Espèces en péril

La braya de Fernald

Braya fernaldii

Pourquoi protéger la braya de Fernald?

Species at Risk - Le saviez-vous?

L’exploitation des carrières et la construction de routes sont une menace réelle pour cette espèce. Cependant, puisque la braya pousse bien dans les terrains perturbés, il peut arriver qu’elle s’implante dans une portion abandonnée d’une carrière ou sur le gravier bordant les routes et les aéroports! Ces nouveaux sites peuvent être endommagés par l’exploitation de la carrière, par le nivellement ou par une circulation trop intense.

Il y a plusieurs raisons de préserver une plante comme la braya de Fernald :

  • Elle contribue à la biodiversité de la planète. Le bagage génétique de cette plante est particulier et ne se trouve nulle part ailleurs.
  • Elle fait partie d’un groupe de plantes rares, adaptées à des milieux extrêmes.
  • Elle est parmi les quelques plantes capables de coloniser les sols calcaires dénudés.
  • Elle embellit les landes calcaires.
  • Elle est une source de fascination pour les amants de la nature.

Avant que la braya de Fernald ne soit désignée comme espèce menacée, peu de gens se rendaient compte de la fragilité de son habitat et de l’étendue des dommages qu’il avait subi au cours des 25 dernieres années.

Grâce à cette reconnaissance officielle, les gens de Terre-Neuve ont mis sur pied le Programme d’intendance de l’habitat des landes calcaires (Limestone Barrens Habitat Stewardship Program). Aujourd’hui, ce sont donc tous les éléments de cet écosystème qui profitent des efforts de rétablissement de la braya.

Que fait Parcs Canada pour aider à sauver la braya de Fernald ?

Parcs Canada fait partie de l’Équipe de rétablissement de la flore rare de terrains dénudés calcareux. Cette équipe est composée de représentants des gouvernements fédéral et provincial, du monde universitaire et de personnes intéressées du grand public. Cette équipe travaille à la protection des plantes des landes calcaires, comme la braya de Fernald, et de leur habitat.

Parcs Canda et ses partenaires de l’équipe de rétablissement :

  • surveillent les populations de braya et leur santé ;
  • étudient les besoins écologiques de la braya ;
  • évaluent les effets de la prédation et des maladies sur les populations de braya et testent des méthodes pour les protéger ;
  • appuient le jardin botanique de l’Université Memorial pour développer des techniques de culture de la braya et pour créer une banque de spécimens ailleurs que dans leur milieu naturel ;
  • comparent les brayas des différentes populations afin de vérifier s’il y a des différences physiques entre elles ;
  • ajoutent des semences de braya à la « banque canadienne de graines » (Canadian Seed Bank).

Avec ses partenaires pour l’intendance des habitats, Parcs Canada :

  • Deux scientifiques utilisent un cadre posé sur le sol afin de faciliter l’inventaire des plants de braya de Fernald. Le terrain est très dénudé : il a l’apparence d’un champs de gravier.
    Des scientifiques font l’inventaire des populations de braya de Fernald.
    © Dulcie House / Programme d’intendance de l’habitat des landes calcaires
    réalise des activités d’interprétation et d’éducation du public au lieu historique de Port au Choix ;
  • supporte les activités de sensibilisation faites par les jeunes d’une «Équipe verte» à Port au Choix ;
  • communique avec un comité de pêcheurs pour gérer l’accès aux landes calcaires de Port au Choix ;
  • appuie les efforts pour conclure une entente d’intendance avec la municipalité de Port au Choix ;
  • aide à développer des produits éducatifs à propos des landes calcaires (affiches, brochures, site Internet, rencontres et projet artistique) ;
  • a produit des panneaux d’interprétation des landes calcaires pour le lieu national historique de Port au Choix (géologie, climat, végétation et où trouver d’autres landes calcaires).