Lieu historique national du Canada Louis-S.-St-Laurent

La vie à Compton

Jean-Baptiste-Moïse St-Laurent Jean-Baptiste-Moïse St-Laurent, vers 1880-1890
© Parcs Canada / Collection maison Compton

Vers la fin du XIXe siècle, les immigrants qui s'installent à Compton proviennent surtout de la région voisine : la Beauce. D'autres viennent des villes situées à proximité. C'est le cas du père de Louis, Jean-Baptiste-Moïse St-Laurent, qui quitte Sherbrooke en 1878 pour s'installer au village


Mary Ann Broderick Mary Ann Broderick, vers 1882
© Parcs Canada / Collection maison Compton

À son arrivée, Compton est en pleine effervescence . L'architecture et les infrastructures très anglaises témoignent du passé britannique du village. Véritable centre commercial truffé de boutiques d'artisans, Compton compte, à cette époque, cinq magasins généraux. Jean-Baptiste-Moïse loue l'un de ceux-ci et commence sa vie publique. Quelques années plus tard, au moment de son mariage, le magasin et les bâtiments connexes deviennent sa propriété.


Louis-S. St-Laurent, enfant Louis-S. St-Laurent, enfant, vers 1886
© Archives nationales du Canada / coll. Dale C. Thomson, Montmigny & Cie, Québec / vers 1886

Parce qu'il est marchand général, Jean-Baptiste-Moïse devient rapidement une figure connue de Compton. Aussi, ne reste-t-il pas longtemps seul. En 1881, il unit sa destinée à celle de Mary Ann Broderick, une jeune fille de descendance irlandaise. De cette union naît, le 1er février 1882, Louis Stephen St-Laurent, le premier de six enfants.

Jusqu'en 1896, le jeune Louis vit avec sa famille à Compton. Chez les St-Laurent, on parle en anglais à sa mère et en français à son père. Louis grandit donc dans un milieu bilingue où l'harmonie règne entre francophones et anglophones. Cette expérience marquera d'ailleurs toute sa carrière .

Autre atout : le caractère studieux de Louis. En 1896, il passe avec succès l'examen d'entrée au Séminaire de Sherbrooke.