Le plan directeur

Orientations relatives à la protection et à la valorisation du milieu naturel

La Grosse Île fera l’objet d’études et de monitoring qui viseront à mieux connaître et comprendre les espèces et les écosystèmes présents en vue d’assurer leur protection, notamment les espèces et les habitats sensibles.

Développement durable

La Grosse Île a été le site, depuis plus de 160 ans, de différentes occupations humaines. Chacune des utilisations a engendré des effets sur l’environnement. La réhabilitation des 22 sites dégradés sur l’île vise à retrouver une harmonie dans le paysage et des conditions les plus naturelles possible. Le plan de réhabilitation des sites dégradés offrira un cadre de référence qui orientera les actions et les interventions. Par conséquent, les sites seront restaurés de manière à ne plus représenter de danger pour les visiteurs ou l’environnement. La qualité visuelle des sites dégradés sera corrigée pour le confort et l’appréciation des visiteurs. L’invasion des sites par la végétation nuisible et exotique sera contrôlée.

Dans le cadre de ses opérations journalières, Parcs Canada doit opter pour des pratiques judicieuses sur le plan écologique. Les opérations sur l’île devront donc respecter le mandat que le gouvernement canadien s’est donné pour rendre ses opérations plus « écologiques ». Ainsi l’amélioration de la gérance environnementale de la Grosse Île exigera la mise en place d’actions concrètes, principalement quant à la gestion des rebuts. À cet égard, plusieurs actions tant à propos de la conformité environnementale, de la mise en place d’actions correctrices, de comportement responsable et de gestion environnementales seront adoptées en matière de gestion générale de l’île.

Gestion de la flore

La Grosse Île recèle des ressources biophysiques remarquables, principalement d’ordre végétal. La forêt occupe une large proportion de l’île et il existe, en ce qui concerne la classification des peuplements en fonction des incendies forestiers, cinq types de peuplements. Les risques d’incendie de ces peuplements devront être maintenus à un niveau acceptable et l’on devra s’assurer de maintenir une organisation capable de combattre un feu de stade 1. En outre, une attention devra être portée aux mesures de prévention, tant pour les visiteurs que pour les ressources historiques.

Les répercussions éventuelles sur la flore et les espèces introduites représente une donnée importante pour la protection des habitats. Environ 24 % de la flore de l’île est considérée comme « introduite », ce qui est considérable par rapport à d’autres milieux protégés. À cet égard, il sera essentiel, à moyen terme, d’évaluer la représentativité des espèces introduites pour l’ensemble des habitats de l’île, mais plus particulièrement pour les milieux à haute valeur écologique ou les milieux fragiles. Il sera capital de continuer à contrôler la salicaire pourpre dans certains secteurs altérés où l’envahissement est substantiel.

La Grosse Île abritait, au cours des dernières décennies, une population importante d’ormes d’Amérique. Cette population a été décimée depuis l’introduction dans la région de la maladie hollandaise de l’orme. Par conséquent, le programme de traitement devra être maintenu pour protéger cette ressource ornementale qui joue un rôle clé en ce qui concerne les paysages dans le secteur sud de l’île. Parcs Canada remplacera tout arbre ornemental qui sera abattu dans cette zone, sauf si cette mesure entre en conflit avec la protection des ressources culturelles en place.

La Grosse Île présente par ailleurs une grande valeur écologique du point de vue de sa diversité en habitats et en espèces. Depuis la prise en charge de l’île par Parcs Canada, deux études ont été réalisées afin d’identifier mais surtout de localiser les végétaux rares. La plupart des plantes d’intérêt se situent dans la section supérieure de l’hydrolittoral (zone de marée). L’augmentation du nombre de visiteurs et du développement du secteur sud de l’île peut entraîner des impacts sur ces ressources. En conséquence, Parcs Canada assurera la conservation des habitats fragiles dans le but de garder intactes ces ressources pour les générations futures. En outre, un plan de gestion des plantes d’intérêt sera élaboré afin de procurer aux gestionnaires des outils permettant d’assurer la conservation de ces espèces.

Enfin, compte tenu de l’envergure, de l’intérêt et de la fragilité que présente le milieu naturel de la Grosse Île, des priorités de conservation des ressources naturelles ont été élaborées et mises en application de façon prioritaire. À cet égard , on assurera au littoral de l’île une protection intégrale. Ces priorités seront intégrées à un plan de zonage similaire à celui que l’on retrouve dans les parcs nationaux. Le plan de zonage sera élaboré et intégré à la prochaine mise à jour du plan directeur.


Concept de conservation et de mise en valeur

Respect de l’esprit du lieu
Vision à la fois globale et spécifique de l’histoire
Approche nature-culture
La Grosse Île : un regard sur l’avenir

Orientations et lignes directrices de gestion

Orientations visant à assurer l’intégrité commémorative du lieu

Les paysages culturels
Le pâtrimoine bâti
Les ressources archéologiques
Les plaques et les monuments commémoratifs
Les ressources culturelles mobilières
Communication des messages et des valeurs patrimoniales du lieu

Orientations relatives aux services aux visiteurs

Orientations relatives aux infrastructures de services

Orientations relatives aux installations d’Agriculture et Agroalimentaire Canada

Orientations relatives à la protection et à la valorisation du milieu naturel

Orientations relatives à la gestion partagée du lieu