Le plan directeur

DÉFINITION DES CLASSES DE PRIORITÉ

Priorité I

Cette classe regroupe les composantes et les zones qui doivent recevoir le plus haut degré de protection. Ce sont des ressources à la fois « très sensibles » ou « sensibles et rares » ou « très rares » dans l’île ou au Québec et au Canada. Ce sont également des secteurs considérés comme « uniques » ou « très sensibles », compte tenu de la présence et de l’importance exceptionnelle d’éléments « très sensibles » ou « sensibles » ou constituant une combinaison remarquable d’éléments sur le plan de la diversité. Il s’agit en outre de secteurs très importants dans la perspective de la conservation des habitats dans l’île. Toute activité humaine dans les zones associées à cette classe de priorité risque d’entraîner la disparition éventuelle de l’entité. Leur réintégration à l’état originel, s’il y a eu dégradation, est généralement impossible ou nécessite l’intervention de l’homme.

Dans l’ensemble, cette catégorie englobe le littoral de la Grosse Île et certains secteurs en milieu terrestre situés à l’extrémité ouest de l’île. Ces derniers méritent une protection accrue puisqu’on y retrouve des espèces rares, telles que l’Ail des bois, la Floerkée fausse-proserpinie et la Dryopteris Felix-mas. Le littoral de la Grosse Île exige pour sa part un haut niveau de protection puisqu’il est très riche et qu’on y dénom

bre actuellement 14 espèces rares, menacées ou vulnérables. De plus, certaines espèces se situent à la limite de leur aire de distribution. Le littoral de l’île compose en outre un habitat faunique remarquable qui accueille chaque année, lors des migrations, des milliers d’Oies des neiges et de canards. Durant la saison estivale, les grandes baies servent de sites de protection et d’alimentation à plusieurs espèces de canards et à d’autres oiseaux de rivage.

Les secteurs associés aux classes de « priorité I » devraient normalement être inclus dans une zone de « préservation spéciale », c’est-à-dire une zone où l’accès est interdit ou très limité et réglementé.

Priorité II

Les aires classées « priorité II » regroupent les composantes qui devraient recevoir un haut degré de protection. Habituellement, il s’agit de ressources « très sensibles » ou « sensibles » et d’un intérêt particulier en termes de rareté et de représentativité. On y retrouve généralement des composantes rares dans l’île mais qui peuvent supporter jusqu’à un certain point l’utilisation, des composantes rares et fortement représentatives ainsi que des composantes représentatives fragiles. Il s’agit également de secteurs jugés « sensibles » ou « très sensibles » en fonction de l’importance relative des composantes d’intérêt, de leur répartition très diversifiée et de secteurs comportant de faibles traces de perturbations humaines récentes et dont l’environnement actuel est le résultat de l’évolution naturelle.

Ces zones sont susceptibles d’être détériorées par toute utilisation humaine qui va au-delà d’activités contrôlées à caractère éducatif. Cette classe s’applique à des secteurs qui occupent une bonne partie de la superficie du lieu historique national, couvrant l’extrémité ouest et nord-ouest de l’île ainsi qu’une zone sise au centre. Ces secteurs sont composés principalement de sapinières et d’érablières à l’intérieur desquelles la diversité floristique est relativement élevée. De plus, ces groupements végétaux se retrouvent sur des sols généralement minces et sujets à l’érosion.

Les aires visées devraient s’intégrer en majeure partie dans une zone dite « milieu sauvage », la diversité et la fragilité demeurant les critères décisionnels prioritaires.

Priorité III

Les composantes ou secteurs classés en « priorité III » sont moins préoccupants que ceux des niveaux précédents en raison de leur capacité de support et de leur abondance relative. Ce type de priorité s’applique habituellement à des composantes ou à des aires caractérisées par une certaine fragilité mais qui, surtout, jouent un rôle particulier dans le paysage ou encore suscitent de l’intérêt de la part du public. Ces zones tolèrent habituellement des activités dispersées à caractère extensif.

À la Grosse Île, cette classe s’applique à une vaste étendue de l’île. Il s’agit surtout de milieux humides (aulnaies) et de forêts en régénération. Les jeunes forêts sont surtout caractérisées par une grande diversité végétale, alors que les milieux humides, de façon générale, sont sensibles aux perturbations. Cependant, plusieurs de ces communautés ont été plus ou moins perturbées par les activités anthropiques passées.

Ces aires devraient normalement être incluses dans une zone dite « milieu naturel », bien qu’en fonction d’une plus grande fragilité certaines pourraient être incluses dans une zone de « milieu sauvage ».

Priorité IV

Les aires ou les secteurs rattachés à la classe de « priorité IV » correspondent aux zones habitées et aménagées de la Grosse Île. Ce sont des zones perturbées au point de vue écologique. À ce niveau, les mesures préconisées visent à assurer le développement durable de ces zones en fonction des règles qui les régissent. Certains secteurs regroupés sous cette classe pourraient requérir une attention particulière sur le plan de la conservation en fonction de la diversité et de la sensibilité du milieu. C’est notamment le cas des zones écotones entre les sites aménagés et le littoral.

En outre, certaines ressources présentes de façon ponctuelle devraient bénéficier de mesures de protection particulières. Bien que l’établissement des priorités de conservation de la Grosse Île soit fondé principalement sur les communautés végétales, il appert qu’à l’intérieur de la zone qualifiée de « priorité IV », on retrouve d’importantes colonies de chauves-souris. Cette ressource est d’autant plus intéressante que les populations de chauves-souris sont en régression dans le monde.

Les composantes ou superficies évaluées « d’intérêt » et classifiées dans une catégorie de « priorité IV » devraient éventuellement être insérées dans des zones dites « loisirs de plein air ».

RÉPERTOIRE DES PRIORITÉS DE CONSERVATION DE LA GROSSE ÎLE

La largeur de cette tableau excède 450 pixels.

PrioritÉs de conservation des ressources naturelles de lagrosseÎle 

Méthodologie
Critères d’évaluation des ressources naturelles
Priorités de conservation
Définition des classes de priorité
Conclusion