Espèces en péril

La tortue mouchetée

Emydoidea blandingii

Pourquoi la tortue mouchetée est-elle en danger?

À l'extérieur du parc national et lieu historique national Kejimkujik, la plus lourde menace qui pèse sur la tortue mouchetée est la disparition de son habitat. Le développement humain et l'industrie (barrages, exploitation forestière, agriculture, routes, maisons de villégiature et lotissements résidentiels) risquent de détruire et de morceler des habitats importants pour cette espèce.

Ruisseau où abondent les nénuphars
Ruisseau où abondent les nénuphars
© Parcs Canada / James Steeves / 2002

Les tortues mouchetées utilisent leur habitat de façons très particulières, ce qui les rend extrêmement vulnérables au changement. Elles vivent dans des cours d'eau tourbeux ayant un lent débit. Les aires de nidification doivent être dégagées ou orientées vers le sud et avoir une base de gravier. En hiver les tortues se rassemblent dans des aires réduites. Elles retournent tous les ans aux mêmes endroits pour pondre et hiverner.



Espèces en péril - Jetez-y un coup d'oeil

À la différence de certaines autres tortues d'eau douce, les tortues mouchetées peuvent avaler en ayant la tête hors de l'eau ou dans l'eau.

Ces aires peuvent être peu nombreuses ou utilisées par un grand nombre de tortues, et elles sont suffisamment petites pour être détruites accidentellement. Si cela se produisait, le préjudice pourrait être grave pour la population de la Nouvelle-Écosse.

Les femelles qui nidifient à l'intérieur des terres, souvent au bord des routes, risquent d'être tuées par des véhicules, mais, pour les petits qui sortent de ces nids au bord des routes, le risque est pire encore, car les conducteurs ne peuvent les voir.

 

Le raton laveur - le principal prédateur des tortues
Le raton laveur - le principal prédateur des tortues
© Parcs Canada / James Steeves / 2002

Les nids sont enfouis dans le sol et peuvent être détruits par les véhicules, les travaux d'excavation, les inondations et les prédateurs. Les ratons laveurs sont le principal prédateur de l'espèce, dont ils mangent les jeunes et les œufs. Les ordures laissées par les humains attirent les ratons laveurs, dont le nombre augmente dans le parc. Plus il y a de ratons laveurs, plus les tortues sont menacées.


 

Exclos de nid inondé par la marée haute
Exclos de nid inondé par la marée haute
© Parcs Canada / Duncan Smith / 2003

À cause de l'instabilité de la température pendant l'été, un moins grand nombre de jeunes survivent, car ils ont besoin d'une chaleur suffisante pour se développer pleinement. De plus, les inondations naturelles de l'automne et les inondations contrôlées pour la production d'hydroélectricité peuvent menacer la survie dans les nids situés près de l'eau.

Un autre sujet d'inquiétude est la faible proportion des juvéniles et des jeunes adultes dans la population. Cela veut dire qu'un moins grand nombre de tortues atteignent l'âge de se reproduire. Les relevés montrent que la majorité des tortues ont plus de 30 ans. Ces dernières années, cependant, le taux de survie des jeunes semble s'être amélioré grâce à une gestion active, mais il est vrai également que les méthodes d'observation sont meilleures.