Le plan directeur

La Grosse Île : un regard sur l’avenir

Ceux et celles qui abordent la Grosse Île au seuil du nouveau millénaire sont portés par le même fleuve qui amena jadis les immigrants sur nos rivages. Férus d’histoire, touristes ou pèlerins, ils sont invités à s’imprégner de la mémoire du lieu, à écouter l’île se raconter puis, au hasard de la visite, à découvrir sa beauté à la fois rude et apaisante, austère et généreuse.

Sitôt accueillis, les visiteurs sont invités à pénétrer dans l’ancien édifice de désinfection, tout comme les immigrants qui entamaient leur séjour en quarantaine au début du XX e siècle. Restauré et conservé dans l’état qu’il présentait vers 1927, l’édifice abrite à nouveau les appareils et les équipements qui servaient à la désinfection des personnes et de leurs effets à cette époque; subitement transposés dans la peau des nouveaux arrivants, les visiteurs revivent non sans émotion le choc de la mise en quarantaine. Avant d’entreprendre leur visite de l’île, ils sont instruits des transformations qui jalonnèrent l’évolution de la station ainsi qu’aux grandes étapes qui ont balisé en parallèle la marche de l’immigration au Canada. Les visiteurs, enfin, sont sensibilisés à l’immense drame humain que connut la Grosse Île en 1847.

Tous les bâtiments et ouvrages à caractère patrimonial font périodiquement l’objet de mesures de conservation destinées à les maintenir en saine condition. De fait, la protection des ressources culturelles, y compris des ressources archéologiques et ethnologiques significatives, demeure au coeur des préoccupations relatives au maintien de l’intégrité commémorative du lieu.

Le cadre champêtre de l’île a été préservé tout comme ont été restaurés les grands traits qui ont particularisé le paysage tout au long de son histoire, notamment la division de l’île en trois secteurs d’occupation distincts. Les monuments érigés à la mémoire des disparus sont entretenus avec soin; les trois aires d’inhumation de l’île ont pour leur part été délimitées et leur emplacement est dûment souligné; l’aménagement des lieux invite au recueillement. À proximité du cimetière des Irlandais, un mémorial rappelle le souvenir des milliers de personnes, en grande majorité d’origine irlandaise, qui sont inhumées sur l’île.

Outre l’édifice de désinfection et l’ancien atelier de charpenterie et de plomberie voisin, plusieurs des quelque trente bâtiments encore présents sur l’île s’ouvrent aux visiteurs qui veulent enrichir leur rencontre avec le passé. Parmi ceux-ci, l’hôtel de deuxième classe abrite ainsi une exposition thématique qui recrée la trame de l’immigration et en explore les multiples facettes. On peut y interroger une banque de données qui regorge d’informations sur les immigrants qui ont transité par le port de Québec. En pénétrant à l’étage des chambres, les visiteurs ont la chance de s’introduire dans la vie quotidienne des immigrants en quarantaine au début du siècle.

L’édifice de désinfection (avant 1910) L’édifice de désinfection (avant 1910)
ANC, C-79032

Les immigrants qui ont séjourné à Grosse-Île au cours des premières années d’existence de la station auront connu des conditions de vie plus rudimentaires qui sont mises en évidence dans l’édifice du lavoir, construit en 1855. Par ailleurs, la tragédie de 1847, qui a laissé sur l’île une marque indélébile, est retracée au lazaret, seul hôpital encore debout. À travers l’expérience émotive et cognitive qui leur est proposée, les visiteurs sont à même de saisir toute l’ampleur du drame vécu par les immigrants irlandais et des efforts héroïques déployés pour soulager et soigner les malades.

Les chapelles catholique et anglicane, dont le mobilier a été conservé en place, rappellent pour leur part l’assistance de la foi dans le réconfort des occupants de l’île; les chapelles évoquent à leur manière le passage des semaines et des saisons, les heures joyeuses du dimanche et des grandes fêtes comme la douleur qui accompagne la perte d’un être cher. Les visiteurs viennent s’y recueillir et, à l’occasion, peuvent participer à un service religieux.

Une visite au presbytère catholique, situé au coeur du village, permet de lier connaissance avec le personnel de la station. Qui étaient ces gens courageux et dévoués? Quelles étaient leurs fonctions et leurs conditions de vie? Comment le village était-il organisé? Les visiteurs sont en mesure d’apprécier la grande générosité que manifesta de tout temps la population de l’île.

Le lieu historique national du Canada de la GrosseÎle- et-le-Mémorial-des-Irlandais est administré par Parcs Canada qui s’est associé à divers collaborateurs pour promouvoir le lieu et offrir au public les activités, les installations et les services qui favoriseront son expérience de visite.

Porte d’entrée « naturelle » et région d’appartenance de la Grosse Île, à laquelle des liens étroits et une tradition séculaire l’associent, la Côte-du-Sud constitue un interlocuteur de premier plan pour Parcs Canada et tire profit de la venue des milliers de touristes et d’excursionnistes qui viennent découvrir l’île chaque année, de mai à octobre. De fait, la Grosse Île, lieu de pèlerinage cher au coeur de la communauté irlandaise, est également reconnue au plan national et international comme un haut lieu du tourisme patrimonial canadien et québécois et constitue à cet égard une halte incontournable pour tous ceux et celles qui s’intéressent à l’histoire et à la culture du Canada et de ses habitants.

En raison de son charme insulaire et de l’émotion qui parcourt ses paysages, des valeurs patrimoniales qu’elle exhale et qu’ont façonnées deux siècles d’histoire, des expériences variées et enrichissantes qu’on peut y vivre, on revient à la Grosse Île; l’île inspire et transforme ses visiteurs.

Le presbytère catholique (avant 1913) Le presbytère catholique (avant 1913) Fonds Philippe Gingras
ANQQ

Concept de conservation et de mise en valeur

Respect de l’esprit du lieu
Vision à la fois globale et spécifique de l’histoire
Approche nature-culture
La Grosse Île : un regard sur l’avenir

Orientations et lignes directrices de gestion

Orientations visant à assurer l’intégrité commémorative du lieu

Les paysages culturels
Le pâtrimoine bâti
Les ressources archéologiques
Les plaques et les monuments commémoratifs
Les ressources culturelles mobilières
Communication des messages et des valeurs patrimoniales du lieu

Orientations relatives aux services aux visiteurs

Orientations relatives aux infrastructures de services

Orientations relatives aux installations d’Agriculture et Agroalimentaire Canada

Orientations relatives à la protection et à la valorisation du milieu naturel

Orientations relatives à la gestion partagée du lieu