Espèces en péril

Grue blanche

Grús americána

Pourquoi protéger la Grue blanche?

La grue blanche était au seuil de l’extinction au début des années 1940. La disparition de la grue blanche aurait non seulement été triste mais aurait également réduit la biodiversité en Amérique du Nord. Bien que les efforts de rétablissement internationaux aient permis d’accroître le nombre de grues blanches, ces oiseaux majestueux et unique sont toujours menacés. Des efforts constants sont toujours requis afin d’assurer sa survie.

Depuis de nombreuses années, des efforts internationaux ont été déployés afin d’accroître la population de grues blanches. Ces efforts incluent ce qui suit :

  • protection continue des aires de nidification et du territoire d’hivernage;
  • établissement d’un programme de reproduction en captivité (Pour amorcer ce programme, 225 œufs ont été recueillis dans le parc national Wood Buffalo entre 1967 et 1996. Le ramassage d’œufs provenant de la bande de Wood Buffalo a cessé en 1996);
  • Recensements annuels et surveillance des nids et de la productivité des oisillons au parc national du Canada Wood Buffalo;
  • recherche sur l’écologie de l’aire de nidification actuelle des oiseaux afin d’aider à sélectionner les nouveaux sites de réintroduction;
  • établissement d’une bande non migratrice en Floride;
  • réintroduction d’une deuxième bande migratrice (Wisconsin-Floride) constituée d’oiseaux nés en captivité. Il a fallu notamment apprendre aux oiseaux nés en captivité à migrer en utilisant des ultralégers.

Bien que les populations de grues blanches continuent d’augmenter dans le cadre de ce programme, l’espèce demeure vulnérable, en particulier pendant la migration. Au nombre des dangers qui les guettent pendant la migration, mentionnons les chasseurs (ils confondent parfois la grue blanche avec d’autres espèces d’oiseaux comme la grue du Canada) et les lignes de transport d’énergie. Dans leur territoire d’hivernage à Aransas, il y a un risque de pollution de l’eau sur la côte en raison du trafic maritime commercial.

Que fait Parcs Canada pour sauver la Grue blanche ?

Grue blanche dans le Parc national du Canada Wood Buffalo.
Le nid de la Grue blanche est d’un mètre de large et constitué de branchage. Il est généralement construit dans des eaux peu profondes d’étangs bordés d’épinettes.
© Parcs Canada / Galerie d’images du PNWB

Le parc national du Canada Wood Buffalo protège les aires de nidification de la dernière bande sauvage migratrice de grues blanches. L’aire de nidification de la grue blanche est classée zone 1, préservation spéciale, en vertu du Plan directeur du parc national Wood Buffalo. L’accès en est interdit au public en raison de la vulnérabilité extrême des oiseaux au cours de la période où ils nichent et élèvent leurs petits.

Le personnel chargé de la préservation des ressources du parc aide le Service canadien de la faune dans ses activités de surveillance écologique, de recherche et de recensement annuel des oiseaux qui nichent. Le parc fait également connaître la grue blanche dans le cadre de programmes de sensibilisation du public et sur les supports autonomes comme les publications et les panneaux d’interprétation. Le sentier d’interprétation des zones humides du parc présente de l’information sur la grue blanche et les espèces en péril.

La présence de grues blanches au parc national du Canada Wood Buffalo est une caractéristique d’un intérêt exceptionnel et explique en partie la raison pour laquelle le site est un site du patrimoine mondial. L’aire de nidification de la grue blanche a également été désignée site Ramsar par la Convention du même nom, ou d’une Zone humide d’importance internationale.