Espèces en péril

La martre de Terre-Neuve

Martes americana atrata

Biologiste de Parcs Canada avec une martre sous anesthésie. Il explique son travail à 2 adultes et 3 enfants qui l’accompagnent.
Un biologiste de Parcs Canada, John Gosse, discute du rétablissement de la martre avec des participants du Programme de bénévolat pour la martre de Terre-Neuve
© Parcs Canada / J.W. Gosse

Quel est le statut de la martre de Terre-Neuve?

Au début des années 1980, on estimait que la population de martres de Terre-Neuve comptait de 630 à 875 individus. En se fondant sur ces nombres, le COSEPAC a placé la martre de Terre-Neuve sur sa liste des espèces menacées.

En 1995, la population avait diminué à seulement 300 martres, un nombre qui augmente leur vulnérabilité aux menaces comme la perte d’habitat, la mort accidentelle dans les pièges et les collets, et la maladie. Advenant l’apparition d’une maladie ou une nouvelle perte d’habitat, la faible population de martres d’une région pourrait être complètement anéantie.

En réponse à ce déclin constant de la population, le COSEPAC a placé la martre de Terre-Neuve sur sa liste des espèces en voie de disparition.

Pourquoi la martre de Terre-Neuve est-elle en danger?

Puisque la martre est une espèce dépendante de la forêt, la suppression de grandes étendues de cet habitat par l’exploitation forestière menace le rétablissement de la population. Nous devons tous prendre la responsabilité de veiller à ce que nos forêts soient utilisées de façon durable pour que les espèces comme la martre de Terre-Neuve puissent continuer d’exister.

Certains habitants de Terre-Neuve aiment chasser et piéger les animaux comme le renard, le vison et le lièvre d’Amérique. Malheureusement, les martres se prennent souvent dans les pièges tendus pour ces autres animaux à fourrure. Ceci a poussé les gestionnaires de la faune à délimiter des zones spéciales où il est obligatoire d’utiliser certains pièges en particulier, qui réduisent les risques de capturer accidentellement une martre.