Lieu historique national du Canada de la Drague-Numéro-Quatre

Une aurore boréale illumine la drague n°4
Une aurore boréale illumine la drague n°4
© Parcs Canada / Kevin Hastings

Peu de temps après la découverte de grandes quantités d'or au Klondike, on a amené des dragues au Yukon, et la première fut construite à l'automne de 1899. Parmi les deux douzaines de drague utilisées dans cette région, la drague no. 4, qui se trouve aujourd'hui sur la concession no. 17, en aval concession Discovery, dans Bonanza Creek, près de l'endroit où l'on cessé de utiliser, en 1960. Il s'agit de la plus grande drague à godets en ligne en Amérique du Nord. Elle a été conçue par la Marion Steam Shovel Company.

Historique opérationnel

La drague no 4 a été construite durant l’été et l’hiver 1912 pour la Canadian Klondike Mining Company sur les lieux de la concession no 112, en aval de la concession de la découverte, dans le ruisseau Bonanza. Entrée en service en mai 1913, elle s’est creusé un chemin en remontant la vallée de la rivière Klondike jusqu’à un endroit connu sous le nom de concession Boyle, où elle a coulé en 1924. En 1927, elle fut renflouée et utilisée de la rivière Klondike jusqu’au ruisseau Hunker. Le gisement situé à l’embouchure du ruisseau Hunker était tellement riche que la drague pouvait extraire jusqu’ à 22 kg d’or par jour sur les lieux de la concession no 67. La drague a été en service jusqu’en 1940, puis a été reconstruite dans la vallée du ruisseau Bonanza par la Yukon Consolidated Gold Corporation, qui s’en est servi à cet endroit de 1941 à 1959.

Passerelle et échelle pour l'excavation de la drague n°4
Passerelle et échelle pour l'excavation de la drague n°4
© Parcs Canada / John Butterall

La drague no 4 est aussi grande que les deux tiers d’un terrain de football et est haute de huit étages. Son déplacement est de plus de 2 722 tonnes métriques, et ses godets ont une capacité de 0,45 m3. La drague pouvait creuser jusqu’ à 17 m sous le niveau de l’eau, et jusqu’ à 5 m au-dessus du niveau de l’eau en utilisant des lances géantes pour ramener le gravier des rives vers elle par la force de l’eau.

La drague était alimentée par l’électricité produite à la centrale hydroélectrique de l’entreprise, située sur la rivière Klondike, à environ 48 km de là. Elle avait besoin d’une alimentation continue de 920 chevaux-vapeur pour fonctionner. Il arrivait parfois que des chevaux-vapeur supplémentaires soient nécessaires, par exemple pour remonter le stabilisateur ou la passerelle.

La drague se déplaçait sur un lagon qu’elle fabriquait elle-même; elle excavait le gravier aurifère devant elle, récupérait le minerai d’or dans son lavoir à crible rotatif, puis déversait le gravier par l’empileuse derrière elle. Le lagon de la drague pouvait mesurer jusqu’à 91 m de longueur sur 152 m de largeur, selon la largeur de la vallée où on l’utilisait. Elle fonctionnait en moyenne 200 jours par année, 24 heures sur 24, de la fin du mois d’avril ou du début du mois de mai jusqu’à la fin de novembre.

Les dragues constituaient un moyen très efficace d’extraire le minerai d’or. Cependant, la poussière d’or était très difficile à récupérer, tout comme les pépites trop grosses pour passer à travers les trous de 1,9 cm du crible rotatif et celles récupérées par l’attrape-pépites, qui se retrouvaient dans l’empileuse et finissaient sur les monticules de débris.

Désignation historique nationale

Relocalisation de la Drague n°4
Relocalisation de la Drague n°4
© Parcs Canada / Pat Habiluk

Au cours des étés 1991 et 1992, on a remonté et renfloué la drague avant de la déplacer vers l’endroit où elle se trouve maintenant, en terrain élevé afin d’éviter les dommages dus aux crues saisonnières. Ces deux dernières années, Parcs Canada a investi des sommes importantes dans la restauration et la stabilisation de la drague. L’Agence en est à mi-chemin du projet de restauration de ce lieu historique important, qui constitue une grande attraction touristique.