Espèces en péril

Blaireau d’Amérique

Taxidea taxus jeffersonii

Gros plan d’un blaireau d’Amérique
Blaireau d’Amérique de la sous-espèce jeffersoni.
© Parcs Canada / W. Lynch / 08.81.10.01(19) / 1980

Le blaireau d’Amérique de Colombie-Britannique (sous-espèce jeffersonii) est en voie de disparition du Canada. En étudiant le mode de vie de cet animal plutôt discret, Parcs Canada et ses partenaires ont permis l’élaboration d’une stratégie de rétablissement prometteuse.





 

 


Cliche

Alan NOM : Alan
POSTE : Spécialist de la faune
LIEU : Unité de gestion de Lac Louise / Yoho / Kootenay, Colombie-Britannique

J’ai joint le Service des gardes de parc en 1982. C’était alors pour moi une façon de combiner ma vie professionnelle et mon amour de la montagne. Ce métier m’a aussi permis de satisfaire mon intérêt pour les animaux, en réalisant des études biologiques et des actions de conservation. En 1991, j’ai par bonheur décroché un des premiers postes de biologiste offerts dans les parcs nationaux des montagnes Rocheuses. Je supervise maintenant le programme faunique de notre unité de terrain, qui comprend la recherche, la surveillance et la restauration des habitats pour tous les vertébrés terrestres sauf les ours. De plus, en tant que spécialiste de la faune, je fournis mon expertise pour des activités de planification et pour des évaluations environnementales.

Une solide connaissance est un premier pas important vers le rétablissement d’une espèce car, lorsque la situation est mieux comprise, nous pouvons planifier des actions plus efficaces. À titre de biologiste, j’ai dirigé des programmes de recherche sur des espèces mal connues, dont le caribou des bois (Banff) et le boa caoutchouc (Kootenay). J’ai aussi participé à des initiatives de rétablissement qui ont mené à l’augmentation des populations de blaireaux d’Amérique et à la restauration écologique d’habitats formés de forêts clairsemées et de prairies dans la vallée du Columbia. Présentement, je travaille en équipe avec des employés dévoués de Parcs Canada et d’autres organismes dans le but d’améliorer les communications, la sensibilisation du public et l’intendance au bénéfice des espèces en péril.

Les parcs des Rocheuses où je travaille figurent au nombre des parcs nationaux les plus visités au Canada. L’appui des collectivités locales et la sensibilisation du public sont essentiels à la conservation des espèces en péril dans ce milieu naturel, l’un des plus spectaculaires au monde!