Lieu historique national du Canada Louis-S.-St-Laurent

Le jurisconsulte

Un volume du Code civil du Québec de 1904 Un volume du Code civil du Québec
© Bibliothèque nationale du Québec / Louis Rioux / 9410120201, 1904

Élève modèle au Séminaire, Louis S. St-Laurent entre à la faculté de droit de l'Université Laval en 1902. Il y fait de brillantes études, maîtrisant autant le Code civil français que la Common Law britannique. St-Laurent croit d'ailleurs résolument à l'utilité des deux systèmes et à leur cohabitation. En 1905, il est admis au barreau et s'installe à Québec où il travaille au cabinet de Louis-Philippe Pelletier, ancien procureur général de la province de Québec.

St-Laurent juriste, en 1921 St-Laurent juriste, en 1921
© Parcs Canada / Mault and Fox, London / 1921

En 1908, il s'associe avec Antonin Galipeault et sa carrière prend son envol. Le procès qu'il gagne contre le Canadien Pacifique (compagnie de chemins de fer) en 1912 met son nom sur toutes les lèvres. Il devient vite l'un des avocats les plus sollicités en matière de droit commercial, autant aux États-Unis qu'au Canada.

À partir de 1920, Louis S. St-Laurent s'oriente vers le droit constitutionnel. Spécialisé dans ce domaine, il ouvre son propre cabinet en 1923. Les gouvernements de Québec et d'Ottawa font souvent appel à lui pour plaider devant le Conseil privé de Londres.

Louis-S. St-Laurent, vers 1935 Louis-S. St-Laurent
© Parcs Canada / Black & Stoller / vers 1935

Fort de ses nombreuses réussites, St-Laurent attire l'attention du premier ministre Mackenzie King qui requiert ses services à plusieurs reprises, le mêlant de plus en plus à la vie politique. En 1941, il accepte même de coprésider la campagne de l'Emprunt de la Victoire au Québec. La Deuxième Guerre mondiale fait rage et le destin de St-Laurent s'apprête à changer de cap.

Parchemin commémorant le premier Emprunt de la Victoire Parchemin commémorant le premier Emprunt de la Victoire
© Parcs Canada