Manges-tu des spermophiles
Espèce de gourmand?
Déloges-tu les arbres
Et les gros cailloux ?
Pour aspirer les insectes
Qui courent partout?

En une seule journée
Peux-tu manger 100 000 baies?
Framboises, bleuets, shépherdie argentée?
Transformer le sucre en graisse pour l’hiver
Le reste, du caca tout de rouge couvert

REFRAIN

Ursus arctos
Te méfies-tu de la race humaine?
Devrais-tu migrer
Dans une région lointaine?
Une étoile distante, bien loin dehors
Ursa major, La belle Grande Ourse
Ursa minor, La Petite Ourse
Puissant grizzli dans le ciel du Nord

REFRAIN



Toujours un coyote

Le coyote est considéré comme un « filou » dans de nombreuses légendes des Premières nations. Cet animal robuste s’adapte rapidement à presque toutes les situations.

Steve Jarand – paroles et guitare
Tangle Caron – guitare glissée et harmonica

Sais-tu ce qu’on ressent
À courir dans les champs
À crier fort, hurler dans le vent
Sais-tu ce qu’on ressent
Quand on a des yeux d’or
Plus petit qu’un loup
Mais presque aussi fort
Sais-tu ce qu’on ressent
À toujours être chassé
Être mal aimé
Mais n’jamais lâcher
Sais-tu ce qu’on ressent
À jouir de la vie
Jouer sans fin avec nos petits
Sais-tu ce qu’on ressent

Refrain
Un coyote toujours je serai
Les mauvais jours je vais braver
J’erre jour et nuit
Je chasse et je vis
Dans l’espoir de fuir les soucis

Sais-tu ce qu’on ressent
À vivre de charogne
Trouver des restes
Ça, c’est une dure besogne
Sais-tu ce qu’on ressent
Passer la nuit
À rêver de belles brebis

Sais-tu ce qu’on ressent
À être vu comme un vilain
Dans toutes ces légendes
Que content les humains
Sais-tu ce qu’on ressent
Les quat’ pattes sur le sol
J’deviens plus sage
Ma jeunesse s’envole
Sais-tu ce qu’on ressent

REFRAIN



Carcajou

Le carcajou est un animal furtif et difficile à étudier. Nous savons qu’il a besoin de beaucoup d’espace pour survivre et qu’il évite les secteurs fréquentés par les humains. Malgré leur réputation d’animaux féroces, les carcajous sont des parents attentifs. Ils ont déjà été observés au jeu – ils glissaient sur des pentes enneigées par pur plaisir! Nos parcs nationaux des montagnes représentent un important refuge pour ces bêtes fascinantes.

Steve Jarand – paroles, voix et rythmes en boucle
Tyler McClure – voix



Refrain
Carcajou, carcajou, fort et petit
Carcajou, le tueur en série
Carcajou, carcajou, bête solitaire
Toujours malin
Mais jamais pour mal faire

Pareil à un ours dans un corps plus court
Que tu le veuilles ou non
J’t’en ferai un beau discours
Fourrure lisse, le dos rayé
Mes glandes produisent du musc
Si j’me sens menacé

Griffes acérées, petits yeux noirs
Cuisses tout en muscles
Puissante mâchoire
Mes pattes larges sur la neige
Peuvent marcher
Ils ne voient que mon ombre
Ceux qui tentent de m’espionner

REFRAIN

Je mange un orignal
Mordant dans son corps
Je tue un caribou
Sur les plaines du Nord
As-tu entendu son cri
Qui déchire l’obscurité?
Regarde mes dents luisantes
Défendre ma chasse gardée

Pour trouver une compagne
Je parcours la contrée
Et avec mon bel amour
Nous faisons des bébés
Après l’été suivant
Les bébés sont grands
Ils doivent chasser tout seuls
Dire adieu à maman

REFRAIN

Gulo gulo, nom latin de glouton
C’est mon nom
Wolverine, comme disent
Les Anglo-Saxons
Mais y a une autre bête, l’homme
Qui va tout changer
Il consomme aveuglément
Sans jamais se soucier

Dis-moi à quoi ressemble
La vie d’un gros glouton
Grande vedette de télé
Ou coureur de marathon?
Non, non, c’est une vie sans tracas
Tu vois c’est agréable de vivre
Tout en étant moi

REFRAIN

Je vis haut dans l’Nord
Dans les pays couverts de neige
Le Canada, Suède, Russie
Finlande, et Norvège
Je suis l’ambassadeur
Celui qui représente le monde
J’évite tous les endroits
Remplis de foreuses et de sondes

J’errais en liberté
Une vie sans souci
T’as volé mon territoire
C’est moi qui suis puni
Réfugié dans la forêt
J’ai trouvé un peu de paix
Tu dis que j’suis méchant
Mais c’est toi qui es mauvais

REFRAIN

Un monde vrai où rien n’est gâché
Étouffez votre orgueil pour bien écouter
Le message du carcajou
LA PAIX DOIT RÉGNER


Parcs Can Can Canada

Pouvez-vous nommer les 43 parcs nationaux du Canada? NOUS pouvons le faire! Le Canada compte aussi 167 lieux historiques nationaux et 4 aires marines nationales de conservation. Et notre réseau n’a pas fini de grandir! Ces trésors naturels n’attendent que d’être découverts. Combien d’entre eux visiterez-vous?

Musique : Offenbach, Orphée aux enfers (Can-Can)
Voix : Laurie Schwartz, Tyler McClure, Tangle Caron et Steve Jarand


Yoho et Wood Buffalo
Et Archipel-de-Mingan
Forillon, Waterton
Saviez-vous qu’y en avait autant?

Mont-Revelstoke et Mont-Riding
Îles-Gulf, Îles-du-Saint-Laurent
Aulavik, Ivvavik
l’Île de Sable et Monts-Torngat

Jasper et des Glaciers
Quels sont les autres?
Voyons voir…

Wapusk, Gros-Morne
Pacific Rim et Pukaskwa
Prairies, Péninsule-Bruce
Et de l’Île-du-Prince-Édouard

Prince-Albert, Terra Nova
Baie-Georgienne
Kejimkujik et Kootenay

Refrain
Au Can Canada, nous sommes fiers
De nos quarante trois parcs nationaux
Et des nouveaux qui s’ajouteront
Au Can Can Canada, on a aussi
Cent soixante sept lieux historiques nationaux
Si je ne me trompe pas
Au Can Canada, on a aussi trois grands océans
Et quatre aires marines nationales de conservation
Parcs Can Canada protège notre patrimoine
Can Can Canada et la nature et notre histoire

Kluane, Nahanni
Pointe-Pelée, La Mauricie
Hautes-Terres-du-Cap-Breton
Elk Island et Fundy!

Ukkusiksalik, Sirmilik, Gwaii Haanas
Kouchibouguac, Vuntut, Tuktut Nogait
Auyuittuq, Quttinirpaaq
Quoi?
Dites ça 10 fois si vous le pouvez!

REFRAIN

Et Banff, où tout a commencé
En mille huit cent quatre-vingts cinq!

Peut-on les visiter?
Oui, nous le pouvons!
Peut-on les photographier?
Oui, nous le pouvons!
Peut-on nourrir les ours?
Non, pas question!
Peut-on en être fiers?
Oui, c’est sûr, sûr, sûr!