Lieu historique national du Canada du Commerce-de-la- Fourrure-à-Lachine

Les voyageurs

« Shooting the Rapids » « Shooting the Rapids » de F. A. Hopkins
© Archives nationales du Canada / C-2774

La Compagnie du Nord-Ouest engage principalement des Canadiens français pour le transport des marchandises d'échange et des fourrures. On les appelle les « voyageurs ». En général analphabètes, bons vivants et robustes, ceux-ci recherchent l'aventure. On les reconnaît à leur habillement typique : tuque rouge ou bleue, ceinture fléchée, mocassins, capot...

Les voyageurs avironnent de 14 à 16 heures par jour, en chantant pour garder le rythme. Plusieurs de leurs chansons font aujourd'hui partie du folklore : C'est l'aviron, À la claire fontaine, En roulant ma boule...

Les voyageurs dorment sous le canot, endurant moustiques, froid, soleil ou pluie. Ils doivent aussi être assez forts pour transporter sur leur dos 2 ballots de 40 kilos à la fois, lors d'un portage.

Comme la route pour se rendre au lac Athabasca est trop longue (plus de 4 500 kilomètres), les bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest la sectionnent en 2 tronçons. Tous les printemps, après le dégel, des brigades de canots chargés de marchandises de traite quittent Lachine pour se rendre à Grand Portage (ou Fort William à partir de 1803), sur la rive occidentale du lac Supérieur. À la même période, des canots chargés de pelleteries quittent les territoires du nord-ouest, pour se diriger vers la même destination. Au milieu de l'été, les deux équipes se rencontrent, échangent leurs cargaisons et retournent chacune vers leur point de départ.

Radoub d'un canot la nuit« Radoub d'un canot la nuit » de F. A. Hopkins
© Archives nationales du Canada / C-2772

Les voyageurs passant l'hiver dans les pays d'en haut sont appelés « hivernants ». Ils sont embauchés pour une période d'au moins un an, mais ordinairement pour trois ou cinq ans. Dans leur périple jusqu'à Grand Portage, ils utilisent des canots d'écorce plus petits, soit de huit mètres. Ils se nourrissent principalement de pemmican, de la viande de bison séchée, agrémentée de baies. Ceux qui font le trajet de Lachine à Grand Portage sont surnommés « mangeurs de lard » par les hivernants. Ils ne voyagent que pendant quelques mois, de mai à septembre ou octobre, puis réintègrent leur foyer.