Espèces en péril

La passe migratoire Vianney-Legendre au lieu historique national du Canada du Canal-de-Saint-Ours

Pourquoi reconstruire la passe migratoire Vianney-Legendre?

La construction de la passe migratoire au printemps de 2001
La construction de la passe migratoire.
© Parcs Canada

Jusqu’à récemment, les poissons n’avaient pas autant de chance. Pendant les travaux de reconstruction effectués en 1967, la passe migratoire faisant partie du barrage depuis plus de 100 ans, n’a pas été remplacée. Depuis ce temps, le barrage nuisait aux déplacements naturels des poissons dans la rivière Richelieu.

Plus de 60 espèces de poissons vivent dans ce cours d’eau, y compris des espèces dont la survie dans la rivière Richelieu est préoccupante, comme le chevalier cuivré, le chevalier de rivière, l'esturgeon jaune, l'alose savoureuse et l'anguille d'Amérique. Ces poissons doivent franchir le barrage pour se reproduire et, dans le cas de l'anguille d'Amérique, pour se nourrir.

Certaines de ces espèces migrent sur des milliers de kilomètres, alors que d’autres voyagent moins. Mais peu importe la distance, les déplacements sont cruciaux pour la santé des populations de poissons. Lorsque des obstacles comme les barrages bloquent leurs déplacements, les populations de poissons en souffrent.

Que fait Parcs Canada pour maintenir la passe migratoire Vianney- Legendre?

Une façon d’aider le poisson à franchir les obstacles comme les barrages est d’installer des passes migratoires, ces structures parfois aussi appelées échelles à poissons ou passes à poissons.

Au printemps 2001, Parcs Canada, en collaboration avec différents partenaires, a construit la passe migratoire multi espèces pour aider les poissons à franchir le barrage de Saint-Ours.

La passe migratoire principale (multi espèces) tente de répondre aux besoins et aux caractéristiques de l'esturgeon jaune, de l'alose savoureuse, du chevalier de rivière et du chevalier cuivré. Une passe migratoire spéciale a été ajoutée pour répondre aux besoins de l'anguille d'Amérique.

Il a fallu prendre un certain nombre de facteurs en considération lors de la conception de la structure, dont :

  • la taille des 5 principales espèces qui doivent emprunter la passe migratoire;
  • la capacité du poisson à remonter le courant;
  • les différentes périodes d’utilisation;
  • le débit d’eau.

La construction d'une passe migratoire constitue une étape importante dans la préservation de la biodiversité des poissons dans la rivière Richelieu. La structure permet à tous les poissons de la rivière d'atteindre leur lieu de frai, de trouver leur habitat de prédilection et de se déplacer entre les populations pour bénéficier d'un bassin génétique plus grand. La passe migratoire redonne également aux anguilles l'accès à leur aire d'alimentation, ce qui pourrait avoir des répercussions positives sur la pêche commerciale.

Le 30 mai 2002, un premier chevalier cuivré s’est engagé dans la passe migratoire. En 2005, plus de 20 chevaliers cuivrés y ont été capturés. L’alose savoureuse, même si elle est présente à proximité, n’y a pas encore été capturée ou observée. De 2002 à 2005, la passe migratoire Vianney-Legendre a permis à plusieurs milliers de représentants de 36 espèces de poissons de franchir le barrage de Saint-Ours. Ils ont ainsi pu continuer leur déplacement sans encombre au-delà de cet obstacle majeur.

Ce projet est un geste concret pour la préservation de la biodiversité et pour maintenir les populations d'espèces sauvages et à statuts précaires à des niveaux viables. Nous espérons qu’il encouragera une meilleure gestion des usages de la rivière Richelieu, un affluent important du fleuve Saint-Laurent.

Les partenaires ayant participé au projet de construction de la passe migratoire Vianney-Legendre sont :

  • Pêches et Océans Canada;
  • la Société de la faune et des parcs du Québec;
  • Développement économique Canada;
  • Environnement Canada;
  • le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec,
  • Transports Canada;
  • la Fondation de la faune du Québec;
  • le Projet Rescousse

Parcs Canada est responsable de l’entretien et de l’opération de la passe migratoire Vianney-Legendre.