Lieu historique national du Canada du Manoir-Papineau

Visite branchée

Vestibule du Manoir-Papineau
Vestibule du Manoir-Papineau
© Parcs Canada / N.Rajotte, 2003

L'accès au domaine et l'allée seigneuriale

Le stationnement du Manoir-Papineau est situé à côté de l'ancienne gare de Montebello, accessible par la route 148. À l'extrémité du stationnement se trouve l'allée seigneuriale. Ce large sentier de gravier serpente dans la forêt centenaire du domaine et vous mène jusqu'au manoir. Vous pouvez vous procurer les billets pour les visites guidées et autres activités du Manoir-Papineau au kiosque d'information touristique situé dans l'ancienne gare.

La maison du jardinier vue de l'extérieur. Cette demeure de style néogothique a l'allure d'un cottage pittoresque. La maison du jardinier, fin XIXe siècle.
© Parcs Canada / Fonds Renée Papineau Christie / 206/ic-1F/PR-6/S-37 n°2

La maison du jardinier

La maison du jardinier constituait la porte d'entrée (nord) du domaine. Son portail en pierre et en fer forgé remplace aujourd'hui la barrière en place sous le règne des Papineau. Construite en 1855, cette chaumière de style néo-gothique, contemporaine du manoir, revêt les allures d'un cottage en vogue à l'époque. Le jardinier qui l'habitait contrôlait alors l'accès au domaine. Ce bâtiment est aujourd'hui situé à l'extérieur des limites du lieu historique national du Canada du Manoir-Papineau.


La chapelle funéraire

La chapelle funéraire
La chapelle funéraire
© Parcs Canada / André Guindon, 2003

Bâtiment en pierre datant de 1853-1854, la chapelle funéraire propose un style « gothique rustique » comme en témoignent les contreforts d'angle flanquant la façade, la baie de la porte en arc brisé, ainsi que la facture du décor plâtré, omniprésent. Tout le mobilier est conservé intact : l'autel néogothique et ses accessoires, un grand nombre de statues, des compositions en haut-relief, ainsi que des plaques funéraires. Six générations de Papineau sont inhumées dans la crypte ou dans le cimetière extérieur.

Confiée aux soins d'Héritage Canada en 1974, la chapelle funéraire a été classée bien culturel, l'année suivante. La Société historique Louis-Joseph Papineau, responsable du bâtiment, l'ouvre aux visiteurs durant les mois de juillet et d'août.

Consultez l'arbre généalogique pour en savoir plus sur la famille de Louis-Joseph Papineau.

Le manoir

Entrée principale du Manoir-Papineau
Entrée principale du Manoir-Papineau
© Parcs Canada / N.Rajotte, 2003

Louis-Joseph Papineau construit son manoir sur le promontoire du cap Bonsecours, s'assurant ainsi d'un point de vue panoramique exceptionnel. Bâtiment imposant, éclectique, dont les gestes architecturaux témoignent avec éloquence du statut du seigneur, le manoir se veut aussi le reflet singulier de l'intelligence et de la culture de son propriétaire.

Construit entre 1848 et 1850, le manoir propose une architecture unique, composée d'une variété d'influences stylistiques comparable, sous certains angles, à des villas néoclassiques contemporaines. Son décor menuisé rappelle le style néogrec. Vu de la rivière, le bâtiment offre la perspective d'une élévation monumentale flanquée de deux tours sur l'angle. En façade et aux murs de croupe, la toiture se prolonge en un avant-toit aux dimensions inusitées. Le style Regency s'y manifeste aussi dans une version dépouillée. Le toit conique de la tour de l'escalier, construit à la suite de l'incendie de 1892, appartient au goût néo-Queen Anne. Enfin, l'alignement des baies de portes entre les pièces mitoyennes, créant des perspectives intérieures particulières, témoigne de la tradition architecturale française. La localisation de l'escalier hélicoïdal dans une tour démontre encore cette influence. La répartition singulière des pièces d'apparat vers l'arrière du rez-de-chaussée et le fenêtrage abondant des deux niveaux inférieurs de la tour de l'est rappellent l'emplacement d'une serre à cet endroit.

Le musée familial

Façade du Musée familial
Façade du Musée familial
© Parcs Canada / 2009

Outre le manoir, le domaine seigneurial compte un certain nombre de dépendances, dont plusieurs subsistent toujours. Construites au XIXe siècle, elles évoquent, à leur manière, les différentes époques du domaine Papineau. C'est le cas du musée familial, construit en 1880, à l'instigation d'Amédée Papineau. Les divers objets, portraits de famille, tableaux, sculptures, souvenirs de voyage, s'exposent alors dans un arrangement propre aux « cabinets de curiosités » de l'époque, inspiré de la Maison Carrée de Nîmes qu'Amédée visite en 1871, lors d'un voyage en France.

L'architecture du bâtiment d'esprit néoclassique présente un carré coiffé d'un toit à deux versants créant, sur chaque pignon, un fronton triangulaire à base interrompue. Outre un mur en pierre, une baie de porte à arc en plein cintre, surmontée d'une baie de fenêtre tripartite ornée de colonnettes, le tout d'esprit néoroman, caractérise la façade.

Le pavillon de thé

Le pavillon de thé
Le pavillon de thé
© Parcs Canada / Natalie Rojas, juin 2009

Le pavillon de thé représente les étapes successives et marquantes de l'occupation des Papineau. Il leur est associé notamment par ses fondations, remontant à l'époque de Louis-Joseph Papineau, de même que par son carré en bois datant du règne d'Amédée. En effet, en 1860, Louis-Joseph Papineau fait bâtir un poulailler-colombier sur un carré maçonné. En 1887, on aménage une serre sur ces mêmes fondations. Vers 1913, la serre est démolie pour faire place à un pavillon de thé. Celui-ci présente alors une architecture à l'italienne, avec sa terrasse faîtière entourée d'une balustrade. Le carré est abondamment vitré sur les quatre faces. À une certaine époque, un escalier extérieur mène à un belvédère offrant une vue imprenable sur la rivière des Outaouais.

Une charmante exposition a été aménagée à l'intérieur du pavillon de thé afin de recréer l'heure du thé chez les Papineau, un moment paisible que les membres de la « belle société » aimaient partager.

Le hangar à grains

Le hangar à grains
Le hangar à grains
© Parcs Canada / Joanne Beland, 2009

Construit en 1855, le hangar sert d'abord d'entrepôt pour les grains, redevances des censitaires au seigneur. Bâtiment en brique sur carré en pierre, le hangar à grains est coiffé d'un toit à deux versants, supporté par des consoles dans le goût néogothique. L'espace intérieur comprend un soubassement accessible par l'extérieur, un rez-de-chaussée ainsi qu'un espace habitable sous les combles.

Entre 1858 et 1871, le gendre de Louis-Joseph Papineau, Napoléon Bourassa – peintre, musicien, architecte, sculpteur et écrivain reconnu au 19ième siècle pour ses talents artistiques – avait son atelier à l'étage du hangar à grains situé sur le domaine seigneurial. On trouve encore sur les murs et le plafond des épures peintes à la fresque, conférant à cette pièce une valeur et un intérêt inestimables. Après de nombreuses interventions étalées sur plusieurs années, le lieu historique national du Canada du Manoir-Papineau rend accessible au public une ressource unique en son genre et restaurée avec soin, mettant ainsi en lumière le talent de Napoléon Bourassa.


Peinture à fresque d'une dame dans l'atelier de Napoléon Bourassa
Épures peintes à la fresque dans l'atelier de Napoléon Bourassa avant les restaurations de Parcs Canada
© Parcs Canada / Jean Audet / 206/00/PR-6/S-18 n° 6

Restaurateurs à l'œuvre sur le mur ouest de l'atelier de Napoléon Bourassa
Restaurateurs à l'œuvre sur le mur ouest de l'atelier de Napoléon Bourassa
© Parcs Canada / Natalie Rojas, July, 2009
Restaurateurs à l'œuvre sur le mur est de l'atelier de Napoléon Bourassa.
Restaurateurs à l'œuvre sur le mur est de l'atelier de Napoléon Bourassa.
© Parcs Canada / 2009
Épures peintes à la fresque après les restaurations
Épures peintes à la fresque après les restaurations
© Parcs Canada / Georges Vandervlugt, 2009