Lieu historique national du Fort-Chambly

Patrimoine naturel sur le bord du Richelieu

Deux personnes qui marchent en direction du fort. Vue de la rivière Richelieu. Oiseau dans le ciel.
Le fort vu du parc
© Parcs Canada

Le lieu historique national du Fort-Chambly fait partie de la région touristique de la Montérégie. Son fort domine la rive gauche de la rivière Richelieu. Tirant sa source du lac Champlain, cette rivière coule vers le nord sur plus de 100 kilomètres jusqu'au fleuve Saint-Laurent, en aval de Montréal. C'est l'une des voies navigables les plus importantes de l'intérieur de l'Amérique du Nord.

Riche d'une rivière tumultueuse, d'un vaste bassin et d'un boisé, le site du fort abrite une grande variété d'oiseaux. C'est aussi l'un des rares endroits où l'on peut se promener sur le bord du Richelieu.

Plusieurs espèces d'oiseaux élisent ainsi domicile dans les érables, les frênes, les peupliers ou les conifères, tandis que des canards sont de passage au rythme des saisons. Le bassin de Chambly abrite par ailleurs une soixantaine d'espèces de poisson, dont le doré jaune, l'achigan à petite bouche, la perchaude, le grand brochet, la truite brune et la truite arc-en-ciel. Il est aussi l'hôte du chevalier cuivré, un poisson unique au monde, qui ne vit qu'au Québec.

Le chevalier cuivré

Le chevalier cuivré, autrefois appelé « suceur cuivré », tire son nom de ses grosses écailles de couleur cuivre qui ressemblent à l'armure de mailles que portaient les chevaliers du Moyen Âge. Il peut vivre une trentaine d'années. Sa taille atteint quelque 75 cm et son poids plus de 6 kg. Caractérisé par sa bouche en forme de tube, il se gave presque exclusivement de mollusques qu'il aspire et qu'il broie avec ses fortes dents pharyngiennes.

Il y a 50 ans, le chevalier cuivré affectionnait cinq rivières québécoises. Aujourd'hui, il est devenu une espèce menacée d'extinction. On ne signale sa présence que dans le Richelieu. Deux frayères sont connues : la plus importante se trouve dans les rapides de Chambly et l'autre, en aval du barrage de Saint-Ours.

Durant les deux premières semaines de juin, depuis des millénaires, le chevalier cuivré vient se reproduire dans les remous de Chambly, insensible à l'histoire agitée des hommes qui ont habité les rives du Richelieu.