Lieu historique national
de Sir-George-Étienne-Cartier

Saviez-vous que...

C'est notamment grâce à George-Étienne Cartier, maillon québécois de la Grande Coalition, que la Confédération a eu lieu?
Photo noir et blanc de John A. Macdonald assis à un bureau Sir John A. Macdonald, 1868
© Archives nationales du Canada / C-6513, 1868

La plus grande contribution de Cartier au pays est assurément l'entrée du Canada-Est (Québec) dans la Confédération. Après les rébellions de 1837-1838 et le rapport de Lord Durham, le Haut et le Bas-Canada sont unis en une seule et même colonie. Cependant, dès la fin des années 1850, cet Acte d'union ne correspond plus à la nouvelle situation coloniale. La métropole anglaise relâche graduellement ses liens avec ses colonies d'Amérique du Nord, tandis que les États-Unis augmentent leur puissance et deviennent une menace pour le Canada. De plus, le Canada-Uni connaît de sérieuses difficultés économiques et politiques. En dix ans, dix gouvernements se succèdent. Le plus stable de ceux-ci sera celui formé par John A. Macdonald et George-Étienne Cartier.

En 1864, George Brown, chef des Clear Grits du Canada-Ouest (Ontario), propose une alliance avec les conservateurs de Macdonald et Cartier, dans le but de faire avancer le projet d'une confédération canadienne. En 1867, après plusieurs discussions et conférences (Charlottetown et Québec), c'est cette alliance connue sous le nom de « Grande Coalition » qui va permettre la réalisation de la Confédération. Macdonald devient le premier ministre du Canada et Cartier est nommé ministre de la Milice et de la Défense, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort en 1873. Le nouveau gouvernement fédéral siégera désormais à Ottawa.