Lieu historique national du Canada du Fort-Lennox

Merveilles naturelles et trésors culturels

L'invasion américaine

Officier américain portant un justaucorps orange, des culottes jaunes, de longues bottes noires, un chapeau et une pique.
Officier américain entre 1775 et 1776
© Parcs Canada / Illustration de G.A.Embleton

En 1775, mobilisés par leur désir d'indépendance, les révolutionnaires des 13 colonies américaines déclarent la guerre à l'Angleterre. Quelques mois plus tard, leurs troupes occupent l'île aux Noix. Le général Schuyler s'en sert comme base d'où partira l'offensive contre Montréal. L'année suivante, à la suite de la résistance de Québec et de la contre-attaque britannique, les Américains reculent. L'île sert de refuge stratégique lors du repli des insurgés. À partir de ce moment, l'île aux Noix devient le poste défensif britannique le plus méridional sur le Richelieu.

Dessin en noir et blanc. En arrière-plan, il y a des constructions militaires. En avant-plan, il y a un grand arbre, trois hommes et des vaches qui broutent paisiblement dans une prairie.
Ile aux Noix, fin du 18e siècle. En arrière-plan, ouvrages français construit en 1759 et blockaus britanniques érigés en 1776.
© Archives nationales du Canada / Capitaine Rudyard / C-40335

Considérant désormais l'île comme un important poste frontalier, les autorités anglaises décident de la fortifier. Dans un premier temps, on aménage ce qui reste de la fortification française pour abriter une petite garnison. Quelques blockhaus sont construits et, en 1779, la fortification est en mesure de tenir tête à une attaque. Puis, de 1779 à 1782, on établit une fortification beaucoup plus imposante, réalisée d'après les plans de l'ingénieur Twiss.

La question frontalière demeure un problème. Des conflits isolés éclatent à l'occasion. Les perpétuelles tensions entre l'Angleterre et son ancienne colonie vont déboucher sur une véritable guerre.