Espèces en péril

Airelle à longues étamines

Vaccinium stamineum

Pourquoi protéger l’airelle à longues étamines?

L’airelle à longues étamines fait partie d’un écosystème unique et sain et contribue à la biodiversité générale au Canada. Dans l’écosystème des Mille-Îles, on trouve l’airelle à longues étamines en association avec d’autres espèces peu communes au Canada comme le pin rigide (Pinus rigida).

Il importe de protéger et de rétablir les populations d’airelles à longues étamines afin d’assurer l’existence d’un environnement sain pour les générations à venir.

Gros plan des fleurs d’airelles à longues étamines.
Des grappes de fleurs blanches pendent à partir de longues tiges fines au début de l’été.
© Parcs Canada / Banque d’images du PNISL

Il existe aussi des différences génétiques entre l’airelle à longues étamines présente au Canada et celle qu’on trouve dans des régions plus tempérées des États-Unis. Vivant à l’extrémité septentrionale de son aire de distribution et isolée des autres populations, l’airelle à longues étamines présente au Canada a dû s’adapter à un climat plus rigoureux et à une plus grande compétition que dans d’autres populations. Cette situation a donné naissance au Canada à des populations d’airelles à longues étamines uniques et dont la sauvegarde revêt une grande valeur.

L’airelle à longues étamines joue un rôle écologique important là où elle se trouve. Le fruit de l’airelle à longues étamines est une source d’alimentation pour divers oiseaux et ses fleurs sont une source de nectar pour diverses abeilles.

Que fait Parcs Canada pour sauver l’airelle à longues étamines?

Parcs Canada dispose de cinq mécanismes pour contribuer au rétablissement des populations d’airelles à longues étamines au Canada : introduction de semis, surveillance des plantes, protection, sensibilisation et collaboration au rétablissement avec d’autres organisations.

  • Un programme de réintroduction de l’airelle à longues étamines est en cours dans le parc national des Îles-du-Saint-Laurent. Comme on ignore si les airelles à longues étamines germent à partir de graines, le personnel du parc a établi des partenariats avec les universités afin de créer de nouveaux semis d’airelles à longues étamines en serre. Ces semis sont ensuite introduits dans des régions qui sont censées offrir un habitat similaire.
  • Le parc national des Îles-du-Saint-Laurent surveille les plantes existantes afin d’aider à évaluer leur santé et à identifier les agresseurs. La surveillance s’effectue chaque année.
  • Le parc national des Îles-du-Saint-Laurent sensibilise les visiteurs et les résidants de la région à l’importance de l’airelle à longues étamines et à sa fonction dans l’écosystème des Mille-Îles. Il est important que ces publics connaissent l’existence de cette plante de sorte que leur impact puisse être réduit au maximum là où il se produit.
  • Le parc national des Îles-du-Saint-Laurent est représenté au sein de l’Équipe du rétablissement de l’airelle à longues étamines. Cette organisation qui regroupe des organismes gouvernementaux et des universités élabore et met en œuvre des plans de rétablissement et rédige des rapports d’étape à l’intention du COSEPAC.