Lieu historique national du Canada Louis-S.-St-Laurent

L'affaire Gouzenko

Le marteau et la faucille soviétiques Le marteau et la faucille soviétiques
© Parcs Canada

Un mois après la capitulation du Japon, un petit homme âgé de 26 ans, Igor Sergeievich Gouzenko, fuit l'ambassade soviétique à Ottawa. Il emporte avec lui des documents rédigés pour la plupart en russe et qui prouvent l'existence de réseaux d'espionnage soviétiques au Canada. Il ne se doute pas qu'il va déclencher une crise qui va marquer les années d'après-guerre.

En 1943, au milieu de la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale, Gouzenko travaille au service du chiffre de l'ambassade soviétique à Ottawa. C'est là qu'il découvre l'existence au Canada de plusieurs réseaux d'espionnage dirigés par le colonel Zabotin, attaché militaire soviétique de l'ambassade.

Gouzenko, déçu du socialisme, décide de passer à l'Ouest avec sa famille. Le 5 septembre 1945, il quitte donc l'ambassade soviétique avec des documents et se présente à l'Ottawa Journal où il raconte son histoire. Mais le quotidien juge l'histoire trop extraordinaire et dangereuse pour un journal local. On l'invite plutôt à se rendre, le lendemain, au ministère de la Justice.

Le colonel Nikolai Zabotin Le colonel Nikolai Zabotin, attaché militaire de l'ambassade soviétique à Ottawa et chef du réseau d'espionnage en sol canadien
© Archives nationales du Canada / PA-116421

Gouzenko sait que cette attente peut lui être fatale. Néanmoins, accompagnée de sa famille, il tente de voir le ministre de la Justice, Louis St-Laurent, le lendemain. Ce dernier a été mis au courant de l'affaire par son personnel, mais il ne peut agir immédiatement. Comme les relations diplomatiques avec l'URSS sont alors excellentes, le ministre préfère vérifier ces allégations avant de rencontrer Gouzenko. Sans quoi, il risquerait d'altérer l'amitié entre les deux pays et de miner la confiance qu'ont les autres États avec l'URSS.

Les Soviétiques essaient de capturer celui qui est passé à l'Ouest mais la tentative échoue. Le 7 septembre, Gouzenko et sa famille obtiennent l'asile politique. Cependant, l'affaire reste secrète pendant de longs mois, permettant au gouvernement d'accumuler des preuves.

Puis le gouvernement canadien intervient. En vertu de la loi des mesures de guerre, 13 suspects sont arrêtés. Ces arrestations ont lieu le 15 février 1946. Un mois plus tard, le 14 mars, 26 autres Canadiens sont arrêtés et accusés d'espionnage dont un membre du Parlement, le député Fred Rosenberg. Les interrogatoires menés par une commission spéciale, la Commission royale d'enquête Kellock-Taschereau, confirment l'existence d'un vaste réseau d'espionnage cherchant à obtenir notamment les secrets de la bombe atomique.

Igor Gouzenko, en 1966 Igor Gouzenko interviewé à la télévision en 1966, 20 ans après sa défection de l'ambassade soviétique. Jusqu'à son décès en 1982, Gouzenko couvre son visage, chaque fois qu'il paraît en public sous sa véritable identité
© Archives nationales du Canada / PA-129625

Des 13 suspects arrêtés, seulement 7 sont condamnés. Quant aux 26 personnes soupçonnées d'avoir espionné, 11 sont condamnées, 10 sont acquittées et 5 retrouvent leur liberté sans être inculpées.

Et Igor Sergeievich Gouzenko? Il change d'identité et vit, avec sa famille, sous la protection de la police, jusqu'à son décès en juin 1982, près de Toronto.

Sources :

Bothwell, Robert, « Gouzenko, Igor Sergeievich », L'encyclopédie du Canada, Montréal, Éditions internationales Alain Stanké, vol. 2, 1987.

Lacoursière, Jacques et Hélène-Andrée Bizier,« Une affaire d'espionnage », Nos Racines, l'histoire vivante des Québécois, St-Laurent, Éditions Transmo, chapitre 133, 1980-1983.

Thomson, Dale C, Louis St-Laurent : Canadien, Montréal, Le Cercle du Livre de France, 1968, 570 p.

Weisbord, Merrily, « Rose, Fred », L'encyclopédie du Canada, Montréal, Éditions internationales Alain Stanké, vol. 3, 1987.

Whitaker, Reg, « Espionnage à la russe », Horizon Canada, St-Laurent, Québec, Le Centre, vol. 112, c1984-1987.