Lieu historique national du Canada de Batoche

La rébellion du Nord-Ouest et la résistance des Métis

La confrontation militaire qui s'ensuivit ne traduisait pas simplement un conflit inévitable entre des sociétés complexes et primitives. Une telle interprétation laisse l'impression qu'il n'y avait rien de vital dans la culture ou que les groupes qui habitaient alors le Nord-Ouest présentaient un front monolithique avant et pendant les événements de 1885. Les événements qui ont précédé l'explosion de violence impliquent des facteurs politiques et économiques complexes en plus des enjeux culturels et sociaux qui ont toujours été mis de l'avant.

On compte essentiellement cinq grands engagements pendant la rébellion du Nord-Ouest. La Force expéditionnaire du Nord-Ouest fut impliquée dans quatre de ces engagements : Fish Creek, Cut Knife Hill, Batoche et Frenchman Butte. À Duck Lake, l'escarmouche mettait en présence les Métis et la Police à cheval du Nord-Ouest, sous le commandement du chef de police Crozier. La campagne donna lieu à un autre événement majeur, le massacre de Frog Lake, où des Blancs et des Métis de la communauté furent tués ou pris en otages par les Cris révoltés de Big Bear. Ce n'est qu'à Batoche que les forces gouvernementales remportèrent une victoire décisive.

La seule victoire remportée sans équivoque par les Métis fut celle de Duck Lake, origine de la flambée de violence. Les trois autres conflits, soit Fish Creek, Cut Knife Hill et Frenchman Butte, menèrent d'une manière ou d'une autre à une impasse. À Fish Creek, les Métis battirent en retraite après une bataille à l'issue incertaine; à Cut Knife Hill, l'opposant se retira devant la résistance acharnée des Cris de Poundmaker; et enfin, à Frenchman Butte, les Cris de Big Bear reculèrent en position de défense devant un barrage de feu, bien que la milice ait été incapable de les poursuivre dans le muskeg, fondrière typique de la région.