Lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais

Patrimoine Naturel



Une flore diversifiée

Depuis le 19e siècle, plusieurs botanistes se sont intéressés à la flore extraordinaire de la Grosse-Île. Le célèbre frère Marie-Victorin rapporte en 1935 « que de par sa situation géographique, Grosse-île constitue le front de pénétration de la flore estuarienne dans la section maritime et vice-versa ». Cette situation permet des conditions écologiques intéressantes pour le développement de la végétation dans cette partie du Saint-Laurent.

Une petite île

Située au cœur de l’estuaire laurentien, la Grosse-Île fait partie de l’archipel de l’Isle-aux-Grues. Elle a une superficie de 2,2 km2, soit 2,7 km de long sur 800 m de largeur.

Des habitats variés

Malgré sa faible superficie, la Grosse-Île compte trois principaux habitats.

Littoral Littoral
© Parcs Canada / E. Le Bel

D’abord, le littoral, avec ses baies herbeuses et ses rivages rocheux, constitue environ 25 % de la superficie de l’île. Soumis à de fortes marées de près de 7 m et à une eau légèrement salée, le littoral se caractérise par des groupements de scirpe d’Amérique.


Marécage Marécage
© Parcs Canada / E. Le Bel

Ensuite, le marécage et sa végétation luxuriante couvrent environ 11 % de la surface de l’île. Cet habitat au sol riche et saturé d’eau abrite une association peu commune d’aulne rugueux et de chou puant.


Forêt Forêt
© Parcs Canada / E. Le Bel

Enfin, la forêt couvre plus de 70 % de l’île et contient plus de 25 espèces d’arbres. Le peuplement forestier le plus abondant de l’île est constitué du sapin baumier, de l’érable rouge et de la pruche du Canada.


De nombreuses plantes rares

Les conditions écologiques et physiques de ces habitats se traduisent par une flore riche et diversifiée regroupant près de 600 espèces végétales et plus de 24 espèces de plantes considérées comme rares au Québec.

Les plantes rares de la Grosse-Île sont considérées comme vulnérables, car elles forment généralement de petites colonies confinées à un milieu restreint, ou encore, poussent à la limite de leur aire de répartition. Quelques plantes rares à la Grosse-Île se retrouvent en milieu forestier, comme la dryoptère fougère-mâle. Cependant, la majorité des plantes rares, comme la gentiane de Victorin, occupent le littoral, car la plupart d’entre elles vivent exclusivement dans l’estuaire du Saint-Laurent.

Conseils de visite

Afin d’apprécier et de préserver cette flore unique, vous êtes invités à utiliser les sentiers aménagés et à éviter de circuler dans la végétation le long du littoral et dans la forêt. Ainsi, vous profiterez de ces merveilles naturelles sans en compromettre l’intégrité.