Espèces en péril

Blaireau d’Amérique

Taxidea taxus jeffersonii

Pourquoi protéger le blaireau d’Amérique ?

Le blaireau est l'un des rares carnivores des prairies du Canada. En fait, c'est le seul carnivore, à part le putois d’Amérique, qui creuse pour attraper et manger d'autres animaux vivant dans des galeries. Les blaireaux aident donc à assurer la régulation des populations d'écureuils terrestres, de souris et de campagnols, jouant ainsi un rôle important dans les écosystèmes des prairies.

Lorsque les blaireaux creusent - pour poursuivre leur proie ou pour creuser un terrier -, ils améliorent la condition du sol pour différentes plantes. De plus, les grands terriers qu'ils creusent fournissent un abri à d'autres animaux sauvages, comme la chevêche des terriers et le serpent

Que fait Parcs Canada pour sauver le blaireau
d’Amérique ?

Gros plan d’un blaireau d’Amérique
Blaireau d’Amérique de la sous-espèce jeffersoni.
© Parcs Canada / W. Lynch / 09.90.10.01 (94) / 2002

Maintenir en santé l'écosystème qui lui fournit de la nourriture, un abri et d'autres éléments essentiels est la meilleure façon d'aider toute espèce à survivre. Cependant, avant 1995, le blaireau n'avait pas été beaucoup étudié en Colombie-Britannique, et des questions concernant ses besoins et la meilleure façon de rétablir ses populations restaient sans réponses.

Le East Kootenay Badger Project, dont Parcs Canada est l'un des partenaires, a pour objectif de trouver les réponses. Lancée en 1995, cette passionnante étude à long terme de l'écologie et de la distribution du blaireau dans la région de l'Est des Kootenays, où se trouve le parc national Kootenay, est la première étude intensive des blaireaux basée sur la radio télémétrie au Canada.

Le projet consiste à suivre les blaireaux munis d'émetteurs radio et à faire la cartographie de leurs déplacements. Jusqu'à présent (de 1996 à 2005), 31 blaireaux ont été munis d'un émetteur radio et ont été suivis pour déterminer :

  • la fréquence de leurs déplacements et la superficie de leur domaine vital;
  • leurs habitudes d'utilisation de leur habitat et leurs modèles de dispersion;
  • leurs taux de natalité et de reproduction;
  • les causes de mortalité.

De 2002 à 2004, 16 blaireaux en provenance du Montana ont été introduits dans la vallée de la rivière Columbia pour aider au rétablissement du blaireau dans cette région et pour mieux comprendre l’influence de l’habitat sur sa survie.

Le East Kootenay Badger Project travaille aussi avec les propriétaires fonciers pour augmenter le nombre de blaireaux vivant sur les propriétés privées. Ces projets d'intendance augmentent la sensibilisation du public et son appréciation du blaireau, de ses proies et de son écosystème.

La recherche scientifique et la surveillance des populations de blaireau, les initiatives d’introduction de nouveaux individus ainsi que l’intendance sont des éléments importants de la stratégie de rétablissement des populations de blaireaux d'Amérique de la Colombie-Britannique.

Les résultats de l’étude sur les blaireaux du East Kootenay Badger Project indiquent jusqu'à présent que :

  • Dans la portion Sud du sillon de l’Est des Kootenays, la population de blaireaux semble stable et pourrait même être en légère augmentation. Par contre, les observations récentes montrent que les blaireaux sont pratiquement disparus de la portion Nord de cette région.
  • Quatorze des blaireaux étudiés sont morts, surtout à cause des accidents de la route et de la prédation par des couguars et des lynx. Le taux de survie annuel des blaireaux adultes est de 82%.

L’introduction des blaireaux venus du Montana a donné des résultats encourageants : ils se sont bien adapté à leur nouveau territoire et ils ont fait des petits. Il semble qu’ils pourraient aider à rétablir la population du nord de la zone d’étude.

Les connaissances acquises grâce à cette étude, ainsi que d’autres initiatives semblables, ont permis de mettre à jour la stratégie de rétablissement du blaireau de la sous-espèce jeffersonii. La version la plus récente de cette stratégie a été publiée en mars 2005 : l’objectif des 5 prochaines années est d’augmenter le nombre de blaireaux adultes à au moins 400 individus en Colombie-Britannique.