Espèces en péril

Batramie de Haller

Bartramia halleriana

En quoi la batramie de Haller est-elle particulière?

Espèces en péril - Jetez-y un coup d'oeil

Thomas Drummond a été le premier à découvrir la batramie de Haller au Canada en 1826, alors qu'il étudiait les plantes et les animaux des Rocheuses.

Dans le cas des mousses, il peut être difficile de définir ce qu'est un « individu » parce qu'une seule touffe peut se composer de nombreuses pousses, qui proviennent d'une seule spore et qui sont génétiquement identiques. Nous considérons donc que chaque touffe de mousse constitue un individu distinct.

La batramie de Haller est désignée en péril parce qu'il n'existe que trois petites populations au Canada. Les derniers relevés effectués dans deux des sites faisaient état de 130 individus (touffes) couvrant une superficie totale de 116 centimètres carrés. La population canadienne totale est estimée à moins de 250 individus.

Pourquoi la batramie de Haller est-elle en danger?

Les biologistes de la conservation ont découvert que les espèces formant de petites populations sont particulièrement vulnérables à la disparition locale. La batramie de Haller n'est présente qu'à trois endroits de superficie restreinte. Il semble n'exister qu'un nombre restreint d'habitats véritablement propices. Le moindre bouleversement, comme le développement, les feux ou le piétinement, peut menacer ces petites populations et ces habitats propices.

Un feu de forêt
Un feu de forêt
© Parcs Canada / R. Grey / 1973

Les petites populations sont également très vulnérables parce que la taille des populations fluctue en fonction des conditions météorologiques, par exemple, ainsi que des problèmes génétiques découlant du fait que l'espèce ne peut se reproduire qu'au sein d'une population de petite taille.

Il est possible que la batramie de Haller soit rare parce qu'elle fait concurrence à d'autres espèces pour la lumière, l'eau et les nutriments. Elle est fréquemment observée à proximité d'une mousse étroitement apparentée, la batramie commune ( Bartramia pomiformis ), qui est beaucoup plus abondante et répandue. La compétition que la batramie commune exerce sur la batramie de Haller est susceptible de limiter la taille de la population et la répartition de cette dernière, mais cette hypothèse ne peut être vérifiée que par une étude approfondie.