Parc national Banff

Observation des oiseaux

L'observation des oiseaux est un sport pour tous. En effet, pour identifier les diverses espèces d'oiseau protégées dans notre parc, il suffit d'avoir des jumelles et un bon guide de poche. Nous recommandons toutefois une lunette d'observation pour avoir une meilleure vue des oiseaux et des autres animaux. Procurez-vous la liste contrôle des oiseaux du parc national Banff dans les centres d'accueil et d'information du parc.

Canard arlequin
Canard arlequin
© Parcs Canada

Plus de 260 espèces d'oiseaux ont été répertoriées dans le parc. Le meilleur temps de l'année pour observer les oiseaux s'étend du printemps au début de l'été, et le meilleur temps de la journée, à compter d'une heure avant le lever du soleil jusqu'à 9 ou 10 heures. Il y a généralement plus d'oiseaux dans la région montagnarde et les terres humides de la vallée inférieure de la Bow que dans tout autre secteur du parc.

La ville de Banff, le marais de Cave and Basin et les lacs Vermilion se prêtent également bien à l'observation des oiseaux. Pour identifier certaines des espèces les plus intéressantes de l'Ouest, comme la grive à collier et la paruline de Townsend, il faut être en mesure de reconnaître les chants d'oiseaux.

Ville de Banff

Les meilleurs endroits pour observer les oiseaux à proximité de la ville de Banff sont les vieux quartiers résidentiels, au pied du mont Tunnel, l'amont de la rivière Bow, à partir du pont, et près des écuries, en bas du chemin Cave. Les quartiers résidentiels renferment beaucoup de vieux arbres (épinettes, pins et peupliers) et de jardins d'ornement. Les écuries se trouvent dans un décor semi-naturel de saules, d'épinettes et de marais.

De la fin mars au début mai :

Les oiseaux migrateurs qui reviennent tôt se réfugient dans la ville avant tout autre endroit, parce qu'il y fait chaud et que la neige fond plus vite dans ce secteur du parc. Le carouge à épaulettes, le bruant chanteur et le merle d'Amérique apparaissent tard en mars, surtout près des écuries, et il est possible d'apercevoir les premières hirondelles à face blanche et hirondelles bicolores dans la ville, vers la fin avril.

De la mi-mai à la mi-juillet :

L'hirondelle à front blanc niche sur le pont de l'avenue Banff, et l'hirondelle à face blanche ainsi que l'hirondelle bicolore nichent dans le lotissement urbain, près de l'avenue Banff, et trouvent leur nourriture au-dessus de la rivière Bow. Le merle, l'étourneau et le moineau domestique sont communs ici (les deux dernières espèces sont rarement observées ailleurs dans le parc). Sur le mont Tunnel, on peut parfois apercevoir des cassenoix d'Amérique, des chouettes naines et des roselins de Cassin.

Hiver :

Vu les nombreux moineaux domestiques, cassenoix d'Amérique, mésanges à tête noire, mésanges à tête brune et mésanges de Gambel, et l'occasionnelle sittelle à poitrine rousse et sittelle à poitrine blanche, certains rapaces comme la chouette naine et l'épervier brun passent parfois l'hiver dans la ville. Ils se perchent souvent sur les fils électriques et le faîte des arbres. Le cincle plongeur hiverne aux chutes de la Bow.

Marais Cave and Basin

Cave and Basin est situé à 2 km à l'ouest de la ville de Banff, sur la rive sud de la rivière Bow en venant de l'avenue Cave. À partir du terrain de stationnement du lieu historique national Cave and Basin, plusieurs sentiers mènent, à travers bois, au marais et à la passerelle. Le marais Cave and Basin est une grande région de terres humides qu'une digue sépare de la rivière Bow. Comme il est alimenté par des sources chaudes, certains endroits restent humides l'hiver. De grands saules poussent enchevêtrés dans le marais, qui est bordé par une forêt d'épinettes et de pins.

De la fin mars au début mai :

On observe souvent des bruants chanteurs et des carouges à épaulettes ici, avant d'en voir ailleurs dans le parc. Les saules peuvent abriter d'autres oiseaux migrateurs hâtifs, comme le roitelet à couronne rubis, la paruline verdâtre et le junco ardoisé. Les oiseaux aquatiques y sont très nombreux.

De la fin mai à la mi-juillet :

Beaucoup d'oiseaux aquatiques et de petits oiseaux chanteurs séjournent dans le marais et la forêt environnante. Les canards les plus communs sont le canard colvert, la sarcelle à ailes vertes et le garrot de Barrow. Au mois de juin, le choeur plus ou moins confus, mêlant les voix des viréos mélodieux, des parulines jaunes, des parulines masquées, des parulines flamboyantes, des parulines à calotte noire, des bruants chanteurs et des bruants des prés, qui s'élève à l'aurore vaut à lui seul le déplacement. On dit aussi de cet endroit que c'est le paradis des bruants.

De la mi-août à novembre :

Comme le marais est une halte importante pour les oiseaux aquatiques migrateurs, on y trouve communément le canard colvert, la sarcelle à ailes bleues et à ailes vertes, le petit morillon et le garrot de Barrow, et parfois la bécassine des marais et le pluvier kildir, ainsi que quelques rares espèces d'hiver.

Lacs Vermilion

La Promenade des Lacs-Vermilion commence à l'ouest de la ville de Banff, à 100 mètres au sud du croisement de l'échangeur Norquay avec la route transcanadienne et est parallèle à cette dernière sur une distance de 4 km. Les lacs Vermilion se trouvent au coeur d'une vaste région de terres humides alternant entre des surfaces plates où poussent le carex et le saule et des nappes d'eau peu profondes reliées par une multitude de petits chenaux. Des peuplements de vieilles épinettes blanches bordent certaines parties des lacs.

D'avril à la fin mai :

C'est probablement le secteur du parc national Banff qui a le plus d'importance pour les oiseaux aquatiques migrateurs. Aussitôt que la glace commence à fondre près des rives vers la fin avril, arrivent des volées d'espèces communes de même que quelques cygnes siffleurs, sarcelles cannelle, canards souchets, macreuses à ailes blanches et à front blanc, becs-scie couronnés et grands becs-scie. Le pygargue à tête blanche niche dans ce secteur, et on en observe régulièrement. La bernache du Canada niche au bord des lacs et s'empare souvent d'anciens nids d'aigles-pêcheurs, avant le retour de ces derniers.

De la fin mai à la mi-juillet :

Au cours d'une randonnée ou d'une promenade en canot tôt le matin, on peut observer une variété étonnante d'espèces qui nichent dans les lacs et près de ces derniers, notamment certaines espèces rares : le butor d'Amérique, le grèbe jougris, le grèbe à bec bigarré, la sarcelle cannelle, le canard branchu, la chouette rayée, le grand pic et le tyran tritri. Le pygargue à tête blanche et l'aigle-pêcheur nichent en bordure des lacs.

De la mi-août à novembre :

Avec la naissance des jeunes canards colvert, sarcelles, becs-scie couronnés et grands becs-scie, le nombre d'oiseaux aquatiques dans les lacs atteint un maximum dans la deuxième moitié de septembre.

Hiver :

Le sizerin flammé et le bruant des neiges s'alimentent dans les marais gelés et sur le bord des lacs, particulièrement au début de l'hiver. Il y a presque toujours des cincles d'Amérique ainsi que quelques canards colvert et garrots à oeil d'or, dans une petite source chaude du troisième lac Vermilion.

Canyon Johnston

Route 1A, 23 km à l'ouest de Banff (juste à l'ouest du croisement avec la route du mont Castle). Partez du terrain de stationnement à l'entrée du sentier du Canyon-Johnston et suivez le sentier qui longe le ruisseau Johnston jusqu'aux chutes inférieures (3 km) ou aux chutes supérieures (5 km). Le canyon, étroit et ombragé, constamment humidifié et rafraîchi par les gouttelettes d'eau, est entouré d'une forêt d'épinettes et de pins.

De juin à la mi-septembre :

La canyon Johnston est l'une des trois aires de nidification connues du martinet sombre en Alberta. Les nids, installés à haute altitude sur les parois du canyon, sont difficiles à déceler, mais on peut voir les adultes s'envoler du canyon tôt le matin pour revenir au crépuscule. Le cincle plongeur niche également dans le canyon et, dans la forêt environnante, on peut observer le troglodyte des forêts, le moucherolle des ravins, la paruline de Townsend et la paruline à croupion jaune

Rivière Bow - De Banff à Lake Louise

Le cours de la rivière Bow est parallèle à la Transcanadienne et à la route 1A, de la ville de Banff jusqu'à Lake Louise. Il y a donc de nombreux points d'accès à la rivière. C'est une petite rivière qui est gelée presque tout l'hiver et dont l'eau est brune, du dégel au printemps jusqu'à la mi-juillet, en raison de la boue glaciaire. Elle coule et serpente dans la zone montagnarde, à travers prés de saules et forêts de pins de Murray et d'épinettes.

De la mi-mai à la mi-juillet :

En cette période de l'année, les canards arlequins se rassemblent en bordure de la rivière Bow avant de se disperser - les femelles, pour nicher dans les petits cours d'eau de montagne et les mâles, pour retourner à l'océan Pacifique. On peut les voir sur les bancs de gravier et les îlots. On peut également apercevoir des cincles d'Amérique, des chevaliers branle-queue, des jaseurs boréaux et des grands becs-scie. Les adeptes du canot sont nombreux sur la rivière. Si vous en êtes, ne vous approchez pas trop des oiseaux aquatiques nicheurs en ce temps de l'année, pour éviter de les effaroucher.

Hiver :

On aperçoit parfois un canard souchet ou un garrot à oeil d'or là où la rivière n'est pas gelée, mais il n'est pas rare d'y voir le cincle d'Amérique, qui peut hiverner là où il trouve ce genre d'habitat.

Sommet Bow

Le sommet Bow se trouve à 20 km au nord de la Transcanadienne, sur la route 93N ou Promenade des Glaciers. Du terrain de stationnement, du côté ouest de la route, commence un sentier (1,5 km) dans la zone alpine qui mène à un belvédère, juste à la limite de végétation des arbres. C'est une région de forêt subalpine peuplée de sapins subalpins et d'épinettes d'Engelmann qui laissent graduellement la place à des arbres rabougris, puis à la lande et aux prés herbacés, à haute altitude.

De juin à la mi-juillet :

Randonnée idéale pour les lève-tôt qui veulent voir des espèces particulières aux montagnes, comme diverses variétés de grives, le bruant fauve, la grive solitaire et le cassenoix d'Amérique. Au-dessus de la limite de végétation des arbres, on peut observer le lagopède à queue blanche, le pipit sioncelle et le roselin brun, et dans les prés, le bruant des prés, le chevalier solitaire, le pipit sioncelle et le merle-bleu azuré.