Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

Le lieu historique national du Cercle-de-la-Garnison-de-Québec

Le Cercle de la Garnison
Le Cercle de la Garnison
© Parcs Canada

En 1999, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada reconnaît le Cercle de la Garnison de Québec à titre de lieu d’importance historique nationale pour les quatre motifs suivant. Premièrement, fondé en 1879 par des officiers de la milice canadienne, le lieu est le seul cercle militaire au Canada à perpétuer la tradition issue de la période coloniale britannique qui consiste à rassembler les officiers militaires dans un endroit propice à la vie mondaine. Deuxièmement, l’endroit a une valeur symbolique forte et durable chère aux Canadiens qui ont atteint un statut social et économique élevé. Troisièmement, tant comme phénomène social que par ses édifices et ses terrains paysagés, il contribue à la définition du caractère patrimonial du Vieux-Québec. Enfin, quatrièmement, le Cercle de la garnison de Québec est une composante des fortifications de Québec, ce qui lui confère une importance particulière.

Joueurs de boulingrin
Joueurs de boulingrin
© Parcs Canada

Situé au 97, rue Saint-Louis, dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec, le Cercle de la Garnison de Québec est la propriété de Parcs Canada depuis 1992. Le lieu comprend l’édifice du Cercle proprement dit, logé au coin de la côte de la Citadelle, de même que la maison du messager, bâtie dans la cour, le pavillon du puits, une remise, un jardin, un boisé et des espaces de stationnement. Il comporte en outre plusieurs vestiges archéologiques de la cour des ingénieurs datant de la fin du 18e siècle et de la première moitié du 19e siècle dont plusieurs ont été mis au jour lors de fouilles effectuées en 1992-1993. Finalement, une collection ethnologique fait également partie des composantes importantes du lieu historique national du Cercle-de-la-Garnison-de-Québec.

Le Cercle de la Garnison avant 1921
Le Cercle de la Garnison avant 1921
© Parcs Canada

Parmi les clubs privés de tradition britannique fondés à Québec depuis le 18e siècle, le Club de la Garnison est le plus ancien à subsister. Dès 1891, les militaires fondateurs ouvrent les portes du club aux élites politiques et économiques de Québec, qui en feront un lieu privilégié de rencontre et d’échange. À l’époque, le club met aussi à la disposition de ses membres des salles de cartes et de dominos, une salle de billard, une bibliothèque, une salle de lecture, un fumoir, une salle à manger et quelques chambres. Jusqu’en 1918, seuls les hommes fréquentent le Club. Les femmes n'en deviennent toutefois membres à part entière qu'en 1984, moment où le Club de la Garnison fusionne avec le Cercle universitaire de Québec pour donner naissance au Cercle de la Garnison.

La maison du messager
La maison du messager
© Parcs Canada

Le Cercle de la Garnison a toujours offert de nombreux services d'un très haut niveau d'excellence à ses membres. Ce niveau d'excellence se reflète d'ailleurs dans la qualité des invités qui y ont été accueillis au long de son histoire. Charles Lindbergh, Winston Churchill, le maréchal Foch et le prince de Galles n’en sont que quelques exemples. De nombreux gens d'affaires et personnages politiques viennent toujours y développer leurs réseaux tout en sachant que le Cercle de la Garnison de Québec leur offre un lieu de rencontre strictement privé et confidentiel. En outre, bien que le lieu ne soit accessible qu’aux membres et à leurs invités, il est néanmoins possible pour le public de se familiariser avec l’histoire de l’endroit en consultant la plaque commémorative érigée sur place.