Lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais

Visite branchée

La Grosse-Île en un coup d'oeil! - Secteur est

L'Hôpital de la Marine
L'hôpital de la marine L'hôpital de la marine
© Parcs Canada / Fonds Rose Dompierre

L'Hôpital de la Marine est construit en 1881 dans un contexte de modernisation de la station de quarantaine. De tous les hôpitaux construits à la Grosse-Île, il fut le plus moderne. Il fut incendié en 1968.









Le lazaret

Le lazaret
Le lazaret
© Parcs Canada / P. Gauthier

Cet édifice est le dernier des abris encore debout construits à la Grosse-Île en 1847. D'abord conçu pour loger les immigrants, le lazaret, comme onze autres bâtiments de taille semblable édifiés en même temps à proximité, est devenu un hôpital dès 1848. Cet édifice de bois fut « préfabriqué » à Québec et assemblé sur l'île. Ultérieurement, il fut mis au service des malades atteints de variole, maladie la plus fréquente à la Grosse-Île. Outre son volume, l'édifice garde intacts certains détails originaux : fenêtres à deux vantaux et à multiple carreaux de verre, guichets d'aération, etc. Son architecture rappelle les premières infrastructures temporaires de l'île. Cet édifice, le plus ancien de l'île, témoigne d'abord et avant tout de la tragédie de la Grosse-Île en 1847. Il demeure le seul témoin encore debout de la fonction hospitalisation à la Grosse-Île, fonction majeure d'une station de quarantaine. Une exposition sur le passage d’immigrants irlandais élaborée en partenariat avec le gouvernement d’Irlande vous y attend.

Le cimetière de l'est

Le cimetière de l'est
Le cimetière de l'est
© Parcs Canada / P. Gauthier

Le cimetière situé à l'extrémité est de l'île fut créé en 1847-1848 et il fut intensivement utilisé jusqu'en 1866-1868, alors que le surintendant Von Iffland ouvrit un cimetière dans le secteur central de la Grosse-Île, à la tête de la baie du choléra. Après un intermède de quelques années, le cimetière de l'est de l'île fut à nouveau utilisé à compter des années 1875-1880. Les inhumations s'y faisaient de manière individuelle et les tombes étaient identifiées par des piquets portant des numéros. À partir de 1910 environ, des sépultures ont été marquées à l'aide de croix faites de tuyaux. Le cimetière est de la Grosse-Île englobait en réalité deux cimetières : l'un pour les catholiques, du côté est, l'autre pour les protestants, dans la moitié ouest. Une ligne nord-sud séparait les deux secteurs. C'est dans le cimetière catholique que plusieurs membres des familles des travailleurs de la Grosse-Île furent inhumés.