Le plan directeur

La dimension paléohistorique de la Grosse Île

La Grosse Île recèle des vestiges clairsemés de l’époque précédant la venue des Européens au Canada. Ces vestiges pourraient témoigner d’une fréquentation saisonnière ou occasionnelle par les autochtones, comme halte de voyage, pour la chasse à la sauvagine ou pour la pêche. Quelques objets lithiques ont ainsi été mis au jour, tels des éclats de taille, des fragments d’o utils et une ébauche de pointe de projectile. Des fragments de deux vases de la période du Sylvicole ont aussi été récupérés.

Ces fragments de poterie amérindienne, retrouvés dans le secteur de l’édifice de désinfection, appartiennent à un vase typique de la tradition céramique des Iroquoiens du Saint-Laurent. Celui-ci daterait de la période comprise entre le début du XIIIe et la fin du XVIe siècle. Ces fragments de poterie amérindienne, retrouvés dans le secteur de l’édifice de désinfection, appartiennent à un vase typique de la tradition céramique des Iroquoiens du Saint-Laurent. Celui-ci daterait de la période comprise entre le début du XIIIe et la fin du XVIe siècle.
Jacques Beardsell
Parcs Canada

L’intégrité commémorative du lieu

L’objectif de commémoration
Les ressources qui symbolisent ou caractérisent l’importance nationale de la Grosse Île
L’île et ses paysages culturels
Ressources culturelles in situ
Ressources culturelles mobilières
Les messages d’importance historique nationale
Messages destinés au public canadien
Messages destinés aux visiteurs du lieu
Les défis de la communication
Les autres valeurs patrimoniales du lieu
La dimension paléohistorique de la Grosse Île
Les premières concessions et l’exploitation agricole de l’île avant la station de quarantaine
La présence des Forces canadiennes (1942-1945, 1951-1956)
La présence d’Agriculture Canada (station de recherche et de formation, quarantaine animale)
Les liens au plan international, national et régional
Un milieu naturel remarquable